Le cas des Washington Wizards est un exemple à ne pas suivre en 2022.

par 4 minutes de lecture
Bradley beal
par 4 minutes de lecture
Enlever la pub

Nous analysons le cas des Washington Wizards

Alors qu’il ne reste que deux matchs à jouer pour les Washington Wizards, il est temps de faire un bilan de la saison de l’équipe. En effet, les matchs contre les New York Knicks et les Charlotte Hornets ne serviront qu’a déterminer si l’équipe finit 11ème ou 12ème de la conférence Est. Dans nos prévisions de début de saison, nous les imaginions en lutte pour le play-in et c’est ce qui est arrivé. Par contre, la gestion de l’effectif a été catastrophique comme nous le révèlent nos collègues de The Athletic.  

Washington wizards

Des transferts sans résultats.

En début de saison, les Washington Wizards ont récupéré Kyle KuzmaKentavious Caldwell Pope et Montrezl Harrel pour changer la dynamique. Harrel est déjà parti et le transfert de Russell Westbrook n’a pas été concluant. Le constat est que les deux équipes sont perdantes sur ce trade. Wizards et Lakers ne sont pas qualifiées à minima pour le play-in.    

Le dernier jour des transferts, les Washington Wizards décident de recruter Kristaps Porzingis contre Spencer Dinwiddie (un autre échec de l’intersaison dernière) et Davis Bertans aux Dallas Mavericks. Il s‘agit là encore d’un pari qui s’avère peu payant au vu des résultats. Le joueur joue toujours par intermittence, même si cela tient presque du miracle tant il a accumulé les blessures ces dernières années. De plus, ils font venir un joueur qui devient le plus gros contrat de la franchise.

 

Il va percevoir l’année prochaine 33,8 millions de dollars puis en 2024, il aura une option pour une année supplémentaire à 36 millions. Le Letton est tellement fragile physiquement qu’à l’exception de ses deux premières années aux Knicks, il n’a jamais disputé de saison complète. Par contre, lorsqu’il est valide, il inscrit près de 20 points de moyenne.

L’autre problème des Washington Wizards est que le plus gros contrat et soi-disant le joueur star de l’équipe, Bradley Beal à disputé la moitié des matchs. Il veut être transféré comme Russell Westbrook avant lui. La difficulté réside dans son contrat. L’année prochaine, pour sa dernière année, il va toucher 36,4 millions de dollars. Un autre problème est sa blessure au poignet dont il a été opéré. À 28 ans, le meilleur marqueur de la saison passée va devoir faire la preuve qu’il peut revenir à son niveau d’All-Star.

Washington Wizards

Les Washington Wizards ont un avenir incertain

Au vu des problèmes de contrats des deux joueurs vedettes, il est difficile d’envisager l’avenir avec sérénité. Les Washington Wizards possèdent un choix lors de la draft de cette année. La position sera déterminée lors d’un tirage au sort orienté où participent les quatorze équipes les moins bien classées. Il est dit pondéré, car la probabilité d’obtenir un choix est proportionnelle aux résultats des équipes. 

Par exemple, les trois plus mauvaises équipes ont autant de chances, 14 pour cent, d’obtenir le premier choix. Ce système adopté en 1990 et ajusté depuis 2019 a pour but d’éviter le tanking. Cette pratique, bien qu’interdite, consiste à perdre plus ou moins volontairement des matchs afin d’augmenter leurs chances à la loterie.

Cette pratique est niée par l’ensemble des équipes, les résultats des dernières semaines laissent penser le contraire. Les Washington Wizards sont dans une situation particulière. Au vu de leur masse salariale, de leurs résultats, de leur réputation, il paraît impossible pour eux d’attirer des joueurs au cours de la free agency. 

Par contre, des transferts et des mouvements dans l’effectif sont à prévoir si l’équipe veut changer de dynamique. Kristaps Porzingis semble être la nouvelle tête d’affiche de la franchise. L’incertitude sur son physique et son niveau de jeu demeurent. Et la volonté de Bradley Beal de rester est une inconnue.

En conclusion, les Washington Wizards ont réalisé une saison certes décevante mais pas surprenante. La gestion des joueurs et des contrats est plus que douteuse et le front office ne semble pas avoir de direction claire. Ce sont les deux éléments qui nous démontrent que l’exemple de cette franchise n’est pas à suivre.  

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires