Flashback : le dernier match en carrière de Bill Russell

par 4 minutes de lecture
Bill Russell
par 4 minutes de lecture
Enlever la pub

Dans notre série Flashback, nous revenons sur les grandes dates ou les grandes figures de l’histoire du sport américain. Aujourd’hui, on prend la machine à remonter le temps et on retourne au jour où Bill Russell a joué son dernier match en carrière.


En ce 5 mai 1969, Bill Russell, icône de la NBA et des Boston Celtics, joue son dernier match en carrière. Mais pas n’importe lequel, il s’agit d’un Game 7 de finales.

À l’époque, la NBA est bien différente d’aujourd’hui. 14 équipes composent la grande ligue et on ne parle pas encore de conférences mais de divisions Ouest et Est. Cette année-là, les Boston Celtics réalisent une saison à 48 victoires pour 34 défaites, ce qui les place à la quatrième place de l’Est.

Bill Russell, champion en 1969

En demi-finales de conférence, les Celtics écartent les Sixers du duo Billy Cunningham / Hal Greer (4-1). Ils battent ensuite les New York Knicks (4-2) pour s’offrir une finale de rêve face aux Los Angeles Lakers. Par ailleurs, Bill Russell est entraîneur-joueur de cette équipe (une autre époque) et il est également le premier entraîneur afro-américain d’une équipe de sport américaine.

Le casting des Lakers est hallucinant, avec en figure de proue un big three de légende. À la mène, on retrouve le Logo Jerry West. Il est accompagné par l’ailier Elgin Baylor, le tout avec Wilt Chamberlain dans la raquette, qui vient d’arriver cette saison-là. Bonne équipe !

Le Big Three des Lakers de 1969

Un couronnement interrompu par Bill Russell et les Celtics

Les Californiens sont favoris mais cette finale ira jusqu’en sept matchs due à la persévérance de Bill Russell et sa bande. Le 5 mai 1969, le Forum d’Inglewood doit accueillir le couronnement de ses Lakers face aux ennemis verts. C’est en tout cas ce que croit dur comme fer le propriétaire des Los Angeles Lakers de l’époque : Jack Kent Cooke.

Pour rendre la fête encore plus belle, il fait accrocher des ballons au plafond et demande à ce qu’un mot soit laissé sur chaque siège de la salle. Il comporte les inscriptions suivantes :

« Quand, et non pas si, les Lakers gagnent le titre, des ballons seront relâchés du plafond, la fanfare de USC interprétera « Happy Days Are Here Again » et le commentateur Chick Hearn interviewera Elgin Baylor, Jerry West et Wilt Chamberlain dans cet ordre précis ».

Le match, longtemps dominé par les Celtics de Bill Russell, s’avère serré sur la fin. Les Lakers font un comeback dans le quatrième-temps mais tout ne se passe pas comme prévu. Wilt Chamberlain s’embrouille avec son coach, un certain Butch van Breda Kolff, à quelques minutes de la fin.

Vexé, le coach des Lakers a l’inspiration de mettre sur le banc le grand Wilt, alors qu’il réalisait un gros match à 18 points et 27 rebonds. Il ne reviendra pas sur le parquet et l’impensable se produit : les Boston Celtics arrachent la victoire (108-106). Avec en tête Bill Russell à six points mais surtout 21 rebonds.

Les ballons ne bougeront pas du plafond et la fête est gâchée par Bill Russell et ses copains. Avant le match, au courant de cette histoire, il avait lâché à ses coéquipiers :

« Je crois que ces ballons vont rester au plafond ce soir ».

Jerry West finit un Game 7 de légende avec (mouillez-vous bien la nuque) 42 points, 13 rebonds et 12 passes. Il est bien épaulé par Elgin Baylor qui pose un joli 20/15/7. Le Logo sera élu MVP de ces finales. Il restera dans l’histoire comme étant le premier récipiendaire du trophée mais le seul à avoir perdu. Un traumatisme qu’il le marquera à tout jamais. Il dira plus tard :

« Pendant trois semaines, je n’ai plus parlé à qui que ce soit. Je n’en pouvais plus. C’était le pire moment de toute ma vie ».

Jusqu’à son dernier match, Bill Russell a montré la légende qu’il était. Il remporte sa onzième bague en treize saisons, record qui restera intouchable. Il quitte la scène NBA sur une victoire en Game 7 de finales à l’extérieur, chez l’ennemi juré, et bat par la même occasion son plus grand rival. Il y a pire comme sortie, vous ne trouvez pas ?

 

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires