Des Celtics affaiblis font tomber les 76ers

par 3 minutes de lecture
Celtics
par 3 minutes de lecture
Enlever la pub

NBA – Les Boston Celtics ont démontré non seulement leur talent, mais aussi leur remarquable profondeur et leur résilience face aux Philadelphia 76ers.

La nouvelle d’avant-match a frappé fort : Jaylen Brown et Kristaps Porzingis, qui ont largement contribué à la réussite de l’équipe, ont été mis sur la touche pour des raisons de santé. Ce scénario laisse présager une défaite probable pour de nombreuses équipes, en particulier lors d’un match à l’extérieur contre un adversaire aussi redoutable que les 76ers. Cependant, les Celtics sont une équipe qui se nourrit de défis.

L’absence de Brown et de Porzingis n’a pas été perçue comme un revers, mais plutôt comme une opportunité pour d’autres de briller. Cette situation a mis en évidence l’impressionnante force du banc des Celtics, un facteur qui différencie souvent les bonnes équipes des grandes. Jayson Tatum, fidèle à son rôle de meilleur marqueur de l’équipe, s’est mis en évidence avec 29 points.

Toutefois, Derrick White et Al Horford se sont partagé la vedette à parts égales et ont réalisé des performances exceptionnelles, contribuant de manière significative à la victoire de l’équipe.

Derrick White, dont le rôle dans l’équipe était supposé diminuer à la suite des récents changements dans l’effectif, a prouvé sa valeur sans aucun doute. Auteur de 27 points, dont 14 dans le quatrième quart-temps, il a joué un rôle essentiel pour contrer les tentatives des 76ers de reprendre le contrôle du match.

La performance d’Al Horford est tout aussi remarquable. Outre ses 14 points, 9 rebonds, 3 passes et 5 contres, Horford a contribué à neutraliser l’impact de Joel Embiid sur le match. Ses prouesses défensives et sa capacité à gêner Embiid ont mis en évidence sa valeur pour l’équipe, non seulement en marquant des points, mais aussi en façonnant la dynamique défensive du match. Sa transition en douceur vers un rôle plus important en l’absence de Porzingis a mis en évidence sa polyvalence et son expérience.

Pour les Celtics, c’était une démonstration de leur mentalité « next-man-up », une éthique culturelle qui met l’accent sur la résilience et l’effort collectif plutôt que sur les stars individuelles. Cette approche, telle qu’exprimée par Tatum, est la pierre angulaire de la philosophie de l’équipe.

De l’autre côté, les 76ers, malgré un effort louable, étaient visiblement en difficulté. La nuit blanche de Joel Embiid et l’absence de joueurs clés comme Kelly Oubre Jr. et Nicolas Batum ont ajouté à leurs difficultés.

 

Credit: Bill Streicher-USA TODAY Sports

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires