Eric Gordon, la bonne pioche des Suns

par 5 minutes de lecture
par 5 minutes de lecture
Enlever la pub

Plutôt en déclin ces dernières années, l’ancien meilleur sixième de l’année 2017, Eric Gordon, semble remonter la pente avec les Suns de Phoenix depuis quelques matchs, profitant des absences alternées de Beal, Durant et Booker.

 

45 points en deux matchs, 12 dans le seul premier quart-temps au Madison Square Garden il y a deux jours, Eric Gordon semble retrouver ses sensations d’antan depuis quelques matchs et profite pleinement des absences des différents All-Stars pour s’exprimer.

Sa meilleure saison depuis ses années dorées à Houston

 

En constante régression depuis la fin de l’ère Harden à Houston, Eric Gordon s’offre, à 35 ans, une deuxième jeunesse dans l’Arizona en ce début de saison. Pour faire simple, il affiche pour le moment ses meilleurs statistiques dans pratiquement tous les domaines depuis la saison 2020-21 où il a amorcé son déclin.

 

Passé de 18 points de moyenne par match à 11 l’an dernier avec les Clippers, la chute fut rude pour Gordon. Vieillissant et peut-être aussi un peu démotivé par ses années à Houston où il n’y avait pas vraiment de projet clair, on pouvait penser qu’il ne restait pas grand-chose à espérer de la carrière de Gordon, se rapprochant de la retraite.

 

Mais les Suns, à la recherche d’opportunités peu coûtantes, après avoir sacrifié la grande majorité de la masse salariale pour assembler son Big 3, ont sautés sur l’occasion cet été. Avec un contrat de deux ans à trois millions l’année, les potentielles pertes étaient minimes, et Eric Gordon remplissait les critères des besoins de l’équipe. Un vétéran, familier des Playoffs, capable de rentrer les tirs que les trois stars lui créeront. Car si toutes productions statistiques étaient en baisse, son pourcentage à trois points lui, ne faiblissait pas et avait même plutôt tendance à être en hausse.

 

Et les Suns ont vu juste, déjà six matchs à plus de vingt points pour l’ancien de l’université d’Indiana, avec une pointe à 25 points contre les Knicks lors du dernier match. De plus, Gordon retrouve sa meilleure moyenne de points par match (14.9) depuis 2020-21, de passes décisives (3.1) depuis 2015-16 (preuve qu’il est aussi encore capable d’exister ballon en main) et de tirs à trois points rentrés par match (2.9) depuis 2018-19.

 

De même, Eric Gordon affiche pour l’instant son meilleur pourcentage au tir effectif de toute sa carrière en ce début de saison (58.8%). Par conséquent, sa statistique la plus significative avec les Suns est son nombre moyen de minutes par match. Avec 31.4 minutes de moyenne par match, Gordon est lentement en train de s’affirmer comme l’un des éléments centraux des Suns, qui tournent à plein régime avec 9 victoires sur les 10 derniers matchs. Ce chiffre est par ailleurs son total le plus élevé depuis la saison 2018-19.

 

On observe également dans ses chiffres une propension logique à privilégier de plus en plus le tir à trois points. Cette saison, 58.8% des tirs de Gordon étaient des trois points, total le plus élevé depuis 2019-20 avec Mike D’Antoni et l’utilisation massive du tir à trois points. Dernière statistique qui vaut le coup d’être relevée, « EJ » tir à 75.8% sur les tentatives à moins d’un mètre du panier, c’est tout simplement un record en carrière pour lui. Cela montre donc comment Gordon semble arriver à maturité dans son jeu en prenant des tirs qu’il a plus de chances de rentrer.

 

Eric Gordon, plus adroit que jamais au cercle. Mandatory Credit: Wendell Cruz-USA TODAY Sports

Une rôle éventuellement revu à la hausse ?

Eric Gordon prouve donc à son entraîneur Frank Vogel qu’il est toujours capable de beaucoup jouer sur un match et de performer. Il faut aussi évidemment prendre en compte le fait que les blessures successives de Booker, Beal et Durant lui sont bénéfiques sur tous ces chiffres donnés.

 

Au vu de la bonne surprise qu’est la pioche Gordon par les Suns, il sera tout de même intéressant de voir si Vogel bousculera son système initial lorsque le Big 3 sera finalement opérationnel (Beal devrait être écarté des parquets encore 2 ou 3 semaines), et s’il compte accorder un rôle plus important qu’initialement prévu à Eric Gordon.

 

Les Suns affrontent cette nuit les Raptors au Scotiabank Center à 1h30 heure française et partent largement favoris face à des Raptors en 8-10 qui viennent d’enchaîner deux revers.

Beal sera donc absent là où Durant est toujours incertain pour la rencontre, l’occasion, peut-être, pour Eric Gordon de briller une nouvelle fois.

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires