Finale D2 : entretien avec Jean-Luc Donivar, président des Dauphins de Nice

par 3 minutes de lecture
par 3 minutes de lecture

The Free Agent suit les phases finales du football américain en France avec les playoffs de D1 mais aussi ceux de D2 qui vont voir s’affronter en finale les Pionniers de Tours et les Dauphins de Nice.

Nous rencontrons les acteurs de cette finale qui sera diffusée sur nos chaînes Twitch et Youtube.  Cinquième volet :

jean-luc donivar

 

TFA : Aujourd’hui, on est avec le Président des Dauphins de Nice, Jean-Luc Donivar. Bonjour à toi. Peux-tu te présenter, toi et ton club?

Jean-Luc Donivar : Bonjour, j’ai 62 ans, je suis président des Dauphins de Nice. Le club a été créé en 1999. En partant de rien, nous sommes arrivé en cinq ans en D1. Nous avons disputé trois coupes d’Europe. Nos cadets on été champions de France en 2009 et nos juniors plusieurs fois finalistes.

Le Covid nous a beaucoup coûté. Nous avons eu beaucoup de départs et on a dû repartir à zéro ou presque. La montée est un bon point pour redynamiser le club. Ce n’était pas gagné avec beaucoup de nouveaux joueurs et quelques anciens comme Sullivan (retrouvez son interview ici). 

TFA : D’ailleurs, le début de saison a été difficile. Peux-tu nous expliquer ce qui s’est passé?

Jean-Luc Donivar : Nous avons essayé de recruter un coach américain (David Gould). La communication a été très compliquée entre lui et les joueurs et entre le coach et les dirigeants également. On a décidé de reconstruire avec un groupe exclusivement français.

Yannick (Fattorini, interview iciet Aurélien (Giordanengo) ont repris le groupe. En effet, quand cela ne fonctionne pas, c’est comme dans tous les sports, c’est le coach d’abord. Et il faut avouer que je ne suis pas à l’aise avec l’anglais, donc un coach étranger, on a voulu essayer, mais ça ne fonctionne pas chez nous. Depuis ce changement, nous avons redressé la barre et tout va bien.

 

TFA : Parle nous de cette demi-finale qui s’est joué sur un field goal dans la dernière minute.

Jean-Luc Donivar : Dans l’ensemble, on a maîtrisé le match. Mais quelques erreurs auraient pu nous coûter cher. Je le dis souvent aux gars, mais il faut « fermer sa gueule, jouer et rester concentré ». Ils ont su le faire dans cette rencontre.

TFA : Est-ce que tu connais les Pionniers de Tours?

Jean-Luc Donivar : Je ne connais pas du tout. Ils auraient dû monter les années Covid qui n’ont pas été à leur terme. Ils étaient sûrement revanchards. En étant quasi invaincus, ils accèdent à la D1 et à cette finale par la grande porte. Ils ont acquis le respect sur le terrain et je leur tire mon chapeau.

TFA : Et comment te prépares-tu pour cette finale ?

Jean-Luc Donivar : On aurait aimé avoir des supporters mais Tours c’est assez loin. Il n’y a pas de trains directs. On va se retrouver comme en 2007 quand on avait remporter le titre de D2 chez les Météores de Fontenay sous Bois.

TFA : Justement, à propos de la D1, comment cela se prépare-t-il?

Jean-Luc Donivar : La première chose à acquérir quand on monte, c’est le maintien. Pour cela, nous avons commencé le recrutement. Mais ce n’est pas moi qui m’occupe du terrain, je laisse cela au staff. Je suis plutôt dans l’administratif. Je souhaite surtout des recrues françaises pour pouvoir discuter et les connaître car j’accorde une grosse importance à l’humain.

TFA : Merci beaucoup et bonne chance pour la finale !

Jean-Luc Donivar : Merci à vous. A bientôt.

 

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires