Jason Bofunda, running back du Flash : « Notre pire ennemi c’est nous-mêmes »

par 5 minutes de lecture
championnat elite
par 5 minutes de lecture
Avant le duel qui opposera le Flash de La Courneuve aux Cougars de Saint-Ouen l’Aumône, TFA a rencontré le running back du Flash, Jason Bofunda, pour en savoir plus sur la saison en cours.

Passé tout d’abord par le soccer, Jason Bofunda a commencé le football américain à l’âge de 19 ans après avoir perdu l’intérêt qu’il portait au soccer. Il fait ses débuts avec le club des Gladiateurs de La Queue-en-Brie où il signe une première saison à 99 courses, 1 021 yards et sept touchdowns.

En bon running back, l’actuel numéro 33 du Flash va faire les choses plus vite que les autres en rejoignant l’équipe de France dès sa première année en football américain. Champion d’Europe en 2018, il est recruté dans la foulée par Paul Durand et le Flash où il évolue depuis.

The Free Agent : Bonjour Jason, commençons par la saison du Flash. Sept victoires en sept matchs, toujours en course en CEFL, meilleure attaque, meilleure défense, tout se passe comme prévu non ?

Jason Bofunda : Oui clairement pour le moment tout va bien, comme prévu. On a vraiment un groupe unique et un coaching staff parfait qui nous a vraiment préparé de la meilleure des manières pour cette saison. C’est ce qui nous amène ces résultats. On doit par contre être vigilant à ne pas prendre la grosse tête. On le sait, notre pire ennemi c’est nous-mêmes.

TFA : Justement avec une telle domination, comment fait le vestiaire pour éviter de tomber dans l’excès de confiance ?

J.B. : Pour le moment, c’est vrai qu’on n’a pas encore eu de gros problèmes dans les rencontres. Mais on a conscience qu’à un moment donné on aura un challenge face à nous. Et justement, on se prépare pour ça, afin de répondre présent ce jour là. C’est là qu’on verra le vrai visage du Flash.

TFA : Dans les équipes du championnat, selon toi qui sera l’équipe qui va vous poser ce challenge ?

J.B. : Je pense aux Black Panthers (Thonon-les-Bains). On les a battu cette année mais c’était le début de saison et les choses n’étaient pas forcément encore en place pour eux. On va les rejouer deux fois chez eux cette année minimum avec la coupe d’Europe, on verra comment ils ont évolué. Mais je m’attends à un gros challenge face à eux.

TFA : Tu parles de la coupe d’Europe (CEFL). Comment vous gérez la fatigue et l’enchainement des matchs justement sur cette fin de saison ?

J.B. : Pour le moment on a eu la chance de dominer assez rapidement nos rencontres. Le fait de scorer rapidement nous a permis de faire tourner et de faire vraiment jouer tout le monde. Ca permet à tout le monde de se reposer et comme on a eu pas mal de blessés, ça nous a vraiment aidé.

TFA : En ce qui concerne la saison, on imagine que l’objectif est de tout gagner cette année ?

J.B. : Oui, c’est vraiment l’objectif que l’on s’est fixé. Surtout, on aimerait terminer la saison invaincus. Aucun club n’a jamais remporté son championnat et la coupe d’Europe en étant invaincu, on souhaite être les premiers à le faire.

TFA : Vous jouez d’ailleurs les Cougars de Saint-Ouen l’Aumône ce week-end. Comment vois-tu la rencontre ?

J.B. : Ce ne sera pas un match simple car les Cougars ont une bonne équipe. Ils ont selon moi le meilleur duo quarterback – receveur (Brody Hahn – Jefferson Alexandre) qu’on ait affronté cette année. Leur connexion et leur timing sont vraiment parfaits. En plus, leur quarterback court beaucoup… C’est un match à prendre très au sérieux.

TFA : Individuellement, tu totalises 60 courses, 541 yards et huit touchdowns en championnat. Comment se passe ta saison ?

J.B. : Pour le moment tout va bien. Je suis très content de faire partie de cette équipe et de réaliser ces performances en étant back-up. Je travaille beaucoup pour m’améliorer et apporter tout ce que je peux à l’équipe.

TFA : Tu es leader en yards par course avec une moyenne de 9,02, c’est quoi ton secret ?

J.B. : (Rires) J’ai des grosses cuisses ! (Rires). Non mais vraiment j’ai toujours eu naturellement des grosses cuisses. Du coup, ça m’aide beaucoup à casser les plaquages. J’ai aussi gagner en maturité dans mon jeu. Je lis beaucoup mieux le second rideau des linebackers, ce qui me permet de mieux anticiper. Mais mon jeu c’est vraiment d’être capable de casser des plaquages pour gagner des yards.

TFA : Tu partages le poste avec Guillaume Buquet et François-Guilhem Pion. Comment se passe votre relation à l’entrainement ?

J.B. : On s’entend vraiment bien. On se chambre un peu mais on aime tout ce que les autres apportent au jeu de l’équipe. Et vraiment on kiffe ensemble !

TFA : Dernière question avant de parler NFL, quels sont tes objectifs à moyen terme ?

J.B. : À moyen terme, j’aimerais rejoindre l’European League of Football. J’ai envie d’aller affronter des joueurs plus forts et de me challenger. Je veux vraiment voir jusqu’où je peux aller dans ce sport.

TFA : Je suis obligé maintenant de te parler NFL. Quels sont les joueurs et les équipes que tu suis ?

J.B. : Les Saints ! Mais franchement c’est dur depuis le départ de Drew Brees et cette année de Sean Payton. Sinon dans les joueurs, évidemment Alvin Kamara, j’admire sa polyvalence, il sait tout faire sur un terrain. Et pour le physique et le style de jeu, Saquon Barkley. J’adorais le regarder avant sa blessure avec son physique rapide et sa manière de casser les plaquages.

Jason Bofunda jouera ce dimanche à 14h00 sur le terrain des Cougars de Saint-Ouen l’Aumône. L’objectif du Flash sera de tenter d’engranger une huitième victoire consécutive face au troisième de la conférence A.

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires