La défense des Celtics à l’épreuve des Cavaliers

par 3 minutes de lecture
Boston Celtics
par 3 minutes de lecture
Enlever la pub

Les Celtics ont sans doute perdu bien plus qu’un match face à Chicago avec la suspension de Grant Williams avant d’affronter les Cavaliers vendredi soir.

Considérés comme favoris pour un retour en finale NBA, les Celtics vont disputer ce soir un match pivot après plusieurs jours de repos, sans leur pivot Grant Williams suspendu poru un contact avec l’arbitre du match face à Chicago.

Problème : les Cavaliers excellent dans le domaine du rebond avec leur tour de contrôle nommée Jarrett Allen. Alors Boston peut-il passer outre cette absence et passer entre les mailles du filet ?

L’utilisation de la « 14 coverage »

Face à Chicago, les Celtics ont utulisé avec abondance le système « 14 coverage » pour éviter toute tentative de Chicago trop proche du cercle et les forcer à prendre des shoots lointain voire même manger l’horloge des 24 secondes. Cela implique de ne switcher que sur les positions au périmètre avec le big man positionné suffisamment haut pour contenir l’action.

Mais face à Chicago, ce système a montré ses limites lorsque les guards n’ont pas su se sortir des écrans posés ouvrant la voie vers le cercle sur des pick-and-roll par exemple. Cela a du sens dans une certaine mesure contre Drummond, car il peut être dangereux sur les roll lorsqu’il peut mettre le ballon au sol avec rapidité. Mais pas quand LaVine tient le ballon avec sa capacité à shooter avec précision. de loin comme à mi-distance.

Malcolm Brogdon était l’un des guard qui tentaient de se défaire des écrans face à Chicago. Il a expliqué quel est le point d’emphase et pourquoi cela ne fonctionne pas.

« Je pense que pour tous les guards, (il s’agit) d’atteindre le ballon afin que vous puissiez battre les écrans afin de ne pas être touché », a déclaré Brogdon. « Surtout si vous savez que vous n’êtes pas dans un switch. Si vos pivot sont sur un drop, vous devez être capable de battre cet écran et de ne pas les laisser face soit un floater ou un shoot à mi-distance. »

Face à Orlando, Boston avait aussi laissé des shoots ouvert à 3 points ou en pénétration sur des sorties d’écran où Orlando avait réussi à faire oublier qui était à l’origine de l’écran. C’est le principal souci avec ce type de couverture qui peut laisser de l’espace, et même beaucoup d’espace à l’attaque adverse si tout n’est pas bien exécuté.

Face à Cleveland, les guards bostonien auront fort à faire avec la paire Mitchell-Allen. Donovan Mitchell a le talent pour prendre ces tirs pull-up et les rentrer dans presque n’importe quelle position.

Ce n’est pas le talent qui manque à cette équipe des Celtics pour faire fonctionner n’importe quel type de défense. Ils l’ont parfaitement montré la saison dernière.

Ce n’est que la première défaite de la saison.

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires