Garrett sur la sellette et… viré

par 5 minutes de lecture
Daniel Jones
par 5 minutes de lecture
Enlever la pub

Le match du Monday Night Football terminé, les interminables questions autour du poste de Jason Garrett refaisaient surface. Doit-il être maintenu ou débarqué ? Les Giants ont tranché.

La prestation plus que famélique des New York Giants avait de nouveau faire parler et surtout le maintien de Jason Garrett à son poste de coordinateur offensif. Les Tampa Bay Buccaneers avaient rétabli la hiérarchie des forces dans la ligue par le biais de ce match, et par effet domino, confirmé l’inaptitude du staff de l’escouade offensive à développer un plan de jeu leur permettant de rivaliser avec les différentes équipes rencontrées. En fer de lance et coordinateur de cette attaque, Jason Garrett était de plus en plus menacé et sous le feu des critiques.

Des doutes mais le maintien

La défaite contre les Buccaneers 30-10 a montré les limites de l’attaque des Giants à répondre au défi. Joe Judge, coach principal des Giants, continuait, par le biais de ses déclarations, à donner le change et à nous confirmer que l’ensemble des membres de l’équipe (joueurs et membres du staff) devaient s’améliorer, chacun dans les éléments liés à son poste. Cependant on sentait de plus en plus la difficulté de Judge à cacher ses réelles convictions vis-à-vis de Jason Garrett et les déclarations d’après-match avaient tendance à de plus en plus indirectement cibler ce dernier.

Judge avait dit :

Nous évaluerons tout en équipe et ferons tout ce qu’il faut pour aller de l’avant. Nous devons mettre nos joueurs dans la position de faire les jeux. En tant que joueurs, je serais autant frustré qu’ils ne le sont.

Et à propos de Garrett :

Je ne vais pas me prononcer sur ce sujet maintenant.

Bien sûr, on ne doutait pas de la sincérité de ses propos à englober tout le monde mais Judge n’avait pas déclaré simplement que Garrett serait bien son coordinateur offensif pour les jours et saisons à venir. Effectivement, il ne le sera plus.

Un soutien en apparence

Avec un effectif revenant petit à petit à son plein potentiel, Daniel Jones était sorti de ce match avec 23 passes sur 38 complétées, 167 yards, 1 TD et 2 interceptions et des interrogations en suspens. Saquon Barkley, pour son retour après 4 matchs suite à sa blessure à la cheville, totalisa un maigre 56 yards en 12 portées de balles. Kenny Golladay, qui a été signé pour 4 ans et 72 millions de $ durant l’intersaison, n’avait été ciblé que 2 fois pour 1 réception et 12 yards. L’équipe n’ayant scoré que 30 points une seule fois sur les 26 derniers matchs depuis que Garrett avait repris la gestion de l’attaque.

Là où le bât blessait, c’est aussi l’attitude de Jason Garrett et Daniel Jones sur le banc après les jeux et lors de leurs analyses de système, on sentait plus une participation commune et fataliste de ce qui se passait qu’une vraie prise de position de Garrett à accompagner son QB et le « challenger » à se dépasser sur les prochains drives.

 

Défendu à l’époque par ses joueurs, Saquon Barkley disait :

Oui ! Je crois en lui ! A la fin de la journée, c’est facile de partir et de blâmer uniquement le coaching staff. Au lieu de pointer du doigt les autres, tu dois d’abord te regarder dans un miroir. En tant que joueurs, nous ne réalisons pas les jeux demandés, nous devons aller sur le terrain et les réaliser.

En tant que coach responsable, Judge affirmait :

Je vous le confirme, nous allons mettre ce qu’il faut sur le terrain pour que vous en soyez fier. Je m’y engage ! Vous comprenez ça ? Je m’y engage, je suis le leader technique de cette équipe, je suis le garant du bon fonctionnement de cette équipe. C’est en moi. Je ne pointerais du doigt quiconque. Il n’y aura pas d’excuse. Nous allons réussir.

Voilà des intentions louables mais qui ne restaient que des paroles d’encouragement. Depuis la prise en main du poste de coordinateur offensif par Garrett, il n’y avait jamais eu un constat, sur ces deux années, d’une amélioration du jeu développé, ni même une amélioration des compétences de Daniel Jones de la manière dont les Giants le souhaitaient depuis qu’ils l’avaient sélectionné à la 6éme place du premier tour de la draft en 2019.

Trop, c’est trop…

Sur la 1ère année de Joe Judge en tant qu’entraineur principal, les Giants ont terminé avec un bilan de 6 victoires pour 10 défaites en 2020. Ils n’ont plus participé à une série de play-offs depuis 2016, c’est d’ailleurs la dernière fois qu’ils ont terminé une saison avec un bilan positif.

Si ce n’était pas une déficience de compétence de la part de Jason Garrett qui empêcha les Giants de produire au minimum un jeu diversifié, peut-être était-ce alors le message et la personnalité qui ne passaient pas ou plus…

De miraculeux retournement de situation des résultats et des attitudes des Giants durant cette saison 2021, il n’en eut point… et les New York Giants ont pris la seule décision qui s’imposait. Ils se sont séparés ce matin de Jason Garrett.

Les espoirs de changement de philosophie de jeu devraient être dans les mains et la science du jeu de Freddie Kitchens. Ancien entraineur principal des Browns en 2019 et occupant le poste d’assistant offensif senior au sein de la franchise, il reprendra le poste par intérim, à lui d’imposer le revirement de situation attendu avant un changement presque inévitable en janvier.

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires