Arizona Coyotes : La saison de la honte

par 4 minutes de lecture
Arizona Coyotes, la saison de la honte
par 4 minutes de lecture
Enlever la pub

Retour sur la saison 2021-2022 des Arizona Coyotes. Une année très compliquée sous le soleil ardent du sud des Etats-Unis.

Au fond du trou

25 victoires seulement pour Arizona cette saison. Les Yotes se sont rattrapés en 2022 mais ont très mal commencé avec seulement 5 victoires entre octobre et fin décembre. Triste bilan : l’équipe d’André Tourigny a fini comme la pire attaque de la ligue ainsi que la deuxième pire défense, de quoi craindre pour le futur. Un bilan sportif combiné à un bilan administratif très contrasté. Retour sur la saison des coéquipiers de Clayton Keller.

La satisfaction : Tours de draft et espoirs gardés

Le GM d’Arizona, Bill Armstrong, peut être comparé à Sam Presti en NBA. Il a cumulé les échanges sur les deux dernières saisons et a en sa possession 35 tours de drafts sur les trois prochains repêchages. 35 tours dont 5 au premier tour, 7 de second tour et 7 de troisième tour. Pour cela, il a laissé partir plusieurs bons joueurs dont Christian Dvorak (Montréal), Darcy Kuemper (Colorado) ou Ilya Lyubushkin (Toronto).

Autre point positif, le seul autre, Bill Armstrong a réussi à garder ses deux espoirs principaux : Clayton Keller et Jacob Chychrun. Le premier, attaquant, a inscrit 63 points cette saison et a terminé comme meilleur pointeur de la franchise devant Nick Schmaltz. Pour le second, défenseur, il a eu un exercice un peu plus complexe avec 21 points. Son nombre de match a été grandement réduit à cause d’une blessure au genou.

La surprise : Karel Vejmelka

Le gardien des Yotes n’a pas réalisé la plus belle des saisons mais a été crucial dans les quelques victoires de la franchise. L’ancien du Kometa Brno (D1 Tchèque) termine sa saison rookie avec 89.8% d’arrêts pour 3.68 buts encaissés par match. Il a également gagné sa place avec sa sélection nationale. Il a joué titulaire au championnat du monde et a amené la République tchèque vers une médaille de bronze.

La déception : La gestion de la franchise

Dès le début de la saison, c’était mal parti pour Arizona. L’atmosphère dans les coulisses de la franchise était plus que pesante. Plusieurs témoignages de salariés avaient été relayés par The Athletic dénonçant les méthodes de management du nouveau propriétaire de la franchise, Alex Meruelo.

Depuis, les Coyotes ont perdus leur patinoire. A la suite d’une mésentente financière due au non paiement d’une taxe, la franchise a été virée de la Gila River Arena de Glendale. Ils jouent donc désormais dans une patinoire bien plus petite, celle de l’université d’Arizona State, une salle considérablement plus petite de 5000 places. Pire encore, c’est une salle que la franchise n’arrive pas à remplir. L’Arena de Glendale pouvait contenir 17,000 personnes et abritait les matchs de la franchise depuis 2003.

Des grosses rumeurs de vente ont donc émergés tout au long de la saison. Plusieurs pistes ont étés murmurées par des sources plus ou moins sérieuses. Au Québec d’abord, le projet Nordiques pourrait revenir sur la table. La piste la plus probable reste cependant Houston, un marché sudiste qui a du potentiel et qui reste à conquérir pour Gary Bettman, le commissionner de la NHL.

L’été à venir : Draft & FA

Bill Armstrong doit montrer cet été qu’Arizona a un réel avenir dans la NHL. Avec 7 choix dans les deux premiers tours de la draft, le GM des Yotes pourrait bien faire du bruit en tentant des gros trades. Jacob Chychrun, déjà dans les rumeurs d’échanges cette année, pourrait être échangé contre un nom plus ronflant.

Arizona possède également le troisième choix du repêchage 2022. Ils pourraient donc sélectionner un prospect talentueux. Juraj Slafkovsky ou Shane Wright, si ils ne sont pas pris avant, semblent ceux avec le plus de potentiel. Un nom qui revient à Arizona est Logan Cooley, un centre très vif avec de belles qualités offensives.

Contractuellement, Arizona va d’abord devoir négocier le contrat de Kyle Capobianco, un défenseur offensif prometteur. Pour les attaquants, plusieurs dossiers chauds seront sur le bureau des Yotes. Lawson Crouse est agent libre restreint et est un des meilleurs espoirs de cette équipe. Plusieurs joueurs sont agents libres non restreints : Jay Beagle, Loui Eriksson et le français Antoine Roussel.

Le plus gros dossier reste celui de Phil Kessel. Il est le leader de cette équipe ainsi que son meilleur vétéran. Kessel a les capacités de demander un gros contrat, compliqué pour Arizona si l’argent leur manque. 8/9 millions d’euros par an seraient sur la table.

 

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires