Play-in 2023 preview : Oklahoma City Thunder vs New Orleans Pelicans

par 4 minutes de lecture
par 4 minutes de lecture
Enlever la pub

Le play-in tournament continue ce mercredi avec les affiches entre les 9ème et 10ème de chaque conférence. A l’ouest, New Orleans reçoit le Thunder dans un match à élimination directe.

Gagner deux matchs pour obtenir la dernière place en play-offs. C’est l’objectif des Pelicans et du Thunder qui s’affrontent demain à La Nouvelle-Orléans. Le vainqueur se déplacera ensuite chez le perdant du match qui oppose les Lakers et les Wolves.

 

New Orleans : retrouver les play-offs sans Zion Williamson

Brandon Ingram, New Orleans Pelicans

Tout avait bien commencé cette année pour New Orleans jusqu’à une nouvelle blessure de Zion Williamson. Privés de leur franchise player depuis janvier, les Pelicans ont réalisé une très bonne fin de saison pour accrocher le play-in. Ils terminent à la 9ème place de l’ouest avec un run de 9 victoires lors des 12 derniers matchs. Les Pels ont néanmoins perdu le dernier duel pour obtenir la 8ème place face à Minnesota, sans Rudy Gobert et Jaden McDaniels expulsés pendant la rencontre.

 

En l’absence de Zion c’est Brandon Ingram qui a porté l’équipe sur son dos. Depuis début février il tourne à 27,8 points, 6 rebonds et 6,8 passes décisives de moyenne avec 51% de réussite au tir. Derrière lui, CJ McCollum réalise une saison solide, dans ses standards à 21 points de moyenne. Jonas Valanciunas termine l’exercice en double double avec 14 points et 10 rebonds.

 

Les Pelicans s’appuient avant tout sur leur défense avec des joueurs de devoir comme Trey Murphy ou José Alvarado. Ils disposent du 9ème rating défensif avec 112 points encaissés de moyenne et du 15ème rating offensif avec 114,4 points marqués. L’année dernière, les Pels déjà privés de Zion avaient éliminé les Clippers en play-in en s’appuyant sur cette base défensive.

 

OKC Thunder : Une saison déjà réussie

Shai Gilgeous-Alexander, OKC Thunder

Qui aurait pu imaginer le Thunder en play-in cette année ? En pleine reconstruction, la franchise d’Oklahoma est composé d’un jeune corps de joueurs à développer. Privés de leur rookie Chet Holmgrem avant même le début de saison, on pouvait imaginer une troisième saison de tanking d’affilé. Le Thunder s’est pourtant accroché et a profité de la très mauvaise fin de saison de Dallas pour les doubler au finish.

 

Le jeune coach Mark Daigneault, seulement 38 ans, a créé un style de jeu ultra offensif (5ème rating de la ligue) autour de sa pépite Shai Gilgeous-Alexander. L’arrière a libéré son potentiel que l’on savait immense depuis plusieurs années. Il est le 4ème meilleur scoreur de la ligue avec 31,4 points de moyenne par match et enchaîne les performances ultra clutch.

Le développement de joueurs pour entourer Shai se passe encore mieux que prévu. Josh Giddey a confirmé son potentiel pour sa deuxième saisons. Le joueur est assez atypique, un grand guard de 2m03 avec une excellente vision de jeu qui tourne à 16,4 points, 8 rebonds et 6 passes décisives de moyenne. Les rookies Jalen et Jaylin Williams ont eux aussi dépassés les attentes. Jalen est même candidat au titre de rookie de l’année avec ses 14 points à 51% au tir et sa grosse défense.

 

La fougue contre la stabilité : opposition totale de style

 

Comme évoqué précédemment les Pelicans s’appuient sur une base défensive solide, le but sera d’imposer leur rythme et d’exécuter proprement en attaque. Le facteur X de cette série est Jonas Valanciunas. Le pivot lithuanien doit profiter du faible secteur intérieur de OKC pour faire des ravages dans la raquette. Néanmoins, il peut également être exposé en défense à cause du small-ball du Thunder qui va l’obliger à sortir sur les extérieurs.

 

OKC pratique en effet un jeu très rapide avec aucun vrai pivot titulaire. Le cinq majeur est composé de joueurs grands et mobiles capables de switcher en défense. Leur but sera d’enflammer la rencontre et d’être efficace en transition. Après leur saison réussi, le Thunder n’a rien à perdre et peut se permettre de pratiquer un jeu sans calcul. La pression est du côté des Pelicans.

 

Dans cette rencontre très indécise, la rédaction donne un léger avantage à Oklahoma. En cas de fin de match serrée, le Thunder a une capacité étonnante à prendre feu dans le dernier quart temps porté par un Shai Gilgeous-Alexander ultra clutch. Son duel au scoring face à Brandon Ingram sera à surveiller mais le meilleur joueur de la rencontre est, sur le papier, du côté d’OKC.

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires