Dejounte Murray à Atlanta : Le trade en 4 grosses questions

par 6 minutes de lecture
murray
par 6 minutes de lecture

Beaucoup de moves ont eu lieu ce mercredi 29 juin à l’aube de la Free Agency et le plus gros a eu lieu vers 23h15, heure française. Dejounte Murray débarque à Atlanta contre Danilo Gallinari notamment.

C’est la grosse bombe de ce mercredi 29 juin ! Alors que la Free Agency 2022 débute cette nuit, les Atlanta Hawks et les San Antonio Spurs ont trouvé un accord : Dejounte Murray est transféré du côté d’Atlanta, en échange, les Spurs reçoivent Danilo Gallinari, 3 futurs premiers tours de draft et un pick swap.

Dans le détail, les futurs premiers tours de draft sont composés d’un 1er tour en 2023, la draft prochaine, appartenant aux Hornets, un autre 1er tour en 2025 des Hawks et encore un 1er tour en 2027 toujours des Hawks, le pick swap, lui, est pour 2026.

Une fois avoir digéré l’information, plusieurs questions nous viennent à l’esprit, nous allons nous les poser ensemble.

Les Spurs ne sont-ils pas archi perdants dans ce trade ?

Pas vraiment.

Soyons clair, avec ce trade les Spurs sortent de la demi-mesure et appuie clairement sur le bouton « Tanking ».

Avec ce transfert, il n’y a désormais plus aucun joueur actuel des Spurs qui a joué avec Tim Duncan, Tony Parker, Manu Ginobili ou Kawhi Leonard. Jakob Poeltl et Lonnie Walker sont les plus anciens membres de la franchise.

Malgré le fait qu’il soit un véritable steal de draft, Dejounte Murray dispose d’un certain plafond qui ne le présage pas d’être l’option numéro 1 d’une équipe compétitive. Une participation en Play-In serait le maximum que cette équipe des Spurs puissent atteindre avec Murray en leader.

Le 29ème choix de la Draft 2016 a conclu la meilleure saison de sa carrière et sa côte sur le marché n’a jamais été aussi haute et ne le sera sûrement plus jamais. Avec ses 21,1 points, 8,3 rebonds, 9,2 passes et 2 interceptions de moyenne sur cette dernière saison, les Spurs ont magnifiquement géré le timing pour transférer leur jeune pépite en contrepartie de 3 premiers tours de draft.

Outre Danilo Gallinari et ses 33 ans, le plus vieux joueur du roster des Spurs s’appelle Doug McDermott avec ses 30 ans. Outre Danilo Gallinari et ses 21 millions de dollars, le plus gros contrat dans les finances des Spurs est aussi pour Doug McDermott avec ses 13 millions l’année.

La saison 2023 est la dernière garantie contractuellement pour Gallo, les Spurs pourront donc s’en détacher et s’adjuger encore plus de flexibilité financière. À l’issue de la saison prochaine, avec tous les contrats finissants et en prenant en compte l’augmentation du salary cap, les Spurs peuvent se libérer jusqu’à 100 millions de dollars de cap space.

Dans 1 an, les Spurs pourront donc à la fois se positionner à la draft avec un pick au 1er tour mais également sur la Free Agency pour tenter de récupérer une star.

Avec cette reconstruction, les Spurs entament quelque chose de très nouveau pour eux. Gregg Popovich a vraisemblablement donné son accord sur le transfert de Murray et devrait rester en place la saison prochaine. Il serait même excité par ce projet de reconstruction, une première dans son immense carrière d’entraîneur à 73 ans.

San Antonio dispose déjà de toutes les armes nécessaires pour revenir au top niveau à long terme.

Pourquoi les Hawks n’ont pas mis John Collins dans le package ?

Dans les rumeurs de transfert depuis plusieurs mois maintenant, John Collins est plus proche que jamais de quitter les Hawks.

Même si John Collins demeure un profil très intéressant, extrêmement adapté à la NBA moderne et qu’il n’a pas encore 25 ans, l’intérieur des Hawks a prolongé son contrat avec Atlanta et ne pourra quitter la Géorgie que dans un sign and trade avec une équipe compétitive.

Les Spurs sont bien évidemment aux antipodes de tout cela. Cela explique que le management texan n’a évidemment aucune envie de s’embourber avec un contrat de 26 millions l’année courant jusqu’en 2026.

Le transfert de John Collins devrait se faire dans les prochains jours mais d’autres équipes, aux projets sportifs drastiquement différents de celui des Spurs, sont sur le coup (Minnesota, Sacramento etc …)

Le backcourt Trae Young – Dejounte Murray peut-il réellement fonctionner ?

À première vue, Murray et Young semblent être 2 gros mangeurs de ballon. Les fans des Hawks peuvent donc avoir des craintes justifiées concernant la complémentarité de son prochain backcourt.

Dans les 4 saisons qui composent la carrière de Trae Young, le meneur n’a jamais vraiment joué avec un autre extérieur manieur de ballon : Kevin Huerter et Bogdan Bogdanović rentraient plus dans un rôle de spot-up shooter et récemment Lou Williams assure plutôt la rotation à la mène derrière ce même Trae Young.

Autant dire que l’enjeu est de taille.

Même si le maniement de balle doit absolument bien être partagé, les Hawks ont compris que dans cette NBA moderne, il est devenu essentiel d’avoir au moins 2 ball handler dans son 5 majeur (Les Celtics avec Tatum et Brown, les Suns avec Paul et Booker etc…)

Quand les rôles seront bien attribués, ce backcourt d’All-Star saura évidemment se compléter. Dejounte Murray viendra épauler Trae Young dans sa plus grosse lacune : Sa défense.

Young, bien trop frêle physiquement, a toujours eu du mal face aux gros extérieurs adverses. Murray a toujours été un défenseur reconnu sur les lignes extérieures. Grand, longiligne et mobile, l’ancien des Huskies de Washington a été le meilleur intercepteur de la ligue la saison dernière et a intégré le 2ème meilleur 5 défensif de l’année en 2018.

En attaque, Dejounte Murray n’est pas en reste. Même s’il n’est pas un feu follet offensif comme Trae Young, il pourra épauler Ice Trae ne serait-ce que dans le playmaking et la relation meneur-pivot avec un certain Clint Capela.

Avec ce trade, les Atlanta Hawks ont-ils terminé leur Free Agency ?

Absolument pas.

Sur le plan sportif, les Hawks sont évidemment gagnants mais sur le plan financier, ils ne s’en sortent pas mal non plus.

Le départ de Danilo Gallinari libère 21 millions de dollars dans les finances alors que Dejounte Murray en coûte 16.

De plus, le départ de John Collins avec ses 26 millions de dollars de contrat devrait rapidement s’opérer. Atlanta aura donc presque 30 millions de cap space à exploiter cet été.

Cependant, même si la majorité des cadres est sous contrat avec les Hawks, il y a un joueur qui n’a pas encore obtenu sa prolongation de contrat : Il s’agit de DeAndre Hunter. Le joueur de 24 ans rentrera dans sa dernière année contractuelle et demandera logiquement un nouveau deal avec Atlanta à la hauteur de son talent.

En clair, Landry Fields et Travis Schlenk auront du travail cet été. Le but étant de s’adjuger les faveurs d’une nouvelle star. Le backcourt et les ailes semblent d’ores et déjà remplis, il serait préférable de s’orienter vers un intérieur surtout après un départ de John Collins.

murray

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires