Preview des Championnats du Monde Junior 2024

par 8 minutes de lecture
Championnats du monde junior 2024
par 8 minutes de lecture
Enlever la pub

Les Championnats du monde junior 2024 vont débuter dans un peu plus d’une semaine en Suède.

C’est l’occasion, un peu spéciale, de vous dresser le portrait de cette compétition.

Ou? Quand? Comment?

10 équipes, 2 groupes et 29 matchs… Tel est le programme de ces 48ème championnats du monde (Division Elite) cuvée 2024 qui aura lieu en Europe, dans le beau pays de la Suède (nation importante dans l’histoire de ce sport) du 26 décembre au 05 janvier dans la ville de Göteborg. A cette occasion deux patinoires ont été retenues:

Découvrez l'App TFA ! Découvrez l'App TFA sur iOs ! Découvrez l'App TFA sur Android !

  • Scandinavium: Salle de spectacle ouverte en 1971 (agrandit en 1990 et rénovée en 2001 puis en 2006) dont la capacité pour les matchs de hockey peut atteindre 12’044 places. Les matchs du groupe A ainsi que deux des quarts de finale, les demi finales et les finales s’y dérouleront.
  • Frolundaborg: Salle construite en 1967 (rénovée entre 2007 et 2009), d’une capacité de 7’600 places et qui accueille les matchs de l’équipe de Frolunda HC (SHL) lorsque le Scandinavium est destiné à d’autres manifestations. Les matchs du groupe B s’y dérouleront ainsi que deux des quarts de finale de la compétition.

Présentation

Pour le format de cette compétition, c’est assez simple: 2 groupes de 5 équipes dont les 4 premières sont qualifiées pour les quart de finale: matchs à élimination direct (le 02 janvier), et un match de barrage pour départager les derniers non qualifiés. Le vaincu sera rétrograder en Division 1A et cédera sa place au Kazakhstan (retour dans l’élite après sa rétrogradation en 2020), vainqueur de ce groupe (les 6 équipes, dont la France, se sont disputé le précieux sésame du 10 au 16 décembre en Hongrie) pour les mondiaux de 2025 qui se dérouleront au Canada à Ottawa (mais ceci est une autre histoire).

Les demi-finales (également à élimination directe) qui auront lieu le 04 janvier et enfin les finales: la petite finale pour la médaille de bronze et la grande finale pour le titre auront lieu le 06 janvier.

Groupe A:

  • Canada: Le double tenant du titre, autant dire l’épouvantail de ce sport (surtout depuis l’éclatement du bloc soviétique). Emmené par Macklin Celebrini (potentiel numéro #1 du prochain repêchage), les Canadiens viseront le titre et rien d’autre pour la passe de 3.
  • Suède: Les locaux, après avoir été surpris par les Tchèques (1-2 en prolongations) en demi-finale l’année dernière et les privant de la finale rêvée. Les juniors ont également perdu la petite finale face aux Américains, encore une fois en prolongations (7-8)… Un air de revanche pour l’équipe des 3 couronnes?
  • Finlande: Les Finlandais ont vécu un accident de parcours, surtout après les exploits de 2022 (JO, CM et des podiums pour toutes les catégories) avec seulement une 5ème place aux derniers championnats du monde juniors, éliminé par les Suédois en quart de finale. Réponse assez vite avec de grosses confrontations à venir dans ce groupe.
  • Allemagne: Depuis leur montée en élite (pour l’édition 2020), les Allemands se trouvent dans le ventre très mou de la division élite, avec tout de même trois qualifications d’affilée en quart de finale. Stagnation ou amélioration en vue pour nos voisins?
  • Lettonie: Le petit poucet de ce groupe avec une seule idée en tête: ne pas perdre le match de barrage en fin de compétition…

Groupe B:

  • République Tchèque: Les vice champions du monde de la précédente édition seront tête de série de ce groupe, en progression à chaque compétition, les tchèques sont encore une fois là pour jouer aux troubles fêtes et peut-être rêver du titre.
  • Etats-Unis: Encore une grosse côte pour l’équipe des Etats-Unis, les -18 ont gagnés le titre mondial en 2023. Et dans un groupe « moins relevé », les Américains peuvent faire chauffer la machine en attendant les quart de finale, tout en restant sérieux quand même (leur pêché mignon national)
  • Slovaquie: Un coup d’éclat lors des phases de groupe et la qualification pour les quarts est assurée pour les Slovaques. Les Etats-unis l’année passée et l’exploit fut tout proche face aux Canadiens (défaite en prolongations 2-3), il y aura encore de quoi faire dans ce groupe B voir après.
  • Suisse: Toujours présent avec quelques fois un coup d’éclat. 3 victoires au delà du temps réglementaire pour les Suisses lors de la précédente édition et hop ça file en quarts de finale et assurer encore une année de présence en élite. Pas facile a jouer, ils viseront encore une place un place dans la phase suivante.
  • Norvège: Les petits nouveaux, vainqueur de la Division 1A (5 victoires en 5 matchs l’an dernier) vont pouvoir se frotter au gratin mondial.

 

Quelques Records

  • Pour le nombre de titres, il n’y a pas photo, le Canada avec 20 titres (10x vice-champion et 3x médaille de bronze est largement en tête du classement. La Russie (ou Union Soviétique, ou CIS) en est à 13 titres* (13x vice-champion et 11x médaille de bronze). Pour compléter le podium, on trouve 2 nations: la Finlande et les Etats-Unis avec 5 titres chacune. La Finlande est devant au nombre de 2ème place (7 contre 2).
  • Malgré la compétition 2023 XXL de Connor Bedard (23 points, 9 buts et 14 passes), il ne détient pas le record de points sur une édition (il n’est d’ailleurs « que » 4ème de ce classement)… Ce record reste la propriété de Peter Forsberg (SUE – centre, ancien joueur des Nordiques, Avalanches, Flyers et Predators, 2x vainqueur de la Stanley cup avec les Avalanches du Colorado en 1996 et 2001) en 1993 avec 31 points (7 buts et 24 passes)
  • Le plus grand nombre de points au total appartient à… Peter Forsberg: 42 points (10 buts et 32 passes sur 2 éditions)
  • Le meilleur buteur sur une édition avec 13 buts (en 1993) est Markus Näslund (SUE – ailier gauche, ancien joueur des Penguins, Canucks et Rangers entre 1993 et 2009) – Juha Jyrkkio (FIN) et Jan Jopat (TCH) étant les défenseurs qui ont le plus marqué avec 7 buts chacun
  • Le meilleur buteur de l’histoire de cette compétition est Pavel Bure (RUS – ailier droit, ancien joueur des Canucks, Panthers et des Rangers entre 1991 et 2003) avec 27 buts (1989, 1990, 1991) -Reijo Ruotsalainen (FIN) est le défenseur ayant marqué le plus de buts avec 9
  • Peter Forsberg (encore lui…) est le meilleur passeur avec 32 passes – Ryan Ellis (CAN) est quand à lui le meilleur passeur défensif avec 20
  • Et également le meilleur passeur sur une seule édition avec 24 passes (bien sur en 1993) – Peter Anderson (SUE) avec 9 passes en 1985 pour les défenseurs
  • Devon Levi (CAN) est le gardien avec le meilleur GA avec 0.75 (en 2021)
  • Pour le meilleur %Sv, c’est encore Devon Levi (CAN) avec .964 (le Canada n’avait pas gagné le tournoi cette année, se faisant battre en finale par les Etats-Unis de Trevor Zegras sur le score de 2-0)
  • Jochen Hecht (ALL) et Bjorn Christen (SUI) se partagent le record du plus grand nombre de matchs disputés avec 26 matchs joués.

Divers

Nos amis Suédois ont mis les petits plats dans les grands en nommant 4 ambassadeurs officiels pour cette compétition, et pas des moindres:

  • Joel Lundqvist: frère jumeau de qui vous savez et qui a évoluer au poste de Centre sur une carrière longue de 23 saisons et notamment 3x champions du monde élite avec la Suède. Un petit passage dans la NHL chez les Stars de Dallas (entre 2006 et 2009)
  • Hanna Olsson: la capitaine de l’équipe locale (Frolunda HC), cette attaquante (C/W) de 24 ans est considérée comme l’une des meilleures en activité (146GP, 78G-182A–260PTS en saison régulière et en SDHL uniquement), également internationale élite depuis ses 16 ans!!!!
  • Kim Martin: Jeune retraité des patinoires, cette ancienne gardienne (2x meilleure joueuse du monde, double médaillé olympique et double médaillé aux championnats du monde) est actuellement « sports manager » pour le club de Frölunda HC pour la section hockey féminines.
  • Henrik Lundqvist: King Henrik, gardien légendaire des New-York Rangers durant de longues saison (2005-2020), HOF, champion olympique en 2006 et champion du monde en 2017, il ne lui aura manqué que la Stanley cup pour faire parti du fameux « Triple Gold Club » (JO, CM et SC)

Prono

Soyons fous: une finale Canada-Suède serait des plus alléchante. Cela permettrait de faire la lumière sur cette jeunesse Suédoise (qui jouera à domicile) qui n’a rien a envier aux Canadiens, pourtant le gratin de ce sport. Tous les éléments sont en place pour avoir une belle compétition, hélas une nation historique du hockey est toujours absente pour des raisons extra-sportives depuis 2022…

Et le petit plus: en suivant cette compétition, il y a de fortes chance de connaitre pas mal de joueurs qui seront sélectionner lors du prochain repêchage NHL (du 28 au 29 juin à Las Vegas)

 

* Ne sont pas comptabilisés les 3 premières éditions (de 1974 à 1976, qui sont considérés comme non-officielles) ou l’URSS a gagné les 3 tournois…

 

Credit Photo : Perry Nelson-USA TODAY Sports

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires