Anaheim Ducks : Des canards (c)laqués.

par 3 minutes de lecture
Ducks
par 3 minutes de lecture
Enlever la pub

NHL – Après une défaite 2-8 sur la terre de Connor McDavid et Leon Draisaitl la nuit dernière, les matchs se suivent et commencent à fortement se ressembler pour les Ducks.

Durant les quatre matchs qui se sont déroulés la semaine dernière, en plus de la défaite pour les Ducks, l’équipe adverse est toujours rentrée au vestiaire avec un avantage de deux buts lors de la première période.

Cela démontre que cette jeune équipe ne sait toujours pas rentrer dans ses matchs par manque de concentration et l’effet de surprise qui lui permettait d’effectuer ses fabuleux come back du début de saison n’est plus, laissant les carences techniques prendre peu à peu le dessus sur le jeu.

On peut également y ajouter un gros manque de discipline sur la glace puisque les Ducks comptent 115 pénalités (!!) en 21 matchs, le seul domaine où l’équipe domine en NHL. Le signe d’une équipe jouant de plus en plus avec la frustration de ne pas y arriver.

Six Feet Under :

Après ce fabuleux rush de six victoires consécutives, les Ducks enchaînent donc avec six défaites d’affilée et avec ce fort sentiment de retomber dans les travers de la saison passée. Mais, tout comme Rome qui ne s’est pas faite en un jour, personne n’espérait voir une des pires équipes de l’histoire de la ligue devenir un concurrent aux Playoffs d’une année à l’autre.

Des défaites, il y en aura d’autres (beaucoup d’autres) et c’est surtout dans la manière de jouer qu’il faudra noter une évolution. Si cela a bien été le cas au mois d’octobre, la magie a fini par s’estomper et ce sera le grand challenge du coach Greg Cronin et son staff : remobiliser ses joueurs afin de lui donner une réelle identité de jeu.

Si Terryble ?

A l’image d’un Troy Terry qui a du mal à lancer sa saison, faut-il pour autant s’inquiéter ? Pas le moindre du monde. Il faut d’abord comprendre que la vision de la franchise et du GM, Pat Verbeek, est de construire sur l’avenir (d’ici 2-3 ans) pour emmener cette équipe à maturité et vers les sommets.

Rappelons également que Trevor Zegras et Jamie Drysdale, deux gros prospects, sont toujours blessés, que Leo Carlsson (LA future star de la franchise) suit un plan particulier pour l’intégrer au mieux à la Ligue et qu’Alex Killorn, le vétéran recruté cet été, n’a pas pu se préparer durant le camp dû à une blessure et enchaîne depuis les matchs sans être au point physiquement.

 

Ajoutez à cela des jeunes qui découvrent à peine le haut niveau (Dostal, Mintyukov, Luneau, LaCombe), dormez tranquille, l’avenir s’annonce radieux à Anaheim.

 

Credit photo: Perry Nelson-USA TODAY Sports

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires