NJ Devils: Sur courant alternatif

par 6 minutes de lecture
NJ Devils
par 6 minutes de lecture
Enlever la pub

NHL – Il n’y a peut-être pas en NHL actuellement une équipe plus difficile à cerner que ces diables du New Jersey.

Attaque de feu mais défense fragile, top scoreurs mais goalies pas au niveau et stars absentes…

Les Devils arrivent néanmoins à toujours rester dans les matchs mais en perdent beaucoup par manque de constance et de concentration. Retour sur un début de saison frustrant pour les fans du New Jersey.

« Ce soir en première période, nous avons perdu tous les duels, notre jeu était horrible, nous avons manqué beaucoup de passes et nous étions incapables d’en aligner plusieurs d’affilée. J’ai pensé que nous étions une équipe soft. Nous avons eu ce que nous méritions ».

Cette phrase assassine est signée Lindy Ruff, l’entraineur des Devils après le match de cette nuit contre Washington.

Elle dénote une grande frustration quand aux performances mitigées de ses joueurs, qui à force de jouer avec le feu a chaque match finissent donc par en payer les conséquences sur le bilan général de l’équipe, qui stagne à seulement 3 victoires.

Non pas que le coach Ruff soit masochiste pour dénigrer à ce point ses joueurs, lui qui vient d’obtenir sa 101 eme victoire avec les diables (4eme coach le plus victorieux de l’histoire de la franchise). Mais il est vrai qu’il y a de quoi se taper la tête contre les murs pour les fans, tant l’équipe semble capable de ne plus toucher terre par moments de génie, mais trouve néanmoins le moyen de perdre des matchs largement à sa portée.

En effet les 3 défaites des Devils sont arrivées lors de matchs où ils ont été incapables de marquer pendant deux des trois périodes de la partie. Incroyable mais vrai, elle est la seule équipe ayant ce bilan et ces ambitions dans ce cas.

Pire encore elle est leader de la ligue en points par Power Play avec 10 buts marqués en avantage numérique pour 42.3%, possède le meilleur pointeur avec Jack Hughes (17 points), l’un des meilleurs buteurs avec Toffoli (6 buts), le meilleur passeur (J.Hugues encore) et aussi l’un des autres meilleurs passeurs en la personne de Bratt (7 passes)!

Comment expliquer qu’une équipe ayant cette puissance de feu ait perdu la moitié de ses matchs?

Les raisons sont multiples.

Tout d’abord les entames de match.

C’est simple, les premiers tiers sont catastrophiques. Sur six matchs joués, les diables n’ont marqué que 2 fois dans la première période, contre 8 buts concédés, soit 4 fois plus.

Systématiquement les Devils partent avec un handicap de buts qu’ils donnent eux-mêmes à l’adversaire. Plus généralement l’inconstance se voit également sur toutes les périodes confondues, où ils sont restés muets lors de 7 périodes sur 18 joueés, soit quasiment la moitié, c’est colossal.

A titre de comparaison, les 3 Cadors de la ligue (dont certains ont joué plus de matchs que New Jersey) sont à 4 périodes sans marquer pour les Bruins et Colorado, et surtout 2 pour Vegas. Le différentiel est énorme, et les diables rouges paient au prix fort leur inconstance.

Autre problème: Les gardiens.

Vanecek n’est absolument pas au niveau pour le moment, et cela se voit même dans son langage corporel. Pataud, perdu, maladroit avec sa crosse. Il se met lui-même en porte-à-faux en laissant passer certains tirs qui semblaient pourtant à sa portée, notamment hier sur un des buts marqué par Washington avec un tir qu’il relâche. C’est simple il est classé 35eme de la ligue, et Seattle, Chicago, Vegas et les Rangers ont tous les quatre placés leurs deux gardiens devant celui des diables.

La défense de manière générale n’est pas bonne. Les Devils sont dans le top 10 des plus mauvaises défenses de la ligue. 22 buts concédés en 6 matchs soit 3.66 buts par matchs. On peut expliquer cela par diverses raisons:

Le début de saison où les automatismes ne sont pas encore au point, le style de jeu offensif de l’équipe qui ouvre forcément des brèches à l’adversaire…

On pourrait également pointer du doigt le début de saison plus que timide de Smith, dont l’alignement avec le rookie Luke Hughes fait débat.

Hamilton, Marino et Siegenthaler trop esseulés, Hughes qui découvre la ligue, Jack Hughes qui défend beaucoup mais qui ne peu pas tout faire à force de courir après le score… Cette équipe ne semble tout simplement pas en place en phase défensive, le plan de jeu étant pratiquement toujours remis en cause par des buts adverses prématurés.

Enfin pour terminer d’expliquer ce début de saison en demi-teinte, peut-être faut-il commencer à aborder le souci Timo Meier. Nous ne referons pas le débat de savoir si le talent doit être mesuré a la taille du contrat, nous resterons pragmatiques en rappelant que de tout temps, les meilleurs joueurs ont été les mieux payés, et à juste titre.

La prolongation de contrat de Meier cette intersaison était aussi censée montrer la confiance du front office des Devils à son attaquant.

Pour le moment on ne peut pas dire qu’il leur ait rendu la pareille, 5 points ( 4assistances et 1 but) alors qu’Hamilton le défenseur est au dessus avec 6 points.

Jack Hughes est un joueur extraordinaire, mais peut-être n’aurait-il pas ces statistiques là si Meier avait décidé de jouer au hockey comme il sait le faire.

Surtout il ne semble pas à l’aise dans ce schéma de jeu offensif à outrance, où l’on essaye de partir de loin pour prendre un maximum de vitesse. Nous avions précisé lors d’un précédent article que Meier a toujours mis entre 15 et 20 matchs avant de s’enflammer lors de ses meilleures saisons avec les Sharks. Mais cela était avant ses blessures à répétition et son arrivée aux Devils. Il n’est pas dit que les supporters aient la patience du diable dans le cas de leur attaquant à 70 millions de dollars.

Il y a pourtant de grands motifs d’espoirs dans cette équipe. Et beaucoup de choses, notamment offensivement sont bonnes, voire excellentes.

Mais dans une ligue ultra dominée par Boston, Colorado et Vegas, on voit bien que ces derniers ne s’embarrassent pas de ces situations problématiques, et gomment les imperfections de jeu pour aller systématiquement chercher la victoire. C’est ce que cette ligue impose à ceux qui veulent aller chercher la coupe Stanley.

Les Devils et leur joyau Hughes font face à une vraie course contre la montre s’il veulent voir plus loin qu’un premier tour de playoffs, et il est temps pour la franchise de passer la vitesse supérieure en terme de constance. Les autres équipes ne les attendront pas.

 

Credit photo: John Jones-USA TODAY Sports

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires