NBA Draft 2022 : Bennedict Mathurin, la vigueur québécoise

par 3 minutes de lecture
Bennedict Mathurin, la vigueur québécoise
par 3 minutes de lecture

La draft, c’est le 23 juin prochain. Focus sur un prospect potentiel top 10, le canadien d’Arizona Bennedict Mathurin.

First s(p)eed avec Arizona

Avec sa bonne saison universitaire (17.7 pts, 5.6 rebonds), Ben Mathurin a porté sa fac, Arizona, vers la première place de la division sud de la NCAA. A bientôt 20 ans, il se présente à la draft NBA et pourrait bien être choisi dans le top 10. Le canadien fait déjà 92 kg pour 2m01 et déploie son envergure à 2m10.

Ses atouts

Bennedict Mathurin est peut être l’un des tous meilleurs tireurs à 3 points de cette cuvée de draft. Le poste 2/3 a tiré à 38.3% de moyenne de loin sur ses deux années de NCAA. Il est surtout dangereux sur catch & shoot.

Sans le ballon, Mathurin apporte beaucoup d’énergie offensive. Il se glisse dans le espaces et crée des décalages cruciaux pour ses coéquipiers. Il mettra beaucoup de points sur passes décisives. Que ce soit dans les airs où au sol, il est capable de réceptionner puis de finir en un instant.

Dans les airs, oui, car Mathurin est un véritable ressort humain. A l’instar de Shaedon Sharpe, il n’est pas rare de le voir décoller et d’écraser le cercle adverse avec un gros dunk. On retrouvera surement le québécois dans le highlights de la saison prochaine.

Ses faiblesses

Défensivement déjà, c’est assez compliqué de voir Mathurin peser dans la NBA actuelle. Il n’a pas fait preuve d’une grande concentration en NCAA et laisse son adversaire partir dans son dos. Il n’arrive pas à garder son home à travers les écrans et lâche souvent l’affaire une fois le block posé.

Il n’a pas l’air d’avoir développé un bon jeu à mi-distance, son jeu est vraiment axé sur la transition où sa rapidité et son sang froid prennent le dessus. Il a beaucoup de mal à se démarquer en jeu demi-terrain à cause de son manque de dribbles. Sa création pour lui même est très limitée.

Projection

Bennedict Mathurin ne devrait pas être drafté dans le top 10 de cette draft. Le québécois part de très loin techniquement et pourrait prendre du temps à s’intégrer. Son profil de tireur à 3 points explosif peut faire penser à celui de Terrence Ross. Il pourrait dynamiser une seconde rotation avec un bon meneur vétéran. Avec les Knicks par exemple, il pourrait bien combiner avec Emmanuel Quickley.

 

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires