Houston Rockets : le bilan de la saison 2021-2022

par 7 minutes de lecture
par 7 minutes de lecture
Enlever la pub

Après l’Orlando Magic, c’est au tour de la saison des Houston Rockets d’être analysée par les équipes de The Free Agent. Bilan global, satisfaction et déception en passant par la draft, tout vous sera détaillé dans cet article, afin de vous préparer au mieux pour la saison prochaine.

La satisfaction

En dernière place de la conférence Ouest, les Houston Rockets ont passé une saison dans ce qu’ils n’avaient plus vraiment connu depuis l’arrivée de James Harden en 2012: une reconstruction complète. Et du coté de Houston, il pourrait s’agir d’une reconstruction qui démarrerait de la meilleure des manière avec une base de jeunes solide et qui pourrait faire éclore une ou deux pépites d’ici la saison prochaine.

Le back court évidemment en tête d’affiche, puisque le duo Kevin Porter Jr – Jalen Green a été l’attraction principale des texans cette saison et a aussi bien impressionné par moment que déçu par d’autres mais a toujours fait parler de lui. Kevin Porter Jr, récupéré aux Cavs dans le cadre d’un trade a eu les clés du camion, et le jeune joueur de 22 ans conclu un acte solide avec 15,6 points de moyenne, 4,4 rebonds et 6,2 passes à 41% au tir et 37% à 3 points. Beaucoup d’irrégularité certes, mais de vrais progrès à la passe et en défense, et toujours cette touche de folie sur et en dehors des terrains, qui peut lui apporter qualité comme défaut.

houston rockets jalen green porter jr

Jalen Green était quant à lui l’espoir principal de Houston après avoir été drafté en deuxième position l’an dernier, et sa saison complète n’a pas déçu, au contraire elle indique même de bonnes choses pour la suite. Si l’on en attendait peut être encore plus de l’ancien espoir de l’Ignite, Jalen Green termine tout de même en étant le deuxième rookie ayant le plus scoré de points cette saison, et est le seul à avoir atteint la barre des 40 pions. De bonnes qualités offensives qu’il devra perfectionner dès la saison prochaine avec une meilleure prise de shoots, une régularité supérieure derrière l’arc et une vision de jeu qu’il doit encore améliorer.

Nous pouvons également souligner les bonnes piges de Josh Christopher et Alperen Sengun, qui sans briller de milles feux ont apportés dans certains matchs. Jae’Sean Tate et Kenyon Martin Jr auront eux aussi fait leur boulot, souvent dans l’ombre, pour permettre aux joueurs spectaculaires d’être sous la lumière des projecteurs.

La déception

Avec un effectif alléchant et plein de jeunes, on ne s’attendait non pas à de meilleurs résultats collectifs mais à un jeu bien plus excitant que ce qui a été proposé par Stephen Silas. Réputé pour être une des pires équipes de la ligue à voir jouer, Houston a déçu aussi bien en attaque qu’en défense, avec de vrais trous d’airs des deux cotés du terrain. Au final, les Rockets terminent en étant la deuxième pire défense de la ligue et la quatrième moins bonne attaque.

Avec la deuxième PACE de la ligue, les Rockets ont joué très rapidement en transition, mais au lieu de récupérer des points à haut pourcentage, ont souvent gâché ces phases d’attaques par des pertes de balles en surnombre. En effet, Houston est l’équipe qui a le plus perdu de balles par match cette saison, avec 1,5 turnover de plus que le 29ème! Autre point à améliorer, la réussite au lancer-franc. Avec le plus de lancers tentés de toute la NBA, les Rockets ont tout simplement le pire pourcentage sur la ligne avec à peine 71%, une tragédie lorsqu’on sait à quel point les lancers-francs sont bénéfiques dans l’attaque d’une équipe, surtout lorsqu’elle arrive à en obtenir.

houston rockets turnover

Dernière stat qui montre toute la polarisation que suscite cette équipe, elle est dernière de la ligue au rebond. Faute d’un manque de hustle à l’intérieur peut-être, bien caractérisé par Wood et Sengun, qui, malgré leurs qualités d’attaque, ne sont pas réputés pour être des foudres en défense et au rebond (10,1 reb/match tout de même pour Wood).

Stephen Silas et ses assistants auront donc pour boulot cet été d’améliorer le fond de jeu de l’équipe autour de son back court explosif, afin de rendre Houston non pas uniquement spectaculaire, mais également efficace et productive, des deux cotés du terrain.

La surprise

Il ne s’agit pas réellement d’une surprise mais plutôt d’un sentiment de rassurement pour Houston, qui a récupéré le 3ème pick de la prochaine draft NBA. En effet, les Houston Rockets auront donc l’occasion de choisir l’une des trois perles que sont Jabari Smith, promis au Magic, Chet Holmgren et Paolo Banchero. Selon les sources, Paolo Banchero serait la priorité des Rockets, qui jugeraient qu’Holmgren et Smith ne seraient plus disponible en 3.

Dans l’hypothèse ou l’italien rejoignait les rangs des Houston Rockets, il se placerait sur les postes 4-5 et permettrait aux Rockets d’enfin se débarrasser de Christian Wood, qui a souvent été désigné comme indésirable dans la franchise malgré un rendement parfois intéressant. Mais que cela soit avec n’importe quel haut prospect qui ne serait pas sur les postes 1-2, Houston lancera définitivement sa reconstruction après la draft et pourra commencer le développement intensif de ses jeunes.

A l’image du Magic, il ne faudra la aussi pas se tromper du coté de Houston, qui après avoir sélectionné Jalen Green l’année dernière, espèrera trouver celui qui formera son duo dans le futur, ou le dernier membre d’un potentiel big 3 avec Kevin Porter Jr selon son évolution. Les yeux texans sont désormais braqués sur le 23 Juin, ou Houston jouera certainement une grande parti de son futur au moment de son choix.

L’été à venir

Une première année prometteuse s’est terminé à Houston mais qui suscite tout de même des interrogations. La première, quid du cas Christian Wood, qui malgré une saison plutôt solide, n’a pas l’air d’être inscrit dans le projet à long terme des fusées. Il pourrait donc être échangé cet été mais contre quelle contrepartie? Des jeunes ou des picks de draft probablement, à moins que les Houston Rockets privilégient l’ajout d’un vétéran aux cotés d’Eric Gordon, qui devrait quant à lui rester.

Autre cas intriguant, celui de John Wall. Le meneur qui n’a pas joué de la saison reste un immense fardeau dans les finances des Rockets et serait actuellement intransférable. Entre blessures par dizaines et refus commun de ne pas jouer avec son équipe, John Wall erre pour l’instant sur le banc de Houston et il ne sera lui non plus pas dans le projet de reconstruction. Au contraire, sa titularisation freinerait le développement des jeunes Porter Jr et Green, Houston n’a donc aucun intérêt à le faire jouer.

houston rockets wood wall

Source : Basket Infos

L’été des Houston Rockets sera donc consacré en majorité à la draft et au développement des jeunes, afin de préparer au mieux le groupe pour la saison prochaine. Selon le profil choisi le 23 Juin prochain, Stephen Silas aura pour job de créer un système de jeu attrayant et plus agréable que cette année, en augmentant également le rendement de ses joueurs ainsi que les résultats collectifs de l’équipe.

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires