Draft NBA 2024 : Qui est Donovan Clingan ?

par 5 minutes de lecture
par 5 minutes de lecture
Enlever la pub

NBA – Révélé hier en fin de soirée, nous connaissons désormais l’ordre de la Draft NBA 2024. Pour l’occasion, présentation de l’un des gros talents de cette Draft : Donovan Clingan.

 

Il est celui que l’on pourrait nommer le meilleur des « autres » ou bien le premier non-français. Effectivement, dans une Draft 2024 au fort accent du béret et de la baguette (2 français sont attendus au deux premières places, 3 en tout dans le top 15), Donovan Clingan s’impose comme le meilleur talent américain de cette cuvée. Certaines prédictions le voient même réussir à doubler l’un des deux tricolores pour la deuxième position.

 

Un géant pivot dominant

 

Rentrons immédiatement dans le vif du sujet, la principale force de Cligan est son gabarit. 218cm pour environ 127 kilos et une envergure avoisinant les 231cm, le futur ancien de UConn est une vraie force de la nature. C’est tout naturellement qu’il évolue au poste de pivot où il a dominé de fond en comble la dernière saison de NCAA.

Meilleur joueur de la meilleure équipe universitaire du pays (désormais double championne en titre), Donovan Clingan a tourné en moyenne à 13 points et 7.4 rebonds par match cette saison. Preuve de son outrageuse domination en NCAA, le natif de Bristol (Connecticut) contre en moyenne 2.5 tirs par matchs et a tiré à presque 64% de réussite la saison passée. Une véritable bête.

Clingan a également été beaucoup utilisé en tant que poseur d’écrans durant ses deux années chez les Huskies. Sa bonne finition au cercle, main gauche comme droite, ainsi que son jeu de jambes remarquable pour un joueur de sa taille ont permis largement fluidifier l’attaque de Dan Hurley.

Enfin, dernière caractéristique intéressante de Clingan, sa capacité à élever son niveau de jeu lors des grandes échéances. En effet, ses points, rebonds et contres par match ont tous été en hausse lors du tournoi de fin de saison comparé aux matchs de saison régulière.

Avec 19 contres effectués tout au long du tournoi, il a réalisé la meilleure performance dans ce domaine depuis l’édition 2016, ses 8 contres (record en carrière) lors du seul deuxième tour l’ayant bien aidé. Il avait aussi su se muer en sauveur lors du quart de finale face à Illinois où il avait inscrit 22 points à plus 69% de réussite au tir en plus de 10 rebonds et de 5 contres.

Donovan Clingan est prêt à débarquer en NBA.

 

Un joueur pas assez « moderne » ?

 

S’il faut pointer du doigt certaines carences du géant du Connecticut, ses talents au tir extérieur viennent en premier lieu. Clingan est incapable de tirer à trois points. Le sachant très bien, il n’a presque jamais tenté sa chance à longue distance avec UConn (2/8 cette saison).

Plus préoccupant, Clingan a aussi du mal sur la ligne des lancers-francs. Avec seulement 55.8% de tentatives réussies en deux saisons chez les Huskies, Clingan est un piètre tireur de lancers-francs.

Embêtant pour un joueur de sa mensuration qui devrait être amené à régulièrement tirer des lancers-francs en NBA compte tenu de son style de jeu physique. Il pourrait aussi être une cible de certaines qui chercheront à volontairement l’envoyer sur la ligne, à la manière de ce qu’il se faisait avec Shaquille O’Neal.

 

Mandatory Credit: Jeff Hanisch-USA TODAY Sports

Avec seulement 4 tentatives par matchs en 2023-24, cela n’a pas grandement affecté l’attaque de Connecticut cette saison, mais il faudra définitivement travailler sur cet aspect pour ne pas être trop limité dans une NBA qui demande en 2024 d’être adroit à trois points quelle que soit la position et qui explose les records de points marqués année après année. Notons tout de même que Clingan est passé de 51.7% à 58.3% de réussite aux lancers-francs entre sa première et sa deuxième saison NCAA.

 

Des prévisions fluctuantes pour sa position à la Draft

 

Reste désormais à savoir où finira Clingan. Sa position à la Draft évoluera évidemment en fonction des besoins des équipes concernées.

Par exemple, si Clingan est toujours disponible lors du choix des Spurs en 4, il semble très peu probable que San Antonio le choisisse en raison de la présence de Wembanyama. Quoi qu’il en soit, le principal « adversaire » de Donovan Clingan dans cette Draft semble être le français Alexandre Sarr, lui aussi pivot. Eux deux devraient se disputer la première position, puisqu’il semble qu’Atlanta a besoin d’un pivot (à moins qu’ils ne transfèrent le premier choix).

À l’heure actuelle, les prévisions des différents experts fluctuent assez largement le concernant. Jonathan Givony, expert par excellence de la Draft pour ESPN, le place en 6, ce qui l’enverrait à Charlotte.

D’autres plus optimistes, comme Kevin O’Connor pour Ringer le place en 2, ce qui signifierait un départ vers Washington. Enfin, l’inévitable Adrian Wojnarowski, insider le mieux informé de NBA, affirme que Clingan est « le joueur dont la côte augmente le plus rapidement sur les rapports des équipes NBA » et qu’il « est dans la conversation pour être le premier choix ». Ce même Wojnarowski rappelait hier à la fin de la « Lottery » que cette Draft est la plus « instable » depuis celle de 2013, insinuant par-là que beaucoup d’incertitudes demeurent dans les esprits des 30 franchises et que beaucoup de surprises sont à prévoir.

 

Rendez-vous le 27 Juin au Barclays Center de Brooklyn…

© Bob Donnan-USA TODAY Sports

 

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires