Gregg Popovich, épisode 1 aux origines d’un coach

par 4 minutes de lecture
Gregg Popovich
par 4 minutes de lecture
Enlever la pub

Aujourd’hui, nous commençons une série d’articles hebdomadaires sur les grands entraîneurs actuels. Pour commencer nous allons nous intéresser ce mois de novembre à Gregg Popovich, l’entraîneur des San Antonio Spurs.

 

Aux origines, Gregg Popovich est le fils d’un père serbe et d’une mère croate à une époque, en 1949 où les deux pays ainsi que d’autres formaient la Yougoslavie, les Slaves du Sud. Il est né à Est Chicago.

 

Mandatory Credit: Isaiah J. Downing-USA TODAY Sports

 

 

Ses débuts comme assistant coach après une brève carrière de joueur dans L’Air Force puis d’entraîneur.

 

En effet, aux Etats-Unis, les corps d’armées possèdent leurs propres universités, l’Armée, la Navy et Princeton pour ne citer que ces noms. En France, à l’instar de Saint-Cyr ou Polytechnique, le sport universitaire est peu développé donc la renommée des sportifs passés par ces écoles peu connues.

Durant son cursus universitaire, à l’époque de la guerre froide et de la guerre du Vietnam, Gregg Popovich fait des tournées promotionnelles dans l’Europe occidental.

Après ses quatre années de scolarisation, il décroche un diplôme d’études des pays communistes en 1970. En 1973, il décroche un autre diplôme à l’université de Denver de type STAPS en France pour pouvoir devenir entraîneur. Il commence à faire ses armes et découvre le poste assistant poste dès 1973 toujours à l’Air Force.

 

En 1979, Gregg Popovich est nommé entraîneur d’une université de Californie, ou plutôt du regroupement d’universités et d’organismes postbac créés à Pomona dès 1895. Les institutions, situées sur le même campus se regroupent et forment avec Claremont en 1946 puis Pitzer en 1970 l’université actuelle au budget de 256 millions de dollars. Cette institution équivalente à des organismes en France postbac type BTS ou DUT et d’universités de moindre réputation sur le plan sportif.

Il mène l’équipe à sa première participation au tournoi qui suit la saison régulière en 65 ans. Il est entraîneur jusqu’en 1988 avec une brève mais majeure expérience d’assistant dans une équipe de premier plan en basket entre autres, Kansas pendant la saison 1986 aux côtés d’un entraîneur de légende Larry Brown.

Au-delà de l’aspect historique que constitue ce regroupement d’institutions, le fait pour Gregg Popovich de commencer dans un programme de troisième division universitaire en basket qui est le plus bas niveau possible est une illustration du rêve américain, de sa confiance en lui.

Tout ce parcours du plus bas niveau du basket aux sommets de la NBA est un exemple.

 

Mandatory Credit: Soobum Im-USA TODAY Sports

 

Gregg Popovich, le visage de la franchise depuis 30 ans.

Le titre est exagéré, car il est entraîneur en chef depuis 1996. Il fait partie de l’institution depuis 1988 comme assistant de Larry Brown jusqu’en 1992. Larry Brown et tous ses assistants sont remerciés, parmi eux figures des entraîneurs et un dirigeant qui ont marqué et marque encore la NBA.

R.C Buford, le complément parmi les dirigeants des Spurs de Gregg Popovich. Il est d’abord général manager, puis président de la franchise propriété d’un consortium d’investisseurs mené par Peter John Holt.

Alvin Gentry, entraîneur à de multiples reprises et figure de la NBA.

Enfin, Ed Manning, joueur de 67 à 75, d’abord comme joueur d’équipes de la NBA puis, avant la fusion de la ABA comme les New York Nets et Indiana Pacers. Il meurt à 67 ans en étant recruteur pour les San Antonio Spurs. Il est le père de Danny Manning, ancien joueur deux fois All Star.

Gregg Popovich, fort de ce réseau, passe une année comme assistant des Golden State Warriors et d’un de ses entraîneurs marquant de ses dernières années, de 1976 à 2010, Don Nelson.

En 1994, il revient comme général manager avant de se nommer entraîneur en 1996 et depuis être l’entraîneur que l’on connaît. Son palmarès est de cinq titres NBA pour six finales disputées. Il est le troisième entraîneur le plus titré ex aequo avec Pat Riley, dernière Red Auerbach et Phil Jackson premier avec 11 titres.

 

Dans l’épisode de la semaine prochaine nous intéresserons plus spécifiquement en quoi Larry Brown et Don Nelson ont influencé sa manière d’entraîner, le type de jeu proposé et les entraîneurs qu’il a influencé et pourquoi.

 

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires