Le floater, le tir moderne à mi-distance ?

par 3 minutes de lecture
floater
par 3 minutes de lecture
Enlever la pub

Le floater était redevenu une arme offensive grâce à Tony Parker. Un peu oublié depuis, il semble revenir en force, surtout chez les Knicks.

Après quatre matchs cette saison, les Knicks prennent 23 tirs par match à partir d’un floater, le plus grand nombre de la NBA et presque 10 de plus que la moyenne de 2021-22. L’entraîneur Tom Thibodeau l’appelle « le tir moderne à mi-distance ». New York a fait un effort concerté pour changer son profil de tir au cours des deux dernières saisons. Ils ont recrutés des joueurs qui maitrisent ce geste.

Hartenstein a appris le floater de son père, Florian, un ancien joueur professionnel qui était surtout un passeur et un rebondeur. Florian voulait que son fils soit plus polyvalent que lui. Aujourd’hui, Isaiah affirme que le floater est le tir le plus facile du basket-ball, encore plus simple qu’un layup, car rester à 1,5 ou 2 mètres du panier signifie souvent éviter le contact.

Image

Jalen Brunson  a tiré 52 % de ses tirs la saison dernière sur des floaters. Derrick Rose le maitrise. RJ Barrett y travaille depuis la saison dernière. Julius Randle a passé l’été à le perfectionner. Immanuel Quickley est un maître autodidacte du floater, grâce à des emballages usagés et des sacs de chips.

« J’ai commencé à tirer des floaters à environ cinq ans en jetant les déchets dans la poubelle », a-t-il déclaré. « Jetez-les simplement. Si ça rentre, ça rentre. Si ce n’est pas le cas, vous allez juste sur le sol et vous le ramassez. »

Un floater à 1,5 à 2 mètres du panier oblige un protecteur de cercle à s’élever, laissant le panier ouvert. Il permet d’avoir un pourcentage légèrement plus élevé que les longs 2, un taux de faute plus élevé et un taux de rebond offensif plus élevé.

Image

L’une des raisons pour lesquelles Thibodeau a désigné Mitchell Robinson comme le meilleur rebondeur offensif de la ligue au début de la saison est spécifiquement le travail de Robinson sur les floaters. L’organisation est pleinement consciente que Robinson est le meilleur au monde pour récupérer ces tirs.

« C’est vrai pour tout le monde », a déclaré Thibodeau. « Je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles nous sommes une bonne équipe de rebond offensif ; nous entrons dans la peinture ».

La saison dernière, le taux de rebond offensif moyen de la ligue sur les ballons flottants pour une équipe était de 31,1%. Robinson a récupéré 28,5 % des rebonds offensifs des Knicks, presque aussi bien qu’une équipe entière.

Ces rebonds mènent à des points de seconde chance faciles, aussi, étant donné que beaucoup d’entre eux se produisent parce que le défenseur de Robinson est derrière lui pour contester un tir. Une fois que la balle touche le bout de ses doigts, il n’y a personne pour arrêter un dunk.

« Quand vous regardez les chiffres, lorsque la balle arrive dans la peinture avant de tirer, cela oblige la défense à s’effondrer », a déclaré Thibodeau. « Les chiffres vont augmenter. (…) Je pense que le tir à mi-distance moderne maintenant est le floater. « 

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires