Les Français en NBA : le point en ce début d’année

par 9 minutes de lecture
français en NBA
par 9 minutes de lecture
Enlever la pub

NBA -En ce début d’année civile, les Français en NBA connaissent des fortunes diverses.

Parmi les Français en NBA, il y a plusieurs catégories, des plus connus aux galériens, Rudy Gobert à Evan Fournier en passant par Rayan Rupert.

La star des Français en NBA : Rudy Gobert

 

Rudy Gobert

Rudy Gobert retrouve son niveau après son transfert de l’hiver dernier aux Minnesota Timberwolves. 

Cette année, les trois joueurs jouent presque tous les matchs ensemble. Rudy Gobert retrouve son jeu et son rôle de capitaine de la défense. À ce moment de la saison, les Timberwolves sont leaders de la conférence Ouest. Ils possèdent la meilleure défense de la ligue.

Le triple meilleur défenseur de la ligue est responsable de l’organisation défensive. Avec Naze Read en sortie de banc, Rudy Gobert se concentre sur son jeu, la défense et le point d’appui en attaque. Il pose les écrans et il est trouvé par ses coéquipiers dans la raquette. Il possède les meilleures statistiques des Français en NBA.

Il peut clairement prétendre au titre de meilleur défenseur de ligue pour la quatrième fois tant son niveau actuel est élite. 

Le joueur qui fait la différence dans un effectif : Nicolas Batum

 

Nicolas Batum

Nicolas Batum conclut au cercle face à Atlanta. Mandatory Credit: Kyle Ross-USA TODAY Sports

Après le transfert de James Harden aux Clippers dont Nicolas Batum a été uen contrepartie, son rôle dans la nouvelle organisation a posé des questions mais il s’est rapidement installé comme titulaire.

Le joueur de 35 ans est le français en NBA qui évolue depuis le plus de temps dans la ligue, 15 ans. Il possède un contrat de deux ans qui s’achève à la fin de la saison où il sera agent libre. Il sera un des joueurs les plus sollicité à coup sûr. Son rôle est de faciliter le jeu en attaque et de défendre sur le meilleur joueur sur quatre des cinq postes. Il peut même défendre sur des pivots à l’occasion si l’équipe adverse joue small ball, avec des pivots de plus petite taille.

Son rôle est proche de celui de Boris Diaw en fin de carrière. Il se concentre sur le jeu. Son intelligence, son Q I basket, en font un joueur clef des Philadelphia 76ers. Ses statistiques ne sont pas les meilleures des Français en NBA. Pour autant, avec Rudy Gobert, il est le joueur actuel avec le plus d’impact, dans une équipe qui joue le titre.

 

 Le cas Victor Wembanyama, quoi en attendre ? ROY ou pas ?

 

victor wembanyama

Mandatory Credit: Daniel Dunn-USA TODAY Sports

Le premier français en NBA à être choisi en premier choix de la draft est dans une situation ambivalente. Son équipe, les San Antonio Spurs, est la plus mauvaise de la conférence Ouest et une des pires de la ligue avec les Detroit Pistons. 

À titre individuel, ses statistiques sont parmi les meilleures de son équipe.

En début de saison, les attentes sont fortes. Dans son jeu, à l’exception notable de choix de tirs et donc de réussite douteuse, ses statistiques font de lui un candidat au titre de meilleur rookie de l’année, ROY.

Il souffre de la comparaison avec Chet Holmgren, le premier choix de la draft 2022. À la différence de Victor Wembanyama, il connaît le rythme, les systèmes et le fonctionnement de la NBA.

De fait, le français à besoin d’un temps d’adaptation. L’équipe ne possède pas de réel meneur et cela se ressent clairement dans le jeu. Les coéquipiers de victor Wembanyama ne le mettent pas en valeur suffisament. Il est, avec Rudy Gobert, le seul Français en NBA à être en double double, plus de dix points et dix rebonds de moyenne, depuis le début de la saison. Il est donc impactant dans les matchs, mais il ne fait pas la différence dans le jeu auquel les fans s’attendaient.

À ce moment de la saison, seul un amélioration notable des résultats des Spurs et de son efficacité au tir pourrait lui permettre de prétendre au titre de rookie de l’année. Mais le plan semble plutôt clair du côté de San Antonio : ne pas le blesser tout en lui faisant gagner de l’expérience et avoir de nouveau un très bon choix à la prochaine draft. 

Son ancien coéquipier aux Métropolitains 92, Bilal Coulibaly est la révélation cette saison des Français en NBA.

La révélation Bilal Coulibaly

 

Bilal Coulibaly

Mandatory Credit: Geoff Burke-USA TODAY Sports

Le français est choisi en septième position de la draft de cette année par les Indiana Pacers. Ils le transfèrent dans la foulée aux Washington Wizards. 

Son apport, comme pour la plupart des joueurs des Français en NBA, est en défense. L’équipe est en déliquescence depuis le départ de Bradley Beal. Les Wizards sont construits autour de Kyle Kuzma et Jordan Poole. Leurs performances et leur implication dans le jeu sont relatives.

Bilal Coulibaly évolue en sortie de banc, mais avec 26 minutes de temps de jeu en moyenne. Il confirme son statut et ses qualités détectées par les recruteurs de Washington.

Il est parmi les joueurs Français en NBA le plus sous-estimé par rapport à ses performances. À ce jour, il démontre des qualités qui lui laissent espérer une vraie carrière en NBA.

La saison difficile : Théo Maledon, Frank Ntilikina, Ousmane Dieng, Olivier Sarr et Sekou Doumbouya.

français en NBA

Les joueurs cités connaissent des parcours semblables. Un galérien de la NBA tel que nous le définissons, ce sont des joueurs avec au moins deux à trois années d’expérience, mais qui peine à se faire une place dans la NBA. Ces Français de la NBA sont la partie immergée de l’iceberg que sont Gobert, Batum et Wembanyama.

Ils font partie des joueurs, tel Frank Ntilikina, dans lesquels beaucoup d’espoirs ont été placés avec des draft parmi les 15 premiers, mais qui n’ont pas confirmé, par manque de confiance des entraîneurs et des performances inférieures aux attentes.

Pour prendre un autre exemple, Théo Maledon est choisi en fin de second tour par Oklahoma City en 2020 où il trouve une place avec 65 matchs disputés, dont 49 comme titulaire. Dès la saison suivante, avec l’arrivée de Dennis Schröder, il est mis sur le banc.

Comme pour beaucoup de joueurs dans sa situation, il perd confiance, ses statistiques individuelles sont de plus en plus mauvaises, il perd la confiance de son entraîneur et de l’équipe dirigeante. Il est transféré aux Charlotte Hornets où il doit tout recommencer, faire ses preuves comme un joueur débutant.

Dans cette ligue le but de chaque joueur ce n’est pas l’apport collectif qui motive les joueurs, mais bien les performances individuelles afin d’être promu ou dans le cas de Sekou Doumbouya, de retrouver un contrat en NBA. La concurrence est féroce entre les joueurs. Il faut un grand mental pour résister à la pression et une volonté de fer pour rester accroché au rêve américain.

Certains comme Timothé Luwawu-Cabarrot préfèrent revenir en Europe pour retrouver de la confiance, du temps de jeu, du plaisir.

Killian Hayes un trade pour continuer à progresser?

 

Français en NBA

Mandatory Credit: Kamil Krzaczynski-USA TODAY Sports

Le joueur des Detroit Pistons est le joueur français en NBA avec la situation la plus compliquée collectivement. L’équipe vient de perdre consécutivement 28 matchs de rang. L’équipe de Monty Williams, l’entraîneur recruté à prix d’or, avec un contrat sur 6 ans pour 78,5 millions de dollars, a gagné 3 de ses 33 matchs disputés. L’entraîneur a tout tenté ou presque.

Le français en NBA drafté le plus haut avant Victor Wembanyama, en septième position en 2020 est dans une situation plus que complexe. Il participe à 28 matchs, dont 21 comme titulaire. Ses statistiques sont en baisse à l’exception, et c’est sa lueur d’espoir, de son adresse à deux comme à trois points.

Il faut espérer pour lui un transfert et les San Antonio Spurs, autre équipe mal classée, sont une destination idéale. Les Spurs récupèrent un joueur revanchard et pur meneur pour aider Victor Wembanyama et Detroit pourrait recevoir soit des tours de draft soit des joueurs de compléments tel Tre Jones.

Dans tous les cas, si Killian Hayes veut participer aux jeux olympiques de Paris 2024, il doit améliorer ses statistiques.

Evan Fournier la fin de l’enfer pour espérer les JO ?

 

Evan Fournier

Mandatory Credit: Brad Penner-USA TODAY Sports

Le cas Evan Fournier est particulier parmi tous les Français en NBA. Il détient le record du nombre de paniers à trois points inscrit sur une saison chez les New York Knicks, en 2021-2022. Avec le même entraîneur, Tom Thibodeau, il est passé de 80 matchs disputés pour autant de titularisation dans le cinq majeur à 27 matchs l’an passé et deux depuis le début de la saison.

De façon inexplicable, il est aujourd’hui le joueur le mieux payé sans jouer de la ligue. Le récent transfert avec les arrivées d’OG Anunoby et surtout Precious Achiuwa, un concurrent de plus au poste d’Evan Fournier, conforte l’aspect inexplicable et inextricable de la situation dans laquelle se trouve le joueur.

Il n’a pas le statut d’un James Harden pour exiger son transfert, son contrat est de 18,8 millions de dollars pour cette année sans jouer, ce sont des freins à la possibilité de transfert.

Evan Fournier est un des piliers de l’équipe de France de basket. Il est, avec Nicolas Batum et Rudy Gobert, dans les Français en NBA celui qui a disputé à ce jour le plus de matchs NBA et toujours en activité.

Vincent Collet, l’entraîneur de l’équipe de France, est conscient que le temps de jeu des joueurs français en NBA est un élément clef de la réussite de l’équipe. La situation est très complexe et la possibilité de voir Evan Fournier être absent de la sélection pour les Jeux olympiques de Paris 2024 est une option.

 

Les Français en NBA ne sont pas tous dans la même situation et à l’instar d’Evan Fournier, un statut dans la ligue ne protège pas de l’absence de temps de jeu.

 

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires