La soirée presque parfaite du quatrième trio du Canadiens

par 2 minutes de lecture
Rafaël Harvey-Pinard canadiens
par 2 minutes de lecture
Enlever la pub

La soirée aurait pu être encore plus belle pour le quatrième trio du Canadiens hier soir mais les Red Wings en ont décidé autrement.

Pourtant, mené par un incroyable et auteur de deux buts, Rafaël Harvey-Pinard, le quatrième trio de Montréal a époustouflé tout le monde y compris l’entraîneur martin St Louis.

« Je ne suis pas sûr s’ils ont connu un mauvais shift. Quand une ligne te donne ça, c’est dur de ne pas l’embarquer », s’est justifié St-Louis. « Ça s’explique un peu par les circonstances. On a perdu [Christian Dvorak] pendant un moment, [Kirby Dach] s’est battu, on a joué à neuf attaquants pendant un bon 5-6 minutes. Mais ils ont joué un très bon match pour nous et ont été une grosse raison pourquoi on a été dans le match. »

Il est vrai que les circonstance du match ont mis particulièrement en avant ce trio très hétérogène. La blessure de Cole Caufield a miné les minces espoirs de l’équipe sur la fin de saison, mais Martin St louis continue, lui, à nous trouver des joueurs semblant sortir de son chapeau.

Le jeune espoir, Harvey-Pinard, deux fois non drafté puis finalement choisi au 7ème tour lors de sa troisième année d’admissibilité, en est le dernier exemple en date. Peu était ceux qui le voyait percer et se faire une place dans l’alignement de St Louis. Pourtant, il en est à 4 buts en neuf rencontres en LNH.

« Je pense qu’au niveau de la confiance, ça a un gros rôle à jouer. Je suis beaucoup plus à l’aise sur la patinoire avec mon bâton, je prends beaucoup plus mon temps avec la rondelle. Je pense que ça fait une énorme différence. En un an j’ai gagné en maturité, j’ai vécu des expériences. Ça m’a aidé à m’améliorer. »

Dans ce genre de période où rien ne semble aller, cette défaite en prolongation a pourtant plus le goût de victoire.

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires