La défense des Boston Celtics étouffe les Mavericks dans le game 1 des finales 2024

par 7 minutes de lecture
Boston Celtics
par 7 minutes de lecture
Enlever la pub

La défense des Boston Celtics à complètement verrouillé les Mavericks qui ont scoré moins de 90 points cette nuit dans le game 1 des NBA Finals 2024

Jayson Tatum a été interrogé sur la capacité des Boston Celtics à opposer plusieurs défenseurs individuels d’élite à deux des meilleurs scoreurs du jeu, Luka Doncic et Kyrie Irving.

« Ce qui rend notre équipe vraiment spéciale, c’est que nous n’avons pas de gars que nous cachons en défense », a déclaré Tatum. « Grands et arrières, nous switchons, nous relevons le défi de la défense individuelle, en comprenant que nous avons de l’aide… Si tu veux jouer dans notre équipe, tu dois être capable de défendre. Et tout le monde le sait. »

Bien que beaucoup ait été dit cette saison sur l’attaque record des Boston Celtics et l’insistance de l’entraîneur des Celtics, Joe Mazzulla, à tirer le plus de tirs à trois points possible, comme l’a dit Tatum, le principe fondamental qui a conduit au succès de Boston est sa polyvalence inégalée en défense.

C’est ce qui a permis aux Boston Celtics de remporter une victoire de 107-89 sur les Mavericks lors du premier match jeudi soir et c’est cette même vertu que Boston espère les conduire à trois victoires supplémentaires et à une 18e bannière de championnat, un record NBA.

Entre Tatum, Jaylen Brown et les deux sélections All-Defensive de l’équipe, Derrick White et Jrue Holiday, Boston dispose de quatre joueurs capables de tenir en défense lorsqu’ils sont switchés sur à peu près n’importe qui, y compris Doncic et Irving. En conséquence, les Celtics ont rarement dû envoyer des doubles équipes, sur lesquelles les guards de Dallas se sont régalés tout au long des playoffs.

Les Boston Celtics n’ont blitzé Doncic que sur deux pick-and-rolls lors du premier match, selon les données de suivi de Second Spectrum.

Les LA Clippers, Oklahoma City Thunder et Minnesota Timberwolves, quant à eux, l’ont blitzé plus de cinq fois par match. « Je pense que cela aide beaucoup de lancer différents gars sur [Doncic] », a déclaré Holiday, « Différents gars qui jouent la défense différemment. »

Doncic et les Mavericks ont démantelé des équipes qui ont dû envoyer des doubles équipes pendant ces playoffs.

Dallas est arrivé en finale NBA en tirant à 57% sur les passes de Doncic, grâce à lui qui trouve à la fois Dereck Lively II et Daniel Gafford pour des lobs et en envoyant le ballon sur le périmètre pour des tirs à trois points.

Cependant, lors du premier match, Dallas a réussi seulement 1 tir sur 6 sur les passes de Doncic, et a totalisé seulement 209 passes en équipe, selon les données de suivi de Second Spectrum, le plus faible total des Mavericks dans un match (saison régulière ou playoffs) depuis le début du suivi des joueurs en 2013-14.

Dallas n’a également enregistré que neuf passes décisives, contre 11 turnovers. Doncic a terminé avec 30 points et 10 rebonds, mais n’a réussi qu’une seule passe décisive, un plus bas en carrière en playoffs.

Et, après que Dallas ait converti 54 dunks lobés cette postseason avant la finale, six fois plus que la deuxième équipe (les Denver Nuggets, avec neuf), les Mavericks n’ont pas réussi un seul lob lors du premier match.

Le manque de mouvement du ballon a conduit à de nombreuses difficultés pour les Mavericks en attaque.

Boston a étouffé les tireurs de périmètre de Dallas, les forçant à ne tirer que 7 sur 27 de loin, les autres joueurs que Doncic ont combiné pour un 3 sur 15.

Pendant ce temps, les Boston Celtics, qui, sous Mazzulla, font toujours un effort pour gagner la bataille des tirs à trois points, ont réussi 16 tirs à trois points, créant un écart de 27 points derrière l’arc.

Les Boston Celtics ont également serré la vis sur Irving. L’ancien Celtic a terminé le match avec seulement 6 tirs réussis sur 19 tentatives, y compris 0 sur 5 à trois points, et a maintenant perdu 11 matchs consécutifs contre son ancienne équipe.

Entre White et Holiday, les Boston Celtics disposent de deux des meilleurs défenseurs de guard en un-contre-un de la ligue, tous deux ayant la combinaison de rapidité et d’agilité pour rivaliser avec Irving, qui pourrait être le meilleur manieur de ballon de la ligue.

Et, du moins pour un match, ils ont eu l’impact désiré, alors que les Boston Celtics ont forcé Irving à son plus mauvais plus-minus (moins-19) et total de passes décisives (2) des playoffs, tout en le tenant à son deuxième plus mauvais pourcentage de tirs (32%).

Lorsqu’il a décidé de pénétrer dans la raquette, les Mavericks ont rencontré un Kristaps Porzingis en bonne santé, qui est revenu après avoir manqué cinq semaines en raison d’une élongation du mollet.

Porzingis a terminé avec trois blocs et plusieurs autres tirs altérés, renforçant immédiatement la défense intérieure poreuse que Boston avait contre les Cleveland Cavaliers et les Indiana Pacers.

« Il a été génial pour nous », a déclaré Mazzulla à propos de Porzingis. « La raison pour laquelle nous sommes ici, c’est grâce à ce qu’il a fait. Peu importe combien de temps il prend congé, ce gars va faire des jeux en raison de son talent et du travail qu’il met dedans. Ce qu’il a fait pour nous ce soir était grand et nous en avons besoin pour le reste de la série. »

En particulier, Porzingis a tenu bon lorsque les Mavericks ont tenté de l’attaquer sur le périmètre. Au premier quart, le grand homme de 7 pieds 2 s’est retrouvé dans une situation d’isolation contre Irving, le genre de situation où Irving aurait été censé prendre l’avantage.

Au lieu de cela, Porzingis non seulement a bloqué le tir d’Irving, mais a récupéré le rebond et lancé une contre-attaque de l’autre côté qui a abouti à un score contre son ancienne équipe.

Sam Hauser, quant à lui, a été plus-17 en 16 minutes en sortie de banc et a aidé la défense des Boston Celtics à limiter Doncic à 4 sur 12 à trois points.

D’autres équipes auraient peut-être envoyé des doubles équipes contre Doncic ou Irving pour alléger des situations potentiellement problématiques.

Les Boston Celtics, cependant, sont une équipe qui s’engage à respecter ses principes, aux deux extrémités du terrain, et cela a payé de manière importante lors du premier match.

« Je pensais que notre état d’esprit défensif, notre exécution défensive, notre plan de jeu défensif, notre positionnement, nous avions les bonnes intentions et je pensais que nous avons joué de manière très physique, pour la plupart, une défense sans faire de faute », a déclaré Mazzulla.

les Boston Celtics ont remporté 64 matchs en saison régulière, et avaient un rating net historiquement dominant de plus 11,7, preuve suffisante que c’était une équipe d’élite avec peu de faiblesses. Pourtant, en entrant dans cette série, le consensus était que Doncic était le meilleur joueur de la série.

Cependant, tout au long de cette saison, les Boston Celtics ont parlé du fait que chaque soir, un joueur différent pourrait être celui qui se démarque.

Et, à différents moments de ces playoffs, chacun de leurs joueurs clés, de Tatum à Brown en passant par White, Holiday, Horford et Porzingis, a pris son tour pour avoir un impact des deux côtés du terrain.

Et, ce faisant, les Boston Celtics ont montré comment ils prévoient d’obtenir trois victoires supplémentaires et de mettre fin à une disette de 16 saisons sans championnat.

« Chaque match a sa propre histoire », a déclaré Brown. « Nous devons juste rester prêts, rester calmes et prendre les matchs un par un… Le prochain match, je suis sûr qu’ils feront des ajustements. Nous devons être capables de les lire sur le vif et de faire des jeux. Les gars doivent se lever. Nous avons besoin de gars comme Sam, Payton, pour venir et se lever, JT. Tout le monde doit être prêt. »

 

Crédit photo : David Butler II-USA TODAY Sports

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires