Super Bowl 2024 : Retour sur cinq Chiefs-49ers historiques

par 13 minutes de lecture
Super Bowl
par 13 minutes de lecture
Enlever la pub

NFL – Les Chiefs de Kansas City et les 49ers de San Francisco se retrouveront ce dimanche 11 Février au Super Bowl LVIII (coup d’envoi 0h30 heure française). Deux équipes historiques de la NFL qui se sont déjà affrontées quinze fois. Retour sur cinq des plus marquantes oppositions.  

 

6 Décembre 1971 : 49ers 17-26 Chiefs

La première. En cette douce nuit californienne (11 degrès) d’hiver, deux franchises jusqu’ici inconnues l’une de l’autre vont s’affronter pour la première fois. Nous jouons alors la Week 12 de la saison 1971 de NFL dans un match important opposant deux équipes truffées de légendes et en forme (qui se qualifieront d’ailleurs pour les Playoffs cette année-là).

D’un côté, les Niners, emmenés par le légendaire mais vieillissant John Brodie (2ème en nombre de yards à la passe dans l’histoire de la franchise, record du plus bas pourcentage de passes interceptées en NFL) tenant en titre du trophée MVP, abordent cette rencontre avec un bilan de 7 victoires pour 4 défaites.

De l’autre côté, les Chiefs sont eux emmenés par leur leader all-time en yards à la passe en la personne de Len Dawson (28 507 yards en carrière) qui est également le quarterback ayant remporté le premier Super Bowl (duquel il a été MVP) des Chiefs deux ans auparavant et entrent dans la rencontre avec un bilan de 7 victoires, 3 défaites et un match nul. C’est donc un affrontement au plus haut niveau pour ce premier Chiefs-49ers de l’histoire.

 

John Brodie en 1971. Mandatory Credit: Tony Tomsic-USA TODAY NETWORK

Alors que le premier quart-temps se veut timide (3-0 San Francisco), Kansas City s’envole lors des deux quart-temps qui vont suivre pour mener 23-10 à l’entame du dernier quart-temps. Otis Taylor, 3ème en yards à la réception dans l’histoire des Chiefs, survole la rencontre. Il inscrit deux touchdowns : un de 46 yards sur une passe de Dawson puis un à de 25 yards à la course. Avec 81 yards en tout dans les airs, il écœure la défense californienne.

Les 49ers tenteront en vain de relever la tête et s’inclinent 17 à 26 dans un match où Dawson (263 yards) prendre le dessus sur Brodie (qui sera même intercepté). La rivalité est lancée.

 

17 Novembre 1985 : 49ers 31-3 Chiefs

 

Un bond dans le temps de 14 ans. Une période où les deux équipes vont prendre des trajectoires bien différentes. Les Chiefs entrent dans une période creuse (pas le moindre match de Playoffs entre 1971 et 1986) là où les Niners deviennent une référence en NFL et sont même les champions en titre lors de cette saison.

Ce match ne déroge pas à la tendance de l’époque puisque les Chiefs entament ce match de Week 11 avec un bilan de 3 victoires pour 7 défaites quand les Niners luttent pour une place en Playoffs avec un bilan de 5 victoires pour autant de défaites.

Durant le premier quart-temps pourtant, les Chiefs pensent pouvoir croire à l’exploit, le match est fermé pour un score de 3-3. Mais, dès le 2ème quart-temps, de match il n’y en aura plus.

Les Niners s’envolent aisément vers un large succès 31-3. L’illustre Joe Montana démontre toute sa classe et prend largement le dessus sur Bill Kenney (5ème en yards à la passe dans l’histoire des Chiefs). Avec un impressionnant 23 sur 34 à la passe pour 235 et deux touchdowns, Montana (sélectionné au Pro Bowl lors de cette saison) va surtout s’appuyer sur Roger Craig (11e meilleur receveur de l’histoire de la franchise) qui va comptabiliser 8 réceptions.

Jerry Rice, possiblement le meilleur receveur de l’histoire de la NFL, et leader confortable du plus grand nombre de yards en réception de l’histoire de toute la NFL, reste lui de façon assez surprenante très timide durant ce match avec une seule petite réception de 19 yards.

Les Niners parviendront à accrocher un ticket pour les Playoffs mais la campagne de défense du deuxième des quatre Super Bowls remportés par Montana s’arrêtera dès le tour de Wild Card avec une défaite chez les Giants. Les Chiefs eux connaîtront leur dernière saison de médiocrité avant de retrouver les Playoffs en finissant dernier de l’AFC Ouest.

Ce match est la plus grande victoire de l’histoire des 49ers sur les Chiefs.

11 Septembre 1994 : Chiefs 24-17 49ers

Joe Montana vs Steve Young. Non, vous n’avez pas mal lu les trois mots précédents, les deux quarterbacks les plus iconiques de l’histoire de San Francisco se sont bien affrontés une fois au cours de leurs carrières, et quel affrontement.

En effet, deux ans plus tôt, alors que Montana se veut vieillissant (36 ans) mais surtout gêné par les blessures, à l’épaule notamment qui lui coûtera deux saison d’inactivité, les Niners décident de titulariser le prometteur Steve Young malgré le retour de Montana. Joe Montana est alors autorisé à entrer sur le marché des transferts et rejoint les Chiefs de Kansas City pour y retrouver son ancien entraîneur de 1983 à 1985 par un échange entre les deux équipes.

 

Montana et Young, alors coéquipiers aux 49ers. Mandatory Credit: Robert Hanashiro-USA TODAY Sports

Lors de sa première saison dans le Missouri, Montana emmène les Chiefs jusqu’en finale de conférence AFC après un match mémorable contre les Broncos de John Elway entre autres, et chute contre les Bills. Victime d’un traumatisme crânien et d’une perte de mémoire durant ce match, il pense mettre un terme à sa carrière mais reviendra pour une ultime saison. Coup du sort, il affrontera l’équipe dont il a fait les beaux jours dès le deuxième match de la saison.

Les deux équipes se retrouvent donc à l’Arrowhead Stadium de Kansas City dans une belle après-midi d’été, en ayant chacune gagné leur premier match.

La rencontre tient toutes ses promesses avec deux équipes qui alternent les temps-forts. Les Chiefs remportent le premier quart-temps 7-0 avant de se retrouver mené 14-9 à la mi-temps.

Mais Montana, qui a à cœur de montrer que les Niners n’auraient pas dû se séparer de lui, décide de prendre les choses en main et passe un 15-0 aux californiens dans le troisième quart-temps. Young essaiera, en vain, de reproduire la performance du deuxième quart-temps. Mais rien n’y fait, même les 78 yards de Jerry Rice, et les 49ers ne marqueront que 3 points pour finir le match.

Montana parvient à prendre le dessus sur Young, malgré 85 yards en moins dans les airs, en lançant un touchdown de plus et en étant jamais intercepté au contraire de Young qui le sera deux fois. Ce match met aussi en lumière deux styles très différents de quarterback avec un Steve Young beaucoup plus mobile que son vis-à-vis, n’hésitant pas à utiliser ses jambes.

Cette opposition était le Super Bowl rêvé de beaucoup de monde dans la NFL puisque les deux équipes appartenant à des conférences différentes pouvaient s’y retrouver. Les deux équipes parviendront à se qualifier en Playoffs. Si San Francisco remplit même sa part du contrat en ne perdant que 3 matchs cette saison-là et se hissant au Super Bowl après s’être débarrassés des Bears et des Cowboys, ce n’est pas le cas des Chiefs.

Alors qu’ils se déplacent à Miami face à Dan Marino. Les Chiefs s’inclinent dans ce qui sera le dernier match de la carrière d’une immense légende, qui dispute son dernier match dans le stade où il a remporté son avant-dernier Super Bowl.

 

Joe Montana en fin de carrière chez les Chiefs en 1994. Mandatory Credit: Michael C. Hebert-USA TODAY NETWORK

Les 49ers iront eux au bout d’une saison historique. Young remporte sa deuxième bague, mais sa première en tant que titulaire à l’issue d’un Super Bowl remporté 49-26 contre les Chargers, soit le 3e plus haut total de point pour une équipe dans l’histoire du Super Bowl.

1er Octobre 2006 : Chiefs 41-0 49ers

12 ans plus tard, les époques ont radicalement changé. Exit les années dorées Montana puis Young pour San Francisco qui auront apportés 5 Super Bowls au Niners (qui ne l’ont jamais remporté depuis). La franchise californienne nage en plein doute durant cette période.

En effet, de 2003 à 2010, San Francisco ne connaîtra pas la moindre campagne de Playoffs, une éternité pour une telle franchise.  Seul lueur d’espoir au tableau, la draft de Alex Smith au premier tour en 2005, mais qui ne parviendra jamais à confirmer du côté de la Californie avant d’aller faire les beaux jours des… Chiefs (4ème au classement des yards à la passe dans l’histoire de la franchise).

Pour Kansas City, cette période n’est pas celle que connaît l’équipe actuellement où la présence en Playoffs est devenue banale, mais ils parviennent lentement à se relever de ces années cauchemars entre les 70s et les 80s. Ils viennent d’accrocher les Playoffs en 2003 et sortent d’une saison à 10 victoires pour 6 défaites.

Les Chiefs peuvent notamment s’appuyer sur une escouade offensive performante symbolisée par Larry Johnson (3ème au classement des yards au sol de l’histoire des Chiefs) et Tony Gonzalez qui fut le meilleur tight end voire joueur non-quarterback de l’histoire des Chiefs avant qu’un certain Travis Kelce ne vienne lui emboîter le pas 5 ans après sa retraite.

Ce match a donc lieu en tout début de saison alors que les deux équipes n’ont remporté qu’un seul match jusque-là. Et l’opposition va être une véritable boucherie. Les Chiefs ne laisseront rien et vont totalement submerger leurs adversaires du jour.

Yards à la course, à la passe, sacks, pertes de balles, pénalités, temps de possession, les Niners prennent l’eau dans tous les compartiments du jeu. Alex Smith ne parvient qu’à compléter 13 passes pour 92 yards. Les Chiefs n’épargneront les Niners que dans le troisième quart-temps, seul d’entre eux où les Chiefs ne marqueront pas au moins 10 points.

 

Larry Johnson face aux 49ers en 2006. Mandatory Credit: John Rieger-USA TODAY Sports Copyright (c) 2006 John Rieger

Frank Gore, leader historique des 49ers en yards au sol n’en gagnera que 65 en 14 tentatives. Un fiasco. C’est la 5ème plus grosse défaite de l’histoire d’une franchise créé en 1946.

Gonzalez parvient lui à réceptionner pour 59 yards dans cette rencontre. Les Chiefs parviendront à se qualifier en Playoffs avec un bilan de 9 victoires pour 7 défaites au terme de cette saison mais finiront derrière d’irrésistibles Chargers cette année-là qui ne perdront que deux matchs.

La saison s’arrêtera au tour de Wild Card face aux Colts pour une génération talentueuse qui paiera sûrement la trop faible qualité au poste de quarterback.

 

2 Février 2020 : Super Bowl LIV 49ers 20-31 Chiefs

C’est l’affrontement le plus prestigieux de l’histoire entre ces deux équipes qui se défieront dans un Super Bowl mémorable peu avant la pandémie de Covid-19.

Ce Super Bowl réunit un nombre de talents immenses, y compris sur les bords du terrain (avec un affrontement entre deux des entraîneurs les plus créatifs de NFL en la personne de Kyle Shanahan et Andy Reid que nous retrouverons cette année), et deux équipes aussi bien fortes en attaque qu’en défense.

Au terme d’une des saisons les plus relevées de l’histoire de la NFL où 6 équipes finiront la saison avec 4 défaites ou moins (ce qui est le cas des Chiefs et des 49ers qui ont tous les deux remportés leur division), la route pour le Super Bowl est semée d’embûches.

Les Niners sont parvenus à éliminer les Packers d’Aaron Rodgers au tour précédent quand les Chiefs ont d’abord écarté avec la manière les Texans, 51-31, après avoir été mené 24-0 puis ont éliminé d’étonnant mais fantastiques Titans ayant battus coup sur coup Tom Brady et la Patriots puis les Ravens, qui avaient le meilleur bilan en saison régulière, le tout à l’extérieur.

Kansas City parvient à s’extraire du piège pour disputer son premier Super Bowl en 51 ans sous la houlette d’un Patrick Mahomes bluffant qui ne dispute que sa deuxième saison en tant que titulaire.

Le Super Bowl peut alors débuter et les deux équipes se livrent une bataille acharnée au coude à coude lors de la première mi-temps, conclue sur le score de 10 à 10. Pour la quatrième fois de l’histoire, il y a égalité à la mi-temps du Super Bowl.

Pour la deuxième période de ce Super Bowl, les californiens reviennent avec le couteau entre les dents et pensent avoir fait le plus dur en entamant le dernier quart temps avec 10 points d’avance suite au touchdown de l’indéboulonnable Kyle Juszczyk.

L’entame du dernier quart-temps de ce Super Bowl tend à affirmer encore un peu plus l’issue finale de ce match. Sur une 3ème et 6, Mahomes cherche Tyreek Hill mais le ballon rebondit sur son avant-bras et finit dans les mains de Tarvarius Moore, joueur des Niners, qui intercepte le ballon et sonne quasiment la fin du match.

Mais ce Super Bowl bascule alors dans l’irrationnel. Pris par un élan de grâce, Andy Reid et ses hommes vont complètement inverser la tendance de cette rencontre. Après avoir rapidement récupéré le ballon grâce à sa défense, les Chiefs ont 8 minutes et 53 secondes pour entrer dans l’histoire.

Survient alors l’une des plus belles actions vu lors d’un Super Bowl récent. Sur une 3ème et 15, Mahomes tente le tout pour le tout en envoyant une passe surpuissante vers Hill qui parvient à attraper le ballon pour 44 yards. Kansas City, galvanisé par cette action, inscrira derrière 3 touchdowns sans encaisser le moindre point pour infliger un violent 21-0 aux 49ers dans le seul dernier quart-temps de ce Super Bowl historique.

Les Chiefs remportent le Super Bowl pour la première fois depuis 1969. Patrick Mahomes lui, entre dans l’histoire en devenant le plus jeune joueur de l’histoire à être MVP du Super Bowl à 24 ans et 138 jours.

Chiefs et 49ers se sont rencontrés en tout 15 fois dans leur histoire pour un avantage 8-7 en faveur de Kansas City qui a remporté 5 des 6 dernières rencontres. Reste à savoir qui tirera son épingle du jeu lors du Super Bowl LVIII.

© Malcolm Emmons-USA TODAY Sports HISTORICAL ARCHIVE

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires