La NHL et la Francophonie : une vieille histoire

par 3 minutes de lecture
Play-offs à l'ouest : la grande bataille
par 3 minutes de lecture
Enlever la pub

A l’occasion de la semaine de la langue française de la francophonie, The Free Agent propose une série d’articles mettant en lumière les francophones à travers les ligues américaines. Le hockey et la NHL entretiennent une longue histoire avec la francophonie et la langue française qui démarre dès sa création . Bien que la majorité de son public soit anglophone, le français tient encore une part importante dans la culture du hockey sur glace. 

La NHL est francophone depuis sa création

Cependant, plus que la francophonie, c’est avant tout avec le Québec que la LNH (le nom de la NHL au Québec) entretient bien plus qu’une histoire. Il faut dire que la LNH est née dans la Belle Province. C’est à Montréal, en 1917 que les propriétaires de 5 franchises se sont rencontrés pour créer notre ligue. Si de cette époque, il ne reste aujourd’hui que les Canadiens et les Maple Leafs, il existait à l’époque plus d’équipes en territoire francophone qu’anglophone. En effet, sur les 5 premières équipes de la ligue, trois étaient localisées au Québec : les Canadiens, les Wanderers (une autre franchise de Montréal) et les Bulldogs (à Québec). 

Aujourd’hui, et depuis le départ des Nordiques, il ne reste que les Canadiens de Montréal dans la Belle Province. Ils communiquent à leurs fans aussi bien en français qu’en anglais et reste les gardiens de la francophonie dans la ligue. Pourtant, il ne s’agit pas de la seule franchise à produire des contenus dans la langue de Molière. Les Senators (qu’on devrait en réalité appeler les Sénateurs) d’Ottawa publient eux aussi du contenu en français. La capitale canadienne, bien qu’étant localisé en Ontario est limitrophe de Gatineau qui se trouve au Québec. Il est donc aisé de comprendre pourquoi la franchise d’Ottawa a donc fait le choix du bilinguisme. 

Les joueurs francophones ont brillé dans tout le continent américain

Plus que des franchises de nombreux joueurs francophones, principalement québécois, ont fait l’histoire de la ligue. Il y a Guy Lafleur et Maurice Richard, qui en plus d’avoir gagné plein de titres ont donné leurs noms à des récompenses individuelles de la ligue. Mais limiter l’impact des joueurs québécois à ces deux seules légendes seraient profondément injuste : il y a en a eu tant d’autres : Martin Brodeur, Vincent Lecavalier, Patrick Roy, Jonathan Huberdeau etc. En 2020, c’était de nouveau un francophone qui occupait la première place du repêchage : Alexis Lafrenière. 

L’histoire de la NHL s’écrit effectivement en français à Montréal et à Ottawa mais pas seulement. Elle s’écrit en français à travers la ligue, grâce aux joueurs, aux journalistes, aux fans et à tous ceux qui font vivre ce sport dans notre langue. 

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires