La jeunesse bientôt au pouvoir chez les Chicago Bulls ?

par 6 minutes de lecture
par 6 minutes de lecture
Enlever la pub

 

Toujours à la lutte pour une qualification en Playoffs (9ème à l’Est), les Bulls de Chicago semblent se diriger vers la fin du projet LaVine-DeRozan-Ball. Ils s’appuient de plus en plus sur des jeunes joueurs depuis plusieurs semaines et les récents résultats tendent à donner raison à ce changement de cap.

 

5 victoires sur les 9 dernières rencontres, 5 matchs d’écart avec la première place qualificative pour les Playoffs. Pas de doute, l’hiver est plutôt doux cette année à Chicago.

Pourtant, les Bulls ont successivement vu Zach LaVine et Patrick Williams, deux éléments forts, déclarer forfait pour le reste de la saison. Billy Donovan, coach de cette équipe, a donc dû trouver d’autres solutions pour gagner des matchs, et comme souvent dans ce genre de situations, il est allé les chercher du côté des jeunes.

C’est ainsi que deux parfaits inconnus il y a quelques mois encore sont en train de prendre de plus en plus de place dans le Nord-Est de l’Illinois. En effet, Julian Phillips et Dalen Terry sont désormais régulièrement appelés à fouler le parquet du United Center, et ils le font plutôt bien.

 

Des bases intéressantes mais encore beaucoup de progrès à faire

 

Le premier est un rookie du deuxième tour de 2m03 sorti de l’université du Tennessee. Le second lui est dans sa deuxième saison en NBA et fut sélectionné en 18ème position l’an dernier. Lui aussi arrière-ailier de 2m01, la route était barrée l’an dernier dans ce secteur chez les Bulls et il n’avait pris part qu’à 38 matchs de l’équipe lors de sa saison rookie en ne disputant en moyenne que 5 minutes par rencontre.

Signe de sa prise d’importance au sein de l’effectif, il a déjà participé à 37 rencontres cette saison pour une moyenne de 10 minutes par match cette saison.

Si Billy Donovan apprécie notamment leur effort en défense et leur implication générale, il y a encore beaucoup de progrès à effectuer pour les deux jeunes hommes, et surtout en attaque.

Pour Julian Phillips, qui a eu moins d’opportunités que son coéquipier avec seulement 6.8 minutes par match, l’apprentissage offensif est rude. Il ne tourne qu’à 1.8 petits points par match. Sur ses 5 derniers matchs disputés il n’a marqué que dans l’un d’entre eux (9 points) et tenté sa chance que dans deux d’entre eux. Il est tout de même important de relever que dans le match où il a le plus joué cette saison (18 minutes), il a effectué un honorable 4 sur 5 au tir laissant espérer de belles choses.

Dalen Terry dispose donc lui de plus larges opportunités de se montrer que Philipps mais là-aussi, ses statistiques ne reflètent pas vraiment l’impact du joueur.

Il tourne lui à 2.5 points de moyenne par match, ainsi que 1.7 rebonds et 1.3 passes décisives. Terry est aussi en grande difficulté avec son tir. Il ne shoote qu’à 39.5% cette saison dont un affreux 22.7% à longue distance. Son pourcentage aux lancers ne vient pas non plus relever tous ces chiffres avec seulement 70.8% de réussite.

 

Deux joueurs aux profils similaires

 

Autre problématique concernant ces deux jeunes joueurs, ils partagent un profil similaire comme nous l’avons. Cela peut avoir ses avantages et ses inovénients, comme le fait que les deux hommes s’aident mutuellement à progresser et à découvrir la vie d’un joueur NBA du fait de leurs jeunes âges mais cela se répercute sur leurs minutes qui sont souvent partagées selon l’adversaire du jour.

« J’ai toujours approché le basket en me disant “ Je n’ai peur de rien. “ Je sais que Julian (Phillips) se dit la même chose. […] Lui et moi discutons chaque jour de nos pensées, ce qu’on vit, ce qui nous attend et ce que nous devons mieux faire et d’être capable de le faire pour maintenir nos temps de jeu » déclarait Dalen Terry il y a deux jours après la victoire face à New Orleans.

Lors de ce même match, il a été typiquement possible de constater cette concurrence entre les deux, Terry étant ce soir-là celui choisi par Donovan (2 points, une interception décisive, 4 rebonds et 3 passes décisives). De son côté Phillips a dû se contenter de deux minutes de jeu.

Billy Donovan n’hésite d’ailleurs pas à affirmer publiquement cette stratégie, « En fonction des rotations de l’équipe adverse, nous regardons qui rentre à leur poste et on s’ajuste en fonction de cela. Les fois où vous les voyez ensemble sur le parquet, c’est probablement parce que nous l’avons planifié en fonction de nos rotations et de celles de l’équipe adverse » analysait l’entraîneur en chef des Bulls.

Les deux joueurs en tout cas ne boudent pas ces quelques minutes qui leur sont accordées, tant étaient inespérées en début de saison et résultent des absences à leur poste (Williams, LaVine, Craig). Même s’il y a encore beaucoup de choses à améliorer dans le jeu de Dalen Terry et de Julian Phillips, les Bulls auront besoin de ces jeunes qui n’hésitent à mettre la main à la patte en défense.

 

Le jeune Julian Phillips, ici au rebond. Mandatory Credit: David Banks-USA TODAY Sports

 

Ils ont d’ailleurs trouvé leur mentor par excellence avec Alex Caruso, défenseur réputé en NBA, qui a décidé de les prendre sous son aile, « Ils sont réceptifs aux conseils. J’ai parlé avec chacun des deux à propos d’essayer de défendre sans faire faute. C’est une chose difficile. Quand tu es jeune, les gars plus âgés que toi sont malins et intelligents. Le jeu va moins vite pour eux. À chaque fois que ta main n’est plus en bonne position, ils profitent de cela.

Je pense que tant que tu apprends, que tu te développes et que tu utilises ces minutes pour comprendre ce qu’il se passe, apprendre et grandir de tout ça, alors ça ne peut être que bénéfique pour eux » lâchait le vétéran à propos de ses deux voisins de vestiaire.

 

Ce soir, c’est face aux Pistons (derniers de la ligue), qui sortent d’un match la nuit dernière à New York que les jeunes apprentis taureaux auront l’occasion de continuer à apprendre.

Ce match revêt presque une obligation de victoire pour les Bulls, toujours dans la course pour les Playoffs, d’autant que le match est à domicile et que Detroit aura effectué un long voyage en moins de 24h.

Par ailleurs, Chicago reste sur une impressionnante série de 8 succès consécutifs à domicile contre les Pistons, n’ayant plus perdu un match au United Center face à cette équipe depuis le 9 Mars 2019.

Coup d’envoi 2h heure française pour observer la jeunesse des Bulls à l’œuvre.

 

© Kamil Krzaczynski-USA TODAY Sports

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires