Play-in 2023 preview : Chicago Bulls vs Toronto Raptors

par 4 minutes de lecture
Demar Derozan, Zach Lavine, Chicago Bulls
par 4 minutes de lecture
Enlever la pub

Le play-in tournament continue cette nuit avec les affrontements entre les 9ème et 10ème de conférence. A l’est Toronto reçoit Chicago, deux équipes qui veulent sauver leur saison.

Un seul match pour sauver toute une saison. Après des saisons régulières décevantes les Raptors et les Bulls s’affrontent ce soir pour espérer accrocher la dernière place des play-offs à l’est. Le vainqueur se déplacera ensuite à Miami pour affronter le Heat, battu par Atlanta hier soir.

 

Chicago Bulls : sauver une saison en dessous des attentes

Demar Derozan, Zach Lavine, Chicago Bulls

Après leur retour en play-off l’an dernier, les Bulls espéraient enchaîner un deuxième saison dans le top 6. Pourtant, plusieurs désillusions ont plombé la saison de la franchise. Tout d’abord l’absence longue durée de Lonzo Ball, déjà blessé l’année dernière. Le meneur devra être opéré cet été pour espérer retrouver l’usage de son genou.

 

Sur le terrain, l’alchimie entre le duo d’attaque Demar Derozan et Zach Lavine semble s’être estompée. Malgré des statistiques quasiment identiques à celles de la saison dernière les deux hommes n’arrivent plus à combiner de manière régulière. Cela se ressent dans le jeu des Bulls, classé 22ème rating offensif. Le coach Billy Donovan ne semble que très peu inspiré pour trouver des solutions en attaque et ses joueurs sont en manque de réussite à trois points. Chicago est l’équipe qui tente le moins de trois points rentrés par match sur la saison, seulement 10,4 de moyenne.

 

Chicago a néanmoins réussi à se maintenir en play-in grâce à une base défensive solide, le 7ème rating de la ligue. Des joueurs de devoir comme Alex Caruso, Patrick Williams, Patrick Beverley ou Coby White permettent d’étouffer certaines équipes.

 

Toronto Raptors : retrouver des repères offensifs

toronto raptors

A l’image de leurs adversaires, les Raptors sont également auteurs d’une saison en dessous des attentes. Cinquième l’an dernier et auteur d’une série honorable face à Philadelphie au premier tour des play-offs, Toronto termine cette année à la 9ème place avec un bilan à l’équilibre.

 

Tout comme Chicago, la franchise canadienne est excellente en défense mais en manque d’inspiration en attaque. Ils détiennent le 4ème rating défensif avec 111,4 points encaissés par match mais le 24ème rating offensif avec 113 points marqués. Ce jeu défensif est caractéristique des Raptors depuis plusieurs années, mais est d’habitude accompagné d’une bonne réussite au tir. Cette saison ils détiennent le troisième pire pourcentage de réussite à trois points de la ligue : 33,5%.

 

Les Raptors sont une équipe grande et physique, avec beaucoup de profils d’ailiers et d’ailiers forts : Siakam, Anunoby, Barnes, Achiuwa. Ils sont capables switcher sur n’importe quel adversaire et d’étouffer les attaques. Si ces joueurs arrivent à retrouver de l’adresse au tir, ils peuvent rapidement passer un cap et devenir une vrai équipe de pla-offs.

 

Un affrontement, deux équipes au même profil

 

Toronto et Chicago sont donc deux équipes très défensives et en manque de réussite au tir. On peut donc imaginer un match à haute intensité, une guerre de tranchées à la Scotibank Arena. L’avantage du terrain est donc un grand avantage pour les Raptors dans ce type de confrontation, surtout lorsqu’on connais la qualité de leur public.

 

La clé de la victoire sera donc rentrer ses tirs au bon moment et d’exécuter le mieux possible en attaque. De ce côté-là, Toronto dispose également d’un avantage avec Fred VanVleet. Il est en effet un vrai meneur gestionnaire capable de distribuer le jeu, contrairement à Patrick Beverley et Alex Caruso qui ont essentiellement un rôle défensif.

 

Néanmoins, si le duo d’attaque Demar Derozan et Zach Lavine se met en marche au bon moment, Chicago dispose des deux meilleurs scoreurs sur le terrain. Le jeu lent et défensif profite bien à Derozan qui excelle en attaque placées pour se créer son propre shoot. Néanmoins, cette connexion n’est apparut que de manière épisodique cette saison ce qui laisse peu de certitudes.

 

L’avantage du terrain est selon la rédaction de TFA un facteur qui pourrait faire la différence pour Toronto qui devrait s’imposer dans un match très serré.

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires