Pourquoi la NHL ne voulait pas du casque de Marc-Andre Fleury ?

par 3 minutes de lecture
Marc-Andre Fleury
par 3 minutes de lecture
Enlever la pub

NHL – Dans ce qui est devenu un sujet controversé au sein de la Ligue Nationale de Hockey (LNH), la décision de Marc-André Fleury de porter un masque conçu sur mesure pour la soirée du Patrimoine Amérindien a déclenché un débat sur la représentation culturelle et les règles strictes concernant les uniformes.

Le masque, conçu par l’artiste Dakota Cole Redhorse Taylor, célèbre non seulement la culture amérindienne mais revêt également une importance personnelle pour Fleury, rendant hommage à sa femme, son père et ses enfants.

Au départ, l’agent de Fleury, Allan Walsh, a révélé que la LNH interdisait à Fleury de porter le masque, même pendant l’échauffement.

Cette décision s’aligne sur la politique récente de la LNH interdisant les changements d’uniformes sur la glace pour les soirées à thème spéciales, mise en œuvre après des controverses entourant le refus de joueurs de porter les maillots de la Nuit de la Fierté.

Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a fait valoir que de tels changements détournent l’attention des événements honorés. Cependant, cette position rigide a soulevé des questions sur l’équilibre entre la représentation culturelle et l’uniformité dans la ligue.

Contexte plus large : Politiques d’uniforme et expression des joueurs

La politique de la LNH en matière d’uniforme, en particulier pour les gardiens de but, a souvent été une zone grise. Plus tôt ce mois-ci, on a rapporté que le gardien des Golden Knights, Logan Thompson, s’était vu dire qu’il ne pouvait pas porter un ruban de la lutte contre le cancer sur son masque, tandis que d’autres gardiens ont porté des masques similaires sans répercussions apparentes.

Cette incohérence a conduit à la confusion et à la critique concernant l’application des politiques de la LNH.

La situation de Marc-André Fleury avec son masque pour la soirée du Patrimoine Amérindien illustre cette tension. Sa volonté d’affronter des amendes pour porter le masque indique un engagement personnel fort envers son héritage et la cause.

La Fondation du Wild du Minnesota prévoit de mettre aux enchères le masque de Fleury, les recettes étant destinées au Centre de la Famille Amérindienne, soulignant le potentiel de telles expressions personnelles pour soutenir des causes caritatives.

Récemment, il était devenu interdit d’avoir un tape arc-en-ciel sur sa crosse. Mais là, la ligue a fait une petite machine-arrière, autorisant les joueurs à en arborer durant les entraînements.

Aller de l’Avant : Équilibrer les Règles et l’Expression Individuelle

La LNH se trouve à un carrefour, devant équilibrer l’importance des règlements d’uniforme avec le désir croissant d’expression individuelle parmi les joueurs. Alors que l’uniformité assure un niveau de professionnalisme et d’égalité, un argument grandissant plaide pour permettre aux joueurs de mettre en avant des causes et des cultures qui leur sont importantes, en particulier pendant les soirées thématiques conçues pour honorer ces mêmes causes.

Le cas du masque de Fleury pourrait servir de catalyseur pour la LNH afin de réévaluer ses politiques, menant potentiellement à une approche plus nuancée qui accommoderait l’expression personnelle tout en maintenant l’intégrité du sport.

Mais le conservatisme dont fait preuve la ligue depuis plusieurs années pourrait aussi contre-carrer toute volonté de changement sur ce plan.

 

Credit Photo: Nick Wosika-USA TODAY Sports

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires