Victor Wembanyama : Rookie de l’année à l’unanimité

par 5 minutes de lecture
Wembanyama
par 5 minutes de lecture
Enlever la pub

Victor Wembanyama a été désigné Rookie de l’Année de la NBA cette nuit, recueillant l’unanimité des 99 votes de première place. Sélectionné en première position lors de la draft 2023, Wembanyama est le premier rookie depuis Karl-Anthony Towns en 2016 à obtenir ce titre à l’unanimité.

Chet Holmgren et Brandon Miller complétaient le trio de finalistes pour ce prestigieux honneur.

 

« Mon objectif a toujours été d’aider mon équipe du mieux possible et de progresser tout au long de l’année, » a déclaré Wembanyama sur TNT après l’annonce du prix. « Je savais que pour y parvenir, je devais être bon individuellement sur le terrain et dominant, donc c’était très important pour moi de remporter ce trophée. »

 

Avec ces 2,24 mètres, Wembanyama a dominé les rookies en termes de points (21,4), de rebonds (10,6) et de contres (3,6) par match sur 71 rencontres avec les San Antonio Spurs. Il a également été le meilleur contreur de la ligue, rejoignant Manute Bol comme l’un des seuls rookies à avoir mené la ligue dans cette catégorie. De ce fait, il est également finaliste pour le titre de Défenseur de l’Année de la NBA, dont le lauréat sera annoncé mardi.

 

Wembanyama est le premier joueur de l’histoire de la ligue à marquer au moins 1 500 points (1 522), capturer 700 rebonds (755), distribuer 250 passes (274) et bloquer 250 tirs (254) tout en réussissant au moins 100 tirs à trois points (128) en une saison. Dans une ère où le tir à trois points est roi, même parmi les grands joueurs, Wembanyama incarne et défie cette ère, étant le seul joueur à avoir en moyenne au moins 3,5 contres et 1 tir à trois points par match en une saison.

 

« Coaché un tel joueur est toujours spécial, un talent, » a indiqué Vincent Collet, l’entraîneur de Wembanyama dans la ligue professionnelle française la saison dernière et son coach cet été pour l’équipe olympique de France. « Les Américains l’appellent un extraterrestre, ce qui est très intéressant. Tout est nouveau. Vous ne pouvez pas le coacher comme vous coacheriez un joueur normal, car il n’est pas normal. »

 

Wembanyama, a joué trois saisons en LNB. Sa dernière saison a été avec les Metropolitans 92, sous Vincent Collet, où il a confirmé sa position de premier choix de la draft NBA en affichant une moyenne de 21,6 points, 10,4 rebonds et 3 contres.

Peut-être même que les Spurs n’auraient pas imaginé qu’il puisse reproduire presque à l’identique ces chiffres dans la meilleure ligue professionnelle au monde, mais c’est ce qui s’est passé…

« Avec lui, nous avons essayé d’utiliser ses grandes compétences et son potentiel et de l’aider à trouver sa propre voie, » a déclaré Collet à The Athletic lors d’une interview à Paris en janvier. « Ce n’est pas si simple, car parfois vous vous trompez en raison de son immense potentiel. »

Popovich a tenté d’adopter une approche patiente avec sa nouvelle superstar, en décidant de son rôle pour sa première saison à San Antonio, qui était également sa première expérience de vie dans un nouveau pays et de jouer un calendrier de 82 matchs sur quatre fuseaux horaires différents.

Il a aussi rapidement réalisé que Wemby était prêt pour plus que ce que ses coéquipiers, lui avaient donné, et les Spurs ont commencé à voir des améliorations notables plus tard dans la saison lorsque les autres joueurs ont commencé à exploiter pleinement les talents exceptionnels du rookie. En s’appuyant sur les capacités uniques de Wembanyama, Popovich a progressivement augmenté son rôle au sein de l’équipe, permettant ainsi au jeune joueur de prendre une part plus active et influente dans les stratégies de jeu et les performances globales de l’équipe.

Wembanyama n’a pas cessé de redéfinir les attentes pour un rookie dans la NBA avec une série de performances historiques.

Dès ses premiers matchs, il a imposé un nouveau standard, devenant le plus jeune joueur à inscrire au moins 20 points et 20 rebonds lors d’une partie contre les Chicago Bulls, marquant ainsi son entrée fracassante dans l’histoire de la ligue.

En plus de ces statistiques impressionnantes, Wembanyama a atteint des jalons significatifs tels que l’accumulation de 350 points, 50 passes, 50 contres et 25 interceptions en seulement 20 matchs, un exploit inédit pour un débutant. Sa capacité à influencer le jeu des deux côtés du parquet s’est confirmée lorsqu’il a enregistré son 100ᵉ contre en moins de 35 matchs, rejoignant ainsi un groupe élite de joueurs qui ont marqué de leur empreinte les annales de la NBA dès leurs débuts.

Le 12 février, lors d’un match contre les Raptors, il a réalisé un triple-double incluant 27 points, 14 rebonds et 10 contres, devenant ainsi le quatrième rookie à atteindre une telle marque lors de sa première saison. Cette performance, réalisée en moins de 30 minutes, a aussi établi un nouveau record pour le nombre de contres en un temps de jeu aussi court.

Sa domination ne se limite pas à la défense. Wembanyama a également brillé en attaque, notamment lors d’un match mémorable contre les New York Knicks où il a enregistré 40 points et 20 rebonds, une première pour un rookie depuis Shaquille O’Neal en 1993.

 

La saison rookie de Victor Wembanyama s’inscrit comme une des plus historiques jamais observées dans l’histoire de la NBA. Avec des records brisés et des performances qui dépassaient souvent les attentes, Wembanyama n’a pas seulement impressionné les fans et les analystes, mais a aussi redéfini ce qu’un débutant peut accomplir dans la ligue. Son  Rookie de l’Année à l’unanimité ne fait que confirmer l’impact monumental de sa première saison, marquant un début de carrière qui pourrait bien transformer le paysage du basketball.

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires