Bilan de la saison NBA 2020-2021

par 9 minutes de lecture
par 9 minutes de lecture
Enlever la pub

Après la victoire des Bucks il y a quelques jours face aux Suns de Phoenix. Nous, la rédaction de The Free Agent, vous proposons de mettre en avant quelques points positifs et négatifs de la saison que l’on vient de vivre. Voici donc , nos Tops et nos Flops de cette saison de NBA.

Nos Tops

Nikola Jokic MVP et Giannis Antetokounmpo MVP des Finales, le retour en force des Big Men

Giannis Antetokounmpo vient d’être élu MVP des Finales après avoir complètement dominé la série face aux Suns. Depuis maintenant plusieurs années, le Greek Freak est un ovni dans cette ligue désormais dictée par l’adresse à 3 points depuis l’avénement des Warriors de Steph Curry. Mais cette saison le double MVP n’a pas été le seul intérieur à dominer cette saison et Nikola Jokic est devenu le premier pivot à obtenir le titre de MVP depuis un certain Shaquille O’Neal.

Giannis Antetokounmpo est devenu le 3ème joueur de l’histoire a remporter le titre de défenseur de l’année, celui d’MVP et celui d’MVP des Finales. Ses performances en Playoffs ont ébloui toute la planète basket, impitoyable des deux côtés du terrain et ultra dominant dans la raquette, le Greek Freak semblait inarrêtable pour les défenseurs adverses. MVP des Finales quasiment unanime, Giannis a tourné à plus de 35 points et 10 rebonds de moyenne sur ces Finales face aux Suns, tout en étant blessé

Le Grec n’était en effet pas le seul intérieur a avoir marché sur la ligue cette saison. Joel Embiid et surtout le MVP Nikola Jokic ont tout écrasé sur leurs passage cette année. Le Camerounais a d’ailleurs longtemps aussi été dans la course au MVP mais une blessure l’a empêché de rester un candidat sérieux pour ce titre.

Nikola Jokic est devenu cette saison le MVP le plus bas drafté de l’histoire de la NBA, en effet, il avait été drafté par les Nuggets à la 41ème position. Le Serbe a réalisé une saison à 26,4 points, 10,8 rebonds et 8,3 passes décisives par match. Le pivot de 2m11 n’est pas très mobile ni très physique comme Embiid et Jokic mais possède un touché fabuleux et un shoot plus que fiable. Le Joker est un pivot vraiment à part et il est d’ores et déjà le meilleur Big Man passeur de l’histoire de la NBA, son QI basket et sa vision de jeu lui permettent de voir des passes que certains meneurs n’imagineraient même pas.

Pour finir, on pourrait l’oublier mais Joel Embiid a tout cassé sur son passage cette saison malgré sa blessure et il sera sans doute un candidat plus que sérieux au titre de MVP la saison prochaine.

Ce retour des Big Men dominants rend la NBA plus intéressante pour les spectateurs qui pourront assister à plus d’oppositions de style et qui s’écarte un peu du standard récent de jeu dominé par les joueurs extérieurs.

Les Atlanta Hawks, la grosse surprise

Les Hawks d’Atlanta sont la surprise de cette saison 2020-2021, atteignant même les finales de conférence Est, les Hawks ont impressionné tout le monde cette saison. Équipe très moyenne sous les ordres de Lloyd Pierce en début de saison, les Hawks ont pris une autre dimension suite à l’arrivée de Nate McMillan. Tout d’abord, grâce à une fin de saison en fanfare, ils arrivent à se positionner à la 5ème place de la conférence Est, évitant ainsi d’affronter les Bucks au premier tour. 

Portés par un Trae Young sensationnel pour ses premiers Playoffs, ils se sont débarrassés sans trop de difficulté des New York Knicks en cinq matchs (4-1) au premier tour. Et tandis qu’on leur promettait l’enfer face aux 76ers, ils ont réussi l’exploit en éliminant dès les demi-finales de conférence face au premier de l’Est, les Philadelphia 76ers. Les Hawks étaient arrivés comme des outsiders absolus et personne ne les voyait battre Philly, mais c’est ce qu’ils ont fait en sortant Joel Embiid et les siens au bout de six matchs (4-2). 

Malheureusement pour Trae Young et ses coéquipiers, l’aventure s’est arrêtée aux portes des Finales NBA. Les Bucks trop fort se sont défaits des Hawks en six matchs (4-2) et ceux malgré l’absence de Giannis Antetokounmpo sur les derniers matchs. Cette campagne de Playoffs et cette saison aura permis de voir certains joueurs complètement éclore comme Onyeka Okongwu qui a réussi à poser énormément de problème à Giannis, mais également la confirmation de joueurs comme Trae Young et John Collins qui sont de vrais joueurs de calibre All-Star en puissance.

Le retour des fans, ENFIN !

Pour terminer avec les tops, la grande nouvelle de cette fin de saison c’est le retour des fans dans les salles. Le public a manqué à tout le monde pendant toute cette année où ils avaient été interdits de se rendre sur place pour des raisons sanitaires. Le retour du public tout au long de ces Playoffs a été une vraie bouffée d’air frais pour certaines équipes notamment les Bucks qui se seront servis de leur public pour aller au bout. 

Le retour du public dans les salles est annonciateur d’un retour à la normale imminent de la NBA qu’on aime tant et qui devrait retrouver sa saveur passée car ils sont l’âme de ce sport. Sauf catastrophe, dès la reprise en octobre prochain, nous devrions assister à une saison complète avec des arènes pleines, ENFIN !

Nos Flops

Ben Simmons et Kristaps Porzingis n’ont pas répondu aux attentes placées en eux

Comment faire un bilan de la saison dans son entièreté sans parler de Ben Simmons et Kristaps Porzingis. Malheureusement ces deux joueurs se retrouvent dans nos flops mais il ne faut pas oublier qu’il en faut très peu pour que ces deux joueurs finissent dans nos tops la saison prochaine.

Quoi qu’il en soit, L’apport des deux joueurs cette saison se rapproche du néant surtout dans des moments décisifs où il fallait faire la différence.

Le premier, Ben Simmons a essuyé un bon nombre de critiques cette saison, tant par son manque d’efficacité que par sa négligence par moment sur certaines actions ou possessions adverses. Détrompez vous, le joueur est très loin de ne pas avoir le niveau NBA, son potentiel reste plus qu’important sachant qu’il avait été drafté premier en 2016. Il fait même partie des tout meilleurs joueurs de cette ligue. Le réel problème chez l’australien c’est que beaucoup ont placé certaines attentes sur lui mais il n’y répond clairement pas.

On ne peut clairement pas passer à côté de son adresse au shoot. Cela fait à peu près quatre ans qu’il est dans cette ligue et il a toujours autant de mal. Dans une situation où il doit prendre un shoot décisif qui pourrait changer l’issue du match, il serait capable de faire un air ball. Bien sûr que l’erreur est humaine et nous sommes convaincus que le sport de haut niveau n’est pas simple, mais au bout de quatre saisons À ce niveau et surtout dans une équipe comme celle des Sixers il n’a montré aucun signe de progression dans ce domaine.

Lors de ces playoffs même son coach, Doc Rivers, avait parlé de son adresse.

« Il galère sur la ligne des lancers-francs et c’est devenu un poids dans cette série, sans aucun doute. Je crois toujours en lui mais on a du boulot. On va devoir aller à la salle et travailler dur. »

Ces mots sont forts mais totalement réels. Le joueur devient de plus en plus un poids pour l’équipe, il devra progresser ou les Sixers n’hésiteront pas à se séparer de lui.

Concernant Kristaps Porzingis c’est une tout autre histoire. Le joueur est frustré et ne se sent plus autant à l’aise avec son rôle chez les Mavs. Ce qui le frustre c’est son manque d’implication dans les phases offensives mais il se sent aussi dans l’ombre de son coéquipier Luka Doncic.

Et dans tout ça il y a aussi son rendement assez faible par rapport à ce qu’on attendait de lui.

Malgré ses 20.1 points et 8.9 rebonds de moyenne.

Il n’a pas l’impression d’apporter sa pierre à l’édifice, il commence aussi à se poser des questions sur son avenir. Malheureusement toutes ces interrogations gangrènent son jeu sur le parquet et n’arrangent clairement pas les choses.

Même si il est au-dessus de la moyenne comme Ben Simmons, Ils doivent montrer qu’ils sont déterminés est prêt à se battre pour prouver qu’ils sont toujours présent.

Le nombres de blessures à eu un impact considérable sur les playoffs

En effet c’est un « flop » assez particulier mais pour nous il a changer beaucoup de choses.

Sûrement la conséquence directe de la bulle anti-covid de l’année dernière, les blessures de joueurs ont été assez décisives cette saison et surtout durant les playoffs. Kyrie Irving, Trae Young, Kawhi Leonard, Giannis, Anthony Davis,etc… Cette liste peut encore être allongée. La question que nous nous posons c’est est-ce que si ces joueurs n’avaient pas été blessés, l’issue de ces playoffs aurait été différente ?

Sachant qu’ une équipe comme les Clippers a été totalement handicapé par l’absence de sa superstar Kawhi Leonard. Malgré la présence de Paul George qui a clairement fait son boulot et la profondeur du banc de la franchise, il manquait cet élément qui pouvait faire basculer le match et le faire passer du tout au tout.

Bien sûr qu’avec des si on peut refaire le monde mais les bugs aurait-il pu se qualifier contre une équipe de Brooklyn avec Kevin Durant, un Harden sur ses deux jambes et un Kyrie Irving a 100% ?

Pour nous c’est un gros point négatif même si derrière ce sont les aléas du sport de niveaux on aurait voulu voir toutes les équipes à 100% pour assister à un beau spectacle pour le retour des fans dans les stades.

 

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires