La renaissance des grands Golden State Warriors

par 5 minutes de lecture
Golden State Warriors
par 5 minutes de lecture
Enlever la pub

Après deux années de galère, les Golden State Warriors sont tout proches de retrouver les finales NBA. Pour cela, il reste une dernière victoire à aller chercher contre Dallas lors du Game 4. Retour sur cette renaissance pas si surprenante.

La NBA était bien différente sans une grande équipe des Golden State Warriors. Depuis deux saisons, cela faisait bizarre de ne pas voir les Californiens en Playoffs. Cette année, les joueurs de la Baie sont de retour et de fort belle manière.

Ils ont fini sur le podium de l’Ouest et ont éliminé successivement Denver et Memphis aux deux premiers tours. Une confiance retrouvée qui leur permet de mener largement face aux Dallas Mavericks en finales de conférence (3-0 au moment où l’on parle).

Un retour au premier plan qui n’a pas forcément surpris les observateurs. On pensait que le retour de Klay Thompson pouvait coïncider avec un retour en Playoffs. Un constat partagé par Draymond Green, l’intérieur de l’équipe :

Personne ne nous a vraiment retiré de notre spot. Toronto nous a battus, mais personne n’est vraiment venu nous dire : « Très bien, le temps des Golden State Warriors est révolu ». Nous n’avons pas quitté le sommet de la ligue parce que nous étions trop vieux pour le faire. Nous ne l’avons pas quitté parce que nous avons tous pris des chemins différents.

Nous avons quitté le centre de la piste parce que Klay Thompson était absent, puis de nouveau absent, et Andre Iguodala n’était pas là. Et ensuite, c’est Steph qui n’était pas là.

La défense et le troisième quart-temps, symboles de la réussite des Golden State Warriors

Les Golden State Warriors sont revenus aux sources pour retrouver les sommets. Face à Dallas, les joueurs de Steve Kerr ont mis en avant ce qui faisait leur force au début de la dynastie : une attaque très élégante et efficace et une défense étouffante.

Un collectif construit de joueurs longs, talentueux et volontaires qui vont parfaitement mettre en pratique la tactique de coach Kerr et exécuter le plan de jeu jusqu’au bout du match. Avec en prime un gros troisième quart-temps.

Ce troisième quart-temps est devenu la marque de fabrique de ces Warriors qui corrigent l’adversaire pendant ces douze minutes, de sorte qu’ils soient incapables de revenir derrière. Une stratégie vérifiée une énième fois face aux Mavs lors du Game 3 : 48-47 à la mi-temps puis 78-68 à l’orée du quatrième quart.

Sur ces finales de conférence, les Warriors ont fini le troisième quart avec une moyenne de 10.3 points de plus que les Mavericks. C’est un record pour les Warriors sous Steve Kerr, le précédent datant de 2018 et les finales de conférence face aux Houston Rockets (9.7).

Exploiter les failles adverses

Une autre particularité de ces Golden State Warriors : déceler les faiblesses de l’adversaire, les exploiter à fond tout en montant en puissance. Dans cette série, Golden State a identifié le manque de protection du cercle des Mavericks, ce qui serait un point important à traiter par Dallas pendant l’intersaison.

Selon le suivi de Second Spectrum, 72,6 % des tirs des Golden State Warriors sont des layups ou des dunks dans cette série, ce qui est en passe de devenir le deuxième taux le plus élevé dans une série par une équipe, et ce, depuis le début du suivi des joueurs en 2013-2014.

Ce dimanche, ils ont réussi 68,8 % de leurs layups et dunks. Luka Dončić était le défenseur le plus proche sur 11 d’entre eux et il a été inefficace, cédant 10 layups ou dunks, y compris l’énorme dunk d’Andrew Wiggins.

Les 11 tentatives de layups sont à égalité avec le deuxième plus grand nombre de tentatives dans un match de la carrière de Dončić (le plus grand nombre dans sa carrière en Playoffs) et les 10 réussites sont le plus grand nombre de tentatives qu’il a permis dans un match.

C’est à la fois l’expression des problèmes individuels du slovène en défense et l’accent mis par les Golden State Warriors pour le forcer à dépenser de l’énergie de ce côté du parquet.

« Je suis encore en train d’apprendre. Je pense qu’une fois la saison terminée, peu importe où nous en sommes, je vais regarder en arrière et apprendre beaucoup de choses. C’est ma première finale de conférence en NBA ».

Les Golden State Warriors, eux, sont déjà passés par là de nombreuses fois. La façon dont ils jouent maintenant, c’est comme s’ils n’étaient jamais partis.

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires