Joel Embiid tacle James Harden après l’élimination au Game 6

par 4 minutes de lecture
joel embiid james harden
par 4 minutes de lecture

Définitivement éliminés après la défaite 99-90 cette nuit face à Miami, les Sixers de Joel Embiid n’atteindront pas cette année non plus les finales de conférences. Une énorme frustration pour Joël Embiid, qui n’a pas retenu ses mots en interview d’après-match, notamment à l’encontre de son coéquipier James Harden.

« Lorsqu’il est arrivé, on s’attendait à voir le Harden de Houston, mais ce n’est plus ce joueur-la. Il a plus le rôle d’un playmaker. Il y’a des moments ou il aurait pu être plus agressif, nous aurions pu être tous plus agressifs » à déclaré Joel Embiid en sortie de match.

Des propos qui semblent durs et prématurés quand on connait le peu d’histoire qu’ont partagé le duo, mais qui résume bien le match honteux du barbu cette nuit. Avec 0 points inscrit en deuxième mi-temps et seulement deux shoots tentés, James Harden est encore passé à la trappe dans un match décisif.

Malgré une bonne première mi-temps, à l’image de toutes celles de ce deuxième tour, Harden a encore totalement disparu dans le second acte et Philly a naufragé en troisième quart temps. Dur de tout remettre sur les épaules de The Beard, mais c’est la sanction réservée à tous les joueurs de haut niveau.

Après plus de quatre mois dans l’équipe, un premier constat peut-être fait, la venue d’Harden n’a pas permis aux Sixers de passer un cap en play-offs, du moins pas encore. Si il dispose d’une player option cet été, il devrait sans doute l’activer et rester à Philly pour un an supplémentaire.

Mais en sortie de Game 6 cette nuit, il est clair que les doutes dans la fanbase de Philadelphie sont nombreux au sujet du réel apport du James Harden de 2022. En douze matchs de play-offs, le meneur tourne à seulement 18,6 points, 5,7 rebonds et 8,6 passes à 40% au tir et 36% à 3 points.

Des statistiques en baisse par rapport à la saison régulière, qui était déjà la moins bonne d’Harden depuis son départ d’OKC à titre individuel. Si l’on se demandait si il était capable de retrouver son niveau de jeu, à l’image d’un excellent Game 4, ces play-offs semblent montrer que cela reste compliqué.

Du coté de Joel Embiid, l’interview ne s’est pas arrêté la. Le pivot a tenu d’autres propos peu rassurants à l’égard de son coach notamment. Lorsqu’on lui demande si Doc Rivers a motivé ses joueurs comme il le fallait, Embiid réponds :  » Je ne pense pas qu’à ce stade, on ait besoin de quelqu’un pour être motivé. C’est notre boulot de le faire. Quand on veut sérieusement gagner, je n’ai pas besoin que quelqu’un vienne me dire que je dois me donner à fond et ce que je dois faire. Je suis payé pour ça, et j’aime ça. Il y a beaucoup de questions à se poser. Je n’ai pas les réponses. Ce n’est pas mon boulot »

Une fin de saison remplie de frustration pour un Joel Embiid qui aura été exceptionnel en régulière et qui aura aidé son équipe du mieux possible sur le terrain malgré les blessures. Mais cette année une fois encore, les Sixers s’arrêteront en demi de conf, éliminés par un Jimmy Butler en bourreau qui prends sa revanche après son trade de Philly.

Et si Joel Embiid a eu des mots durs pour ses coéquipiers, il a en revanche encensé Jimmy Butler en interview, jugeant qu’il « ne comprenait pas comment ils avaient pu le laisser partir ». Jimmy Butler a d’ailleurs répondu après le match qu’il aurait aimé continuer de jouer avec Joel Embiid.

Des déclarations fortes d’un Joel Embiid écœuré par ses blessures et par l’élimination, qui font penser à ce qu’avait pu dire le pivot sur Ben Simmons l’année passée et qui avait interrogé sur son réel leadership. Nul doute qu’il faudra surveiller de très près les prochaines déclarations et rumeurs, car l’intersaison de Philly risque d’être mouvementée.

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires