Les Miami Heat s’imposent 111 à 105 à Boston et mènent la série 2 à 0

par 5 minutes de lecture
Miami Heat
par 5 minutes de lecture
Enlever la pub

Dans un match fou, comme seul les playoffs peuvent en produire, les Miami Heat s’imposent chez les Boston Celtics

Miami Heat

Dans un match que les Boston Celtics ne doivent pas perdre, les Miami Heat jouent leur va-tout comme à tout leur match depuis le début des playoffs. Victoire au mental 111 à 105, les Miami Heat rentrent à Miami pour deux matchs et la possibilité de finir la série.

 

Une faillite collective

Le troisième quart-temps voit les Boston Celtics infliger un 33 à 21 points normalement décisif pour la fin du match. Jayson Tatum inscrit au total 33 points. Une performance à priori de haut de niveau, mais à l’image du premier match, il s’effondre totalement dans le quatrième quart-temps où il prend seulement trois tirs à trois points pour trois échecs et il inscrit cinq points au lancer franc.

Jayson Tatum n’est pas le seul à connaître une faillite dans la dernière période, Jaylen Brown prend cinq tirs pour une réussite à deux points sur un total de 16 points inscrits dans le match.

Il y a un problème mental. L’entraîneur Joe Mazzulla est encore une fois incapable de contrer le Momentum, la dynamique du match. Il est totalement incapable de trouver les ressorts psychologiques et tactiques pour redonner confiance à son équipe et à ses leaders. Les Celtics dominent les Miami Heat à deux reprises, fin du premier et début du deuxième quart-temps où ils reviennent d’un déficit de huit points pour mener de 12 points et finalement à la pause le score est de 50 à 49 pour les Bostoniens seulement.

 

Il s’agit d’une première alerte du point de vue de Boston. Le scénario se reproduit de la même manière en seconde mi-temps. Le money time, les dernières minutes, alors que les Celtics comptent encore 9 points d’avance,est à sens unique. D’une façon difficile de décrire, la sensation qui se dégage du match est que les Miami Heat peuvent et vont revenir.

À aucun moment, les Celtics n’ont été en mesure de mettre fin aux espoirs du Heat.

 

Les Miami Heat sont en mission.

 

Pour rappel, ils sont déjà finalistes de la conférence Est l’an passé où ils ont été éliminés au bout d’un match sept mémorable par ses même Boston Celtics.

Ils finissent septièmes de la saison régulière et ils disputent un premier match de play-in où ils s’inclinent à domicile face aux Atlanta Hawks. Ils doivent leur salut à une victoire sur les Chicago Bulls pour se qualifier pour les playoffs avec la huitième et dernière place face aux Milwaukee Bucks. La suite, on la connaît.

Ils jouent chaque match comme un match sept, avec la mentalité de dire que chaque match peut être le dernier. De ce fait, le mérite revient à deux personnes, Jimmy Butler sur le terrain, la star de la franchise et Erik Spoelstra l’entraîneur. Butler est le parfait relais de Spoelstra sur le terrain.

 

Jimmy Butler est dominant avec 27 points inscrits, 8 rebonds captés et 6 passes délivré. Il est secondé par Bam Adebayo, à une passe du triple double, avec 22 points inscrits, 17 rebonds pris, dont 15 défensif et donc 9 passes délivrées. Pour compléter le tableau, Caleb Martin inscrit 25 points en sortie de banc.

Le moment clef du match est le trash talking, les échanges de mots rugueux, mais jamais au-delà de la limite, entre Jimmy Butler et Grant Williams. À partir de ce moment précis, le match est perdu mentalement par les Boston Celtics. Les Miami Heat se nourrissent de ses incidents. Jimmy Butler recherche en attaque Williams et inscrit trois paniers à deux points qui imposent le respect aux joueurs de Boston.

 

La force des Miami Heat est de ne jamais rien lâcher, de toujours croire en eux et de rester concentré sur leur jeu, la défense en l’occurrence un passage en défense de zone pour forcer les tirs extérieurs et des attaques rapides et variées. Erik Spoelstra est un maître dans la gestion de son effectif qu’il connaît parfaitement ainsi que dans la connaissance de la psyché de ses joueurs.

Pendant les temps-morts une personne parle, le coach ou un joueur selon le moment du match et le scénario. L’entraîneur intervient en toute fin pour donner le système à appliquer, mais c’est tout.

 

La série est donc menée deux victoires à zéro par les Miami Heat qui retrouvent leur salle. La question d’un sweep, au vu du déroulement des deux premiers matchs et de l’incapacité des Boston Celtics à réagir durant le match. Les Celtics font preuve de volonté, mais leurs joueurs stars dont Jayson Tatum en particulier semblent absents en fin de match. Les qualités mentales du match sept contre les 76ers au tour précédent semble avoir disparu.

 

Le match trois se déroule dans la nuit dimanche à lundi et il est plus que jamais crucial pour les Boston Celtics de s’imposer chez les Miami Heat

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires