Utah Jazz : Le bilan de la saison 2021-2022

par 7 minutes de lecture
Utah Jazz
par 7 minutes de lecture
Enlever la pub

Les bilans de saison régulière continuent sur The Free Agent, plus que quelques franchises manquantes et aujourd’hui, direction Salt Lake City, pour parler de l’équipe du Utah Jazz. Au programme : Bilan global, satisfaction, déception et projection sur l’été à venir.

 

La satisfaction : Rudy Gobert, patron de la défense

Depuis plus de 5 ans maintenant, le Utah Jazz nous habitue à de bonnes prestations en saison régulière.

La saison écourtée de 2021 a vu cette équipe finir tout en haut de la ligue avec 72% de victoires et cette saison, le Utah Jazz a régressé mais l’exercice ne fait pas exception à la règle : 49 victoires et 33 défaites pour les Mormons et une 5ème place à l’Ouest après avoir laissé filer le 4ème spot par les Mavs au finish, la faute à cette série de 5 défaites d’affilée à la fin du mois de mars.

L’arrivée de Mike Conley 2 ans auparavant a permis au Utah Jazz d’être plus discipliné en attaque, (22ème au pace cette saison), mais c’est surtout en défense que l’équipe excelle. Top 5 des meilleurs équipes défensives la saison dernière, le Utah Jazz est encore une top 10 défense de la NBA aujourd’hui et même si l’effort collectif est présent, impossible de ne pas évoquer, encore une fois, la saison défensive de notre Français Rudy Gobert.

Véritable tour de contrôle de cet effectif en défense, le Choletais de 29 ans a terrorisé les attaquants adverses à force de contres, de sa rapidité latérale ou par de simples dissuasions. Son absence de quelques jours à la mi-saison à cause de son mollet s’est d’ailleurs bien ressentie, sans lui, le Utah Jazz était tout simplement la pire équipe de la ligue en défense.

 

Au final pour Rudy, une nouvelle participation au All-Star Game (la 3ème fois d’affilée avec son coéquipier Donovan Mitchell) où Rudy aurait pu être titulaire, une nouvelle sélection dans une équipe défensive et une 3ème place au titre de défenseur de l’année derrière le lauréat Marcus Smart et l’arrière des Suns, Mikal Bridges. Le tout avec des stats sérieuses puisque Rudy aligne 15,6 points, 14,7 rebonds et 2,1 contres.

La déception : Rudy Gobert, encore, mais cette fois en attaque

Même si les bilans de saison régulière et les stats sont satisfaisantes, l’attaque du Utah Jazz reste bonne mais interroge grandement. Cette saison, les hommes de Quin Snyder font partie des franchises qui ont le plus shooté à 3 points avec plus de 40 tentatives derrière l’arc, seuls les Wolves font mieux avec 41 tentatives, 14,5 tirs rentrés de moyenne pour un bon pourcentage de 36%.

Seulement voilà, les trous d’air ça arrive et c’est arrivé plusieurs fois cette saison, et malgré le talent offensif de leur joueur star Donovan Mitchell, leur meneur d’expérience Mike Conley, leur feu-follet en sortie de banc Jordan Clarkson et surtout leur force en présence au poste bas avec notre Rudy national, le Jazz n’a pas su se faire violence et proposer de l’alternance en attaque.

Rudy Gobert ne tourne qu’à 7 tirs tentés par match, en dépit de l’avantage de taille constant qu’il représente, pour le meilleur pourcentage de la ligue avec plus de 71% de réussite.

Des critiques ont commencé à voir le jour aux Etats-Unis comme en France : Pourquoi Rudy Gobert est-il si peu utilisé en attaque ? Le vestiaire du Jazz fonctionne-t-il ? Quin Snyder a-t-il la main sur ses joueurs ? Donovan Mitchell et Rudy Gobert entretiennent-ils de bonnes relations ? En clair, la dynamique était loin d’être optimale au moment d’aborder ces Playoffs.

La surprise : Des Playoffs (encore une fois) décevant

Cette campagne de Playoffs 2022 débute avec ce Jazz en opposition face aux Dallas Mavericks d’un Luka Doncic très incertain au moins sur le début de série.

Game 1 à Dallas le samedi 16 avril 2022, et c’est dans la douleur que le Utah Jazz s’impose 99 à 93, 32 points pour Mitchell à 34,5% au tir et aucun tir tenté pour Rudy.

Lors du Game 2, Jalen Brunson sors de sa boîte pour nous planter 41 points pour son 2ème match de Playoffs en tant que titulaire alors certes l’absence de Luka laisse quelques espaces mais la défense du Jazz n’a pas su l’arrêter, 1-1 dans la série au moment de se déplacer dans l’Utah.

Sur ces 2 premiers matchs, le travail semble fait pour Snyder et ses hommes mais une nouvelle défaite sans Luka Doncic dans ce Game 3 à Utah crée déjà une situation d’urgence pour le Jazz (15 points et 7 rebonds pour Rudy à 6/6 au tir ce soir-là).

Le décor est idéal pour un retour du prodige slovène côté Mavs dans ce Game 4, au final c’est un Jazz à réaction qui s’impose sur le fil grâce à une dernière action aérienne de Mitchell pour Gobert, comme un symbole, 2-2 dans la série (17-15 pour Rudy ce soir-là et 30 points et 10 rebonds pour le retour de Luka Doncic).

L’euphorie sera de courte durée puisque le Jazz perdra sur les 2 prochaines et dernières oppositions. Véritable rouste au Game 5, 102 à 77 pour les Texans avec un Donovan Mitchell à seulement 9 points à 4/15 aux tirs en 31 minutes.

Les Mavs commencent à générer leur rythme qui les emmènera jusqu’en finales de conférence avec un collectif bien huilé et en face le Utah Jazz semblent avoir déposé les armes, c’est donc en toute logique que le Game 6 sera le dernier de cette série, même si le match fut serré (98-96), personne ne donnait cher de la peau des joueurs de l’Utah et c’est ainsi que s’achève la saison 2021-2022 du Utah Jazz.

Une saison décevante où tout se jouait en Playoffs, où la déception et le goût amer sont encore à l’ordre du jour et où le groupe semble plus que jamais proche d’une implosion.

L’été à venir : Une transition à trouver

Comment rebondir de cette énième désillusion ? Telle est la question fatidique. L’événement majeur qui dictera les 4 prochains mois à Salt Lake, c’est le départ du coach Quin Snyder, annoncé au début du mois de juin.

Après 8 années de bons et loyaux services qui ont permis de replacer cette franchise du Utah Jazz dans les hauteurs de la NBA, Quin Snyder est le premier domino qui tombe face à ces dernières campagnes de Playoffs décevantes.

Cela étant dit, une question se pose : Quelle suite pour le Utah Jazz ? Snyder sera-t-il remplacé par un autre coach qui ravivera la flamme entre Mitchell et Gobert ? Le départ de Snyder était-il seulement le premier pion d’un grand bouleversement ? Le ménage va-t-il être effectué autour ce duo d’All-Star ?

L’avenir nous le dira. Notons tout de même que Danny Ainge a pris le poste de directeur général en décembre dernier et que le duo Mitchell-Gobert ont signé leurs extensions de contrats l’été dernier, après la saison à la 1ère place de la Ligue, à respectivement 163 et 205 millions de dollars.

L’été sera chaud mais l’été sera long au pays du lac salé qui accueillera le All-Star Game 2023.

 

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires