Philadelphia Sixers : Le bilan de la saison 2021 – 2022

par 8 minutes de lecture
sixers
par 8 minutes de lecture
Enlever la pub

Les bilans de saison régulière continuent sur The Free Agent et aujourd’hui nous allons dans la ville de l’amour fraternel pour parler des Philadelphia Sixers. Alors entre bilan global, satisfaction, déception, petite surprise de l’année et projection sur l’été à venir, voici ce qu’il fallait retenir de la saison des Sixers.

La satisfaction : Joel Embiid en mode MVP

Du côté de Philadelphie, tout le monde veut vite passer à autre chose après cet échec en demi-finales de conférence la saison dernière face aux Hawks de Trae Young qui se sont imposés face à ces Sixers sur le score de 4-3 alors qu’ils étaient la meilleure équipe de la conférence Est.

Cette élimination aura eu la peau du groupe et une implosion a eu lieu à travers le divorce très médiatisée entre Ben Simmons et Philadelphie, un divorce qui aura duré presque 1 an avant que le meneur de 2m11 ne débarque chez les Brooklyn Nets en échange de James Harden et de Paul Millsap à la Trade Deadline.

Doc Rivers et Daryl Morey ont été mis en place pour démarrer cette nouvelle saison et quelle saison ! Les Sixers se maintiennent dans le haut tableau dans leur conférence à la 4ème place, 51 victoires pour 31 défaites, même bilan que les Milwaukee Bucks et les Boston Celtics qui closent le podium derrière le Miami Heat à la première place.

Une saison satisfaisante marquée surtout par la domination d’un homme : Joel Embiid, qui nous conclu une 2ème saison de suite à un niveau de MVP (il finira par ailleurs 2ème de la course derrière un autre pivot : Nikola Jokic, comme la saison dernière). Le pivot Camerounais terminera meilleur marqueur de la saison avec ces 30,6 points par match, du jamais vu depuis Shaquille O’Neal.

https://www.youtube.com/watch?v=idgxlxjbjag?start=6

 

Désormais mué en véritable leader depuis le départ de son acolyte australien et après certaines déclarations douteuses, Joel Embiid est devenu père de famille dans sa vie privée et sur le terrain car il a porté cette équipe sur son dos afin de toujours maintenir un certain niveau de compétitivité malgré l’ouragan médiatique qui s’abattait sur la franchise de Philadelphie pendant tout le début de saison.

Bien plus à l’aise physiquement, Joel Embiid a compilé sa saison la plus prolifique en dépassant la barre des 65 rencontres joués (68 au total), lui qui étant souvent décrié comme trop sujets à des blessures.

La palette du joueur est toujours aussi complète : Post-up, mobilité, handle, capacités athlétiques, poste bas, hook, tirs extérieurs… Le pivot nous ramène à l’air des intérieurs dominants en force, il fait partie désormais partie de cette catégorie de joueur où il est nécessaire d’organiser à l’avance le schéma de défense collective globale au risque de se faire pénaliser. L’intérieur Camerounais a même développé son sens du jeu, il ne se prive plus désormais pour libérer à un shooteur ouvert lorsqu’il est pris à 2.

En clair, Joel Embiid finira certainement sa carrière avec un beau palmarès individuel, le défi sur ses prochaines années sera d’aller chercher quelque chose collectivement et de régler certaines histoires de nationalité sportive.

La surprise : Tyrese Maxey, symbole de l’après Ben Simmons

Malgré la présence de Tobias Harris et puis plus tard de James Harden, qui représentent les 2 gros manieurs de ballons sur les lignes extérieurs, un jeune sophomore a su saisir sa chance pour prétendre au poste de meneur devenu vacant : il se nomme Tyrese Maxey.

Sélectionné dans l’anonymat à la 21ème place de la Draft 2019, le jeune Maxey a surpris la planète NBA de par ses qualités de scoreur polyvalent et n’a pas mis bien longtemps pour clore les débats concernant les potentiels joueurs à devoir intégrer dans le 5 majeur des Sixers.

Capable de shooter de près comme de loin, de finir son geste dans n’importe quelle position et de prendre tout le monde de vitesse, Tyrese Maxey conclu sa saison avec des stats de 17,5 points pour 3 rebonds et 4 passes et un rôle acquis de fidèle compagnon d’un des pivots les dominants de sa génération.

https://www.youtube.com/watch?v=qQ4_r3hhrZY?start=6

 

Bien discipliné par la maison Sixers surtout depuis l’arrivée de James Harden, Maxey représente désormais une menace offensive de plus qui accroît la compétitivité de cette équipe de Philadelphie qui renoue avec le succès en matière de choix de draft après des échecs notables comme Markelle Fultz ou encore Zhaire Smith.

La confiance du coach est acquise, le rôle dans l’animation offensive des Sixers est trouvé, la place dans le 5 majeur assuré, la carrière du jeune Maxey est officiellement lancée.

La déception : Une fin de saison au goût amer

Après ces 82 matchs de régulière plein d’orgueil, c’est donc le couteau entre les dents que les Sixers entament cette campagne de Playoffs 2022. Au 1er tour, l’opposition 4-5 prévoit les Raptors d’un compatriote camerounais, Pascal Siakam. Après s’être fait peur dans les matchs 4 et 5, les Sixers s’imposent 4-2 finalement sans trop de soucis mais avec des craintes. Ces craintes se portent Joel Embiid dont le pouce droit a été fracturé lors du Game 3 et dont la disponibilité pour la suite de ces Playoffs reste incertaine.

Le pivot Camerounais a tout de même tenu a terminer la série face aux Raptors, qu’il conclura avec 26 points de moyenne, mais le plus dur arrivera lors du Game 6 où par la suite d’un coup de coude involontaire de la part de Pascal Siakam, Embiid se fracture l’orbite de l’œil droit, une blessure qu’il avait déjà contracté en 2018 mais qui, là, apparaît au plus mauvais moment.

 

La saison de Joel Embiid semble se terminer là-dessus, le pivot manquera les 2 premières oppositions face au Miami Heat au tour suivant. Mais comme un héros, à la manière d’un Willis Reed en 1970, Joel Embiid revient sur les parquets pour aider son équipe du mieux qu’il puisse dans cette série afin d’éviter d’être mené 3-0.

Avec ces 36 minutes de temps de jeu et un joli 18-11, les Sixers d’un Joel Embiid masqué s’accordent un peu de sursis dans ce Game 3 remporté 79 à 99 au Wells Fargo Center. Même rengaine au match 4 où James Harden ramène les siens à égalité dans la série avec ses 31 points à 6/10 à 3 points, Embiid aura inscrit 24 points avec 13 rebonds à 7/13 aux tirs. Hélas, la marche fut globalement trop haute surtout avec un Joel Embiid si diminué. Le Heat s’imposera 4-2 dans la série et ainsi se terminera la saison 2021-2022 des Philadelphia 76ers.

Il est vrai que les blessures ne sont finalement que de l’ordre de la malchance et Joel Embiid sortait de son coté d’une saison où il en semblait relativement épargné. Malheureusement, pour gagner un titre, il faut que certaines planètes soit alignées, elles ne l’étaient pas pour les Sixers.

Triste de se dire que cette année-là, leur sort en Playoffs n’était pas de leur fait.

L’été à venir : On prend les mêmes et on recommence

Relativement peu de surprises sont attendues cet été du côté de Phila. Les stars sont en place, la hiérarchie est respectée et les rôles sont parfaitement attribués.

Le réel travail à fournir cet été sera de faire en sorte de proposer de la continuité. Après cette saison où les Sixers étaient longtemps dans l’œil du cyclone médiatique, les joueurs devront revenir plus forts : Joel Embiid devra soigner ses blessures, James Harden devra travailler sur sa puissance, son physique et sa vitesse qui avaient fait de lui un candidat régulier au titre de MVP et Tyrese Maxey aura encore tout à prouver.

Doc Rivers aura également du pain sur la planche pour faire repartir ce petit groupe.

À noter que James Harden rentrera dans sa dernière année contractuelle garantie avec plus de 47 millions à la clé. À lui de produire une saison à la hauteur de ses aspirations salariales.

L’effectif est riche à Philadelphie, le coup à jouer semble clair. Attention à ne pas gaspiller toutes ses cartouches alors que Joel Embiid est au summum de sa carrière.

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires