NJ Devils: La marque du diable

par 7 minutes de lecture
Devils
par 7 minutes de lecture
Enlever la pub

NHL – On avait laissé les diables bien fringuant la semaine dernière, eux qui venaient d’obtenir trois victoires en quatre matchs lors d’un Road Trip à l’ouest du pays.

Cette semaine passée à tout d’abord confirmé une montée en puissance de l’équipe de Lindy Ruff qui remontait au classement, avant d’inévitablement retomber dans des travers indignes du niveau réel de l’équipe du New Jersey.

L’ogre Boston dominé

Après leur défaite logique contre Edmonton en « back to back », la seule lors de leurs déplacements à l’ouest, les Devils se confrontaient à un très gros morceau en début de semaine en recevant les Bruins, épouvantail de la ligue et meilleure défense de la conférence et tout simplement de la NHL (73 buts concédés). Boston présentait aussi le meilleur bilan de la ligue à l’extérieur avant le match, et détient avec David Pasternak, l’un des meilleurs joueurs de la ligue (41 points, 17 buts et 24 assistances).

C’est donc dans un Prudential Center chauffé à blanc que les protagonistes entraient sur la glace pour nous offrir une confrontation de titans, loin des matchs « champagne » que nous offrent souvent les Devils avec buts à la pelle et gardiens aux abois. Ce match avait un avant-goût de Playoffs, dans l’intensité, les tactiques mises en place et les contacts féroces entre les joueurs.

Ce fut également l’exemple même de ce qu’il faut faire pour les diables pour aller en PlayOffs.

Défense rapide et concentrée avec peu d’erreur, mises en échec efficaces, Forecheck (fait de récupérer la rondelle dans la moitié adverse) étouffant, et efficacité diabolique devant…

A bon entendeur…

Ce sont pourtant les joueurs du Massachusetts qui vont ouvrir le score en premier tiers, après une longue période d’observation de quasiment 17 min. C’est Morgan Geekie qui inscrira le but qui mettra les Bruins devant jusqu’au début du troisième tiers.

Car en effet, rien ne sera marqué avant la dernière période, la faute à des défenses implacables et à des gardiens en (quasi) état de grâce. Vanecek terminera à 95% d’arrêts pour les Devils et Swayman à 94% pour les Bruins.

Entre temps les diables auront réussi à complètement étouffer les ours de Boston. Ils égaliseront logiquement en début de troisième tiers par Mercer, puis iront ultra dominer la prolongation pour finalement l’emporter sur un but de Jack Hughes, inarrêtable depuis son retour de blessure.

Match référence pour les diables, qui auront prouvé contre l’une des meilleures équipes de la ligue qu’ils peuvent battre n’importe qui, et avec la manière.

Mais on le sait, le problème de cette équipe est justement la répétition de ces performances.

Jack Hughes jeune centenaire

Match millésimé pour les Devils contre les Blue Jackets dans leur deuxième match de la semaine, qui se seront servis de cette victoire 6-3 contre l’une des pires équipes de la ligue pour battre des records.  Le premier incroyable, sera celui de Lindy Ruff, le coach des diables, qui remporte là son 850ème match de sa carrière !

Il est maintenant le 4eme entraîneur le plus victorieux de l’histoire, il dépasse donc le grand Ken Hitchcock, coach mythique des Dallas Stars notamment, vainqueur de la Stanley Cup en 1999.

Ensuite le capitaine, Nico Hischier qui a atteint lors de ce match les 300 points en carrière.

Enfin le dernier record de la soirée sera pour Jack Hugues, joueur de la franchise ayant atteint les 100 buts le plus rapidement. Le joueur de 23 ans ne s’arrêtera d’ailleurs pas là lors de ce match, puisqu’il inscrira grâce à son coup du chapeau son 101ème but en carrière.

Le match en lui-même fut une petite démonstration des Devils, qui mèneront rapidement 2-0 puis 3-1 et 5-2 avant de finalement l’emporter 6-3 donc.

Le duo Hughes- Bratt est en feu avec respectivement 37 et 36 points chacun, bien épaulé par Toffoli auteur d’un superbe match avec un but et une assistance.

De bon augure avant de recevoir en back to back les Ducks d’Anaheim, bons derniers de la conférence pacifique.

Des canards pas si (c)laqués

Seulement voilà, comme marqué au fer rouge cette année, il est écrit que cette équipe des Devils passera sa saison dans les montagnes russes de la NHL.

Défaite inexplicable à domicile 5-1 contre des canards pas si nuls que le classement le laisse entendre.

Si l’on cherche à expliquer cette défaite, pas besoin d’aller bien loin pour trouver la principale raison : Les Back to back.

Les diables n’ont gagné qu’un seul match dans cette configuration, pour un bilan horrible de 1-5-1. Et l’équipe de Jersey n’est pas au bout de ses peines car il en reste neuf autres a jouer.

A ce niveau, cela commence à ressembler à une faute professionnelle, surtout que deux de ces matchs perdus l’ont été contre les deux pires équipes de la ligue, les Sharks et les Ducks. Et si l’équipe n’avait pris même que quelques points lors de ces rencontres, elle serait en course pour la première place de la conférence.

Cerise sur le gâteau, les Devils sont l’équipe qui a accordé le plus de buts à ses anciens joueurs cette année. Wood, Sharangovich et Henrique (auteur d’un triplé cette nuit) ont tous joué avec les nerfs de leurs anciens coéquipiers.

On le sait, en plus de généralement perdre lorsque l’équipe concède le premier but et de courir après le score, les gardiens Vanecek et Schmid sont beaucoup trop inconstants pour espérer concourir dans la ligue. Ils peuvent tous deux passer de 95% d’arrêts sur un match à 85% comme cette nuit contre les Ducks.

La défense est bien entendu à questionner, mais lorsque l’on regarde les meilleurs de la ligue cette année, Hill (Vegas), Swayman (Boston) et Quick (Rangers) ont tous enchainé les performances de grande classe sur plusieurs matchs d’affilée.

Autre problème observé depuis plusieurs matchs, l’inefficacité en Power Play.

Ce qui faisait l’une des forces de cette équipe en début de saison, à savoir être premier de la ligue en buts marqués en supériorité numérique, est devenu un nouveau point problématique pour cette équipe.

Par exemple cette nuit était un festival de pénalités, les Ducks ont joué 29 minutes en infériorité numérique contre 19 aux Devils, qui ont été incapables d’en profiter.

De beaux casse-têtes s’annoncent pour Lindy Ruff et ses troupes, et les dossiers urgents s’amoncèlent sur la franchise du New Jersey qui reste bien décevante cette saison pour le moment.

On le répète chaque semaine, mais le point de bascule approche au fur et à mesure que la saison avance, et les Devils ne semblent pas avoir la volonté de faire pencher la balance du bon côté, pour ce qui ressemblerait à un immense gâchis, leur marque de fabrique cette année…

 

Credit Photo : Joseph Maiorana-USA TODAY Sports

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires