NHL – La preview du match 1 des Finales Florida vs. Edmonton

par 9 minutes de lecture
nhl - Connor McDavid
par 9 minutes de lecture
Enlever la pub

Le premier match de cette finale inédite de la Coupe Stanley de NHL démarre ce samedi soir, que vous pourrez voir sur BeIn Sports. Les Panthers ont l’avantage du terrain et recevront donc ce soir à l’Amerant Bank Arena de Sunrise. Un premier déplacement en Floride pour les joueurs de l’Alberta, qui s’annonce être un marathon de déplacement. Cette finale sera en effet la plus éloignée en terme de distance de l’histoire. Le meilleur joueur de la ligue, Connor McDavid, participera à sa première finale, tandis que les Floridiens sont sur leur deuxième finale de rang. Qui prendra l’avantage pour cette première manche ?

Les Panthers, une machine physique et offensive

Qualifiée pour la seconde année consécutive en Finales NHL, les coéquipiers de Matthew Tkachuk ont fait de leur saison un objectif particulier de revenir en Finales, et celui-ci s’est manifestement renforcé et nourri en cours de saison « Tout ça s’est bâti au fur et à mesure. Ç’a commencé avec notre début de saison et ça s’est poursuivi tout au long de la campagne, a rappelé Tkachuk. Nous avons dû battre d’excellentes équipes pour arriver ici. La route a été ardue. », a rappelé Tkachuk au micro de Guillaume Lepage de NHL.com. 

Il faut dire que le parcours des Panthers est remarquable, et le Capitaine Barkov en est la raison principale. On peut rappeler la victoire logique 4 à 1 contre Tampa Bay, où la limitation de Nikita Kucherov par Aleksander Barkov, aura été l’atout total de la qualification dans ce derby de Floride. Au second tour, les Bruins de Boston ont du s’incliner 4 à 2, série lors de laquelle Pastrnak, principale force offensive des Bruins, a été éteinte par… Barkov. Enfin, en Finale de la Conférence Est, les Rangers se sont heurtés à l’efficacité des joueurs de Sunrise, qui sont remontés de 2 à 1 pour s’imposer 4 à 2. Panarin, l’attaquant vedette des Rangers, a disparu, grâce au travail de longue haleine de… Barkov ! Si un joueur des Panthers est candidat au trophée Conn-Smythe, c’est bien lui.

Offensivement parlant, on remarque que de nombreux joueurs ont apporté leur pierre à l’édifice. Si Tkachuk est le meilleur pointeur avec 19 points depuis le début de ces finales, le meilleur buteur est Carter Verhaeghe, suivi de près par Sam Reinhart. Le top 6 offensif des Panthers est bien présent, et même plus ! Dans ces séries, on peut noter la très bonne phase de Gustav Forsling, qui a réellement passé un cap, tant offensif avec 11 points, que défensif avec 23 tirs bloqués, et 23 minutes de jeu par match. Avec 55 buts marqués en 17 matchs, une moyenne de tirs de 33,24 tirs sur les cages, on sait que le danger peut venir de partout, peut importe l’organisation offensive des locaux du soir, on sera enfin efficace en PowerPlay avec 23,3% de réussite offensive dans l’exercice.

Défensivement, l’équipe est très physique, en commençant par le vice capitaine Tkachuk, qui cumule les tampons sur ses adversaires directs. Aussi, l’organisation défensive a permis de faire le dos rond pendant de nombreux matchs, de s’imposer par des écarts d’un but de nombreuses fois (à 7 reprises d’ores et déjà, dont 3 consécutives lors de la finale d’Association). Ils occupent également la seconde place en Penalty Kill des Playoffs, avec 88% d’infériorités numériques anéanties, pour uniquement 24 tirs vers leur enclave, soit 10 de moins que l’an passé, où ils ont rejoint les Finales. L’atout défensif majeur sera bien évidemment Sergei Bobrosvski, qui fait des Séries quasi irréprochables avec une fiche de 0,908, une moyenne de 2,20 buts contre lui. Il faudra briller devant la cage pour pouvoir ramener le trophée en Floride. En cas de défaillance, Stolarz pourra prendre la relève, lui qui n’a pas participé jusqu’ici aux Séries éliminatoires.

On est monté en compétences, on a travaillé sur les faiblesses, et on semble prêts pour aborder cette nouvelle finale. L’ensemble de l’effectif est en santé ou presque. On peut penser également que c’est comme une force tranquille que les protégés de Paul Maurice ont tous les ingrédients pour pouvoir l’emporter, à commencer par le premier match de ce soir. Quelle ombre au tableau peut-on déceler pour ce soir ? Il n’y en a pas, ou peu. Il y a souvent de l’indiscipline dans les oppositions entre ces équipes, on a compté 16 pénalités lors de la rencontre de début de saison, remportée 5 à 3 par les Panthers. C’était avant le changement d’entraineur principal des Oilers. Un match avec indiscipline sera manifestement défavorable pour les joueurs de l’Est.

Les Oilers, une machine bien huilée

18 ans plus tard, les voilà de retour ! C’est sur les épaules du capitaine McDavid que reposent les espoirs du peuple de l’Alberta de voir revenir la Coupe Stanley à la Rogers Palace d’Edmonton. Et pourtant, après 15 matchs de saison régulière, personne ne pouvait espérer les voir rallier les Séries, encore moins arriver en Finales, en l’emportant face aux Texans de Dallas lors de la finale d’Association de l’Ouest, sur le score de 4 à 2. En preview de début de saison, il était question de savoir si McDavid et Draisatl avaient compris que dominer à deux ne permettrait pas de l’emporter. Il semblerait qu’ils l’aient compris. Le capitaine s’est mis au service de ses coéqupiers, sait marquer au bon moment comme lorsqu’il s’agit d’inscrire le but vainqueur de la Série contre Dallas avec un but dont il a le secret.

C’est grâce à une armada offensive de premier rang que les Oilers ont pris la mesure de leurs différents adversaires. Tout d’abord, ils ont effacé les Kings 4 à 1 en inscrivant 22 buts pour cette seule série, avec notamment un premier match exceptionnel – Tour du chapeau pour Zach Hyman, et 5 points pour McDavid. Au second tour, ils se sont révélés efficaces pour s’imposer lors du 7ème match d’une série très serrée contre les Canucks de Vancouver, où 6 des 7 rencontres se sont soldés avec un seul but d’écart, témoignant de la résilience, et des ajustements du coach, où on a pu voir Pickard prendre le relais de Skinner sur quelques matchs. Knoblauch sait prendre des décisions et assume pour sa première saison en tant qu’entraineur. Enfin, les Canadiens ont remporté l’Association de l’Ouest contre les Stars, équipe très similaire à celle des Panthers, complète sous toutes les formes. Ils ont su, comme les Panthers, revenir d’un score de 2 à 1 dans la Série pour s’imposer 4 à 2, avec ce match 6 où, avec 10 tirs seulement, ils se sont imposés 2 à 1.

Le gros atout sera forcément la puissance offensive des Oilers. Ils occupent la première place des Playoffs avec 3,50 buts marqués par match, 5 joueurs dans le top 10 des meilleurs pointeurs des Séries, McDavid (31), Draisatl (28), Bouchard (27), Nugent Hopkins (20), Hyman (18 mais 14 buts). Ils sont également au premier rang en efficacité en Power Play avec 37,3% de réussite en supériorité numérique, pour 63 buts marqués. Les atouts offensifs sont importants, d’autant que la débauche d’énergie est bien présente.

Si on connaissait les prouesses offensives, on avait moins estimé les capacités du jeune défenseur Evan Bouchard, qui, à 24 ans, s’impose comme l’un des meilleurs joueurs défensifs de cette campagne, le meilleur aux points apportés évidemment. Cela coincide avec les statistiques défensives  »exceptionnelles » de son équipe, avec 93,8% de Penalty Kill, première dans cette catégorie, pour 25 tirs concédés. Il faut nuancer ceci car les Canucks n’ont pas aidé à l’augmentation de cette statistique. Le travail défensif des Oilers aura permis d’éviter les tirs vers leur cage, et donc par conséquent de préserver leur gardien Stuart Skinner, qui, bien qu’il ait connu des périodes moins efficaces lors de cette saison, tout comme en Séries éliminatoires, se sera révélé décisif lors des moments importants, comme le septième match chez les Canucks, ou le dernier match contre Dallas avec 34 arrêts.

Point d’attention majeur, les premières Finales de Connor McDavid. Il est manifestement concentré sur cette dernière, et cela pourrait bien évidemment être un enjeu trop important et cristalliser les capacités des meilleurs atouts des Oilers, cependant, il reste lucide sur la situation : « Je l’ai dit avant la série contre Dallas et je le dis encore avant la série contre la Floride. Les Panthers ont une très bonne équipe et j’y consacre toute mon attention. Je reste dans le moment présent. Je peux simplement réaliser ce qu’il y a devant moi. Je pense à samedi et au premier match. ».

Que penser alors de ce premier match ?

Manifestement, on devrait voir une série longue et très serrée, où les deux franchises peuvent l’emporter. C’est très clairement du 50/50. Pour ce premier match, les Floridiens vont vouloir impacter directement physiquement les Oilers. On l’a vu, ils ont su répondre contre Dallas. Il faudra donc pour les Panthers rester disciplinés pour ne pas se faire piéger rapidement et tenter de recoller au score. On devrait approcher des 30 tirs pour les Panthers, 27 pour les Oilers, et donc, au jeu de l’efficacité, on devrait être au coude à coude. Et si ce match d’ouverture se soldait sur un match nul? Ce serait ma vision pour ce match, 2-2 ou 3-3, ce qui ferait l’affaire des Panthers sur le long terme je pense, l’effectif étant plus profond que celui des visiteurs.

 

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires