Les Philadelphia 76ers s’imposent en patrons au Canada au Game 6

par 4 minutes de lecture
joel embiid en attends davantage de james harden
par 4 minutes de lecture
Enlever la pub

Ce jeudi 28 avril, les Philadelphia 76ers n’ont pas fait de détails face aux Toronto Raptors pour le sixième match de la série. Victoire de 35 points pour la bande à Joel Embiid qui rallie les demi-finales de conférence, où elle y retrouvera le Miami Heat.

Toute la ville de Toronto y croyait. En même temps, après avoir été menés 3-0 dans la série, les Toronto Raptors ont fait un retour détonant en prenant les deux matchs suivants. Revenant par la même occasion au Canada pour aller chercher un match 7.

Malheureusement, les Dinos se sont heurtés à des Philadelphia 76ers qui n’avaient aucune envie de poursuivre la série. Malgré des très bons matchs de Pascal Siakam et Chris Boucher (respectivement 24 et 25 points), les Raptors n’ont pas pu entretenir le suspense.

Les Philadelphia 76ers ont été trop solides pour des Raptors encore trop tendres pour aller loin en Playoffs. Le duo Harden / Embiid a réalisé un match digne de ce nom, il était temps vu l’impression que nous laissent ces deux joueurs dans les matchs qui comptent en postseason.

Joel Embiid finit meilleur marqueur de la rencontre avec 33 points accompagnés de 10 rebonds et trois contres à 12/18 au shoot et 9/10 aux lancers. De son côté, le barbu clôt une rencontre en double-double également avec 22 points et 15 caviars pour les camarades à 7/12 au tir.

Par-dessus tout, les Philadelphia 76ers, dans le sillage de leurs stars, ont su rester calme et construire tranquillement leur succès. Preuve d’un match référence pour Phila où la marque au scoring a été très bien répartie chez les titulaires.

Tyrese Maxey a marqué 25 points à 50% au tir, Tobias Harris nous a sorti un double-double points-rebonds en 19/11. Danny Green dans son rôle de 3&D a été précieux avec 12 points en prenant que des tirs du parking (4/7 pour lui).

Joel Embiid et James Harden

Un run crucial pour les Philadelphia 76ers dans le troisième quart-temps

Toronto a été dans le match. Jusqu’à la mi-temps en fait. 62-61 pour les Sixers à la mi-chemin et le scénario de cette rencontre était toujours indécis. Tout bascule dans ce troisième quart-temps qu’on sait souvent déterminant. C’est le moment qu’ont choisi les Philadelphia 76ers pour creuser définitivement l’écart.

En sept minutes, les joueurs de Doc Rivers vont réussir un run de 22-3 pour assommer les Raptors. Les Dinos ne vont mettre aucun tir pendant près de cinq minutes. Trop peu pour espérer quoi que ce soit, d’autant que les Philadelphia 76ers ne relâchent pas leur étreinte par la suite.

Un problème récurrent pour les Toronto Raptors qui connaissent de temps à autre des trous d’air au tir et qui n’arrivent pas à s’en sortir. Sur le match 6, la gonfle était souvent dans les mains de Scottie Barnes, récent Rookie de l’année. Sauf qu’il n’est pas encore fiable au tir au point de lui laisser ceux qui comptent.

En même temps, les Raptors ont shooté à 7/35 du parking sur ce match donc c’est toute l’équipe qui s’est sabordée toute seule. Un constat partagé par Pascal Siakam, franchise player de cette équipe :

« Je ne sais pas combien de paniers à trois points ils ont rentré, mais nous n’en avons quasiment pas mis. Nous devons progresser dans beaucoup de secteurs et le tir est définitivement l’un d’eux ».

Pascal Siakam face aux Philadelphia 76ers

Malgré tout, la défense a fait défaut parce qu’on encaisse pas 132 points sans raison. Gary Trent Jr s’est montré trop vulnérable sur ce point et les Philadephia 76ers ont en profité. Et quand les tirs ne rentrent pas, l’écart se creuse inévitablement.

La défense des Philadelphia 76ers est à féliciter puisque les coéquipiers de Joel Embiid ont su faire lâcher le ballon des mains de Siakam pour qu’il trouve ses coéquipiers dans le corner. Comme ce ne sont pas des shooteurs à gros volume derrière l’arc et que ce ne sont pas non plus des spécialistes, et bien tu ne marques pas ou peu.

Les Toronto Raptors ont montré sur ce match et cette série des faiblesses rédhibitoires pour passer un tour mais qu’importe, l’avenir est radieux dans le nord.

L’équipe a tout ce qu’il faut pour devenir une référence à l’Est. On est confiant également concernant Nick Nurse, qui a prouvé qu’il était un excellent coach. Rendez-vous en octobre pour les Dinos et on a hâte !

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires