Le rachat du contrat d’Oliver Ekman-Larsson par les Canucks de Vancouver : un geste nécessaire pour progresser

par 3 minutes de lecture
oliver ekman-larsson
par 3 minutes de lecture
Enlever la pub

Les Canucks de Vancouver ont racheté le contrat de l’adjoint au capitaine et défenseur chevronné, Oliver Ekman-Larsson.

La décision annoncée vendredi devrait être essentielle pour façonner l’avenir de l’espace salarial et de la structure globale de l’équipe.

Oliver Ekman-Larsson, 31 ans, avait encore quatre saisons sur son contrat avec une valeur moyenne annuelle (AAV) de 8,25 millions de dollars. Le Suédois, qui a passé 13 saisons dans la LNH et disputé 902 matchs, avec 135 buts et 304 passes à son actif, est maintenant devenu joueur autonome sans restriction.

Cette décision audacieuse en a surpris plusieurs dans la LNH, mais les raisons derrière cela pourraient être justifiées.

Un cas de Cap Crunch

Les Canucks subissaient une pression importante sur le plafond salarial, dépassant la limite projetée de 83,5 millions de dollars dans la LNH. Avec des aspirations à améliorer la structure de l’équipe en acquérant un centre de troisième ligne et en améliorant sa ligne défensive, le club avait besoin de libérer de l’espace.

Alors qu’ils tentaient de décharger des contrats comme ceux de Conor Garland et Brock Boeser, l’intérêt des autres équipes était limité.

La performance d’Oliver Ekman-Larsson la saison dernière était loin d’être idéale, ses capacités de défense autrefois louables semblant entravées par une mobilité réduite. La décision des Canucks de racheter son contrat semble donc être une solution nécessaire à la fois à leur crise de plafond et au besoin d’une défense améliorée.

Le coût de ce rachat

Le rachat réduira le plafond d’Oliver Ekman-Larsson à un maigre 146 667 $ pour la saison prochaine, atteignant finalement un sommet de 4 766 667 $ pour les saisons 2025-26 et 2026-27, avant de descendre à 2 126 667 $ pour les quatre dernières années. Il fournit effectivement aux Canucks un soulagement de l’espace de plafond d’environ 7,1 millions de dollars cet été et de 4,9 millions de dollars pour 2024-2025.

Cependant, le soulagement a un prix à long terme. Cette décision stratégique imposera un plafond mort aux Canucks jusqu’en 2031. La décision est clairement un risque calculé de la part des Canucks, leur donnant le répit dont ils ont besoin maintenant au prix de futures considérations de plafond.

Le nouveau départ d’Oliver Ekman-Larsson

De l’autre côté, Oliver Ekman-Larsson a l’opportunité d’un nouveau départ. Le défenseur, qui a rejoint les Canucks en provenance des Coyotes de l’Arizona en 2021 et a disputé 133 matchs marquant sept buts et 44 passes, ne sera plus accablé par le poids de son lourd contrat. En bonne santé cet été par rapport à l’année dernière où il soignait une blessure, Ekman-Larsson pourrait bien trouver de nouvelles opportunités pour réinventer son jeu.

Sa dernière saison avec les Canucks a été marquée par une performance décevante et une blessure à la cheville gauche, ce qui l’a amené à être placé sur la liste des blessés en février. Son dernier match avec les Canucks était contre les Rangers de New York le 15 février. Les Canucks ont connu une saison moyenne, terminant sixième de la division Pacifique avec une fiche de 38-37-7.

Le rachat d’Oliver Ekman-Larsson est donc un moment déterminant pour les Canucks. Il sera intéressant de voir comment l’équipe se restructure et progresse à partir de ce point et comment Ekman-Larsson relancera sa carrière en tant qu’agent libre sans restriction.

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires