5 choses à retenir du Game 5 entre Boston et Golden State

par 10 minutes de lecture
golden state
par 10 minutes de lecture
Enlever la pub

Gros match 5 des NBA Finals cette nuit où les Golden State Warriors s’imposent 104 à 94. Un match très atypique au bout duquel les Warriors prennent une option pour le titre. Ils mènent 3-2 dans la série.

1 – Une victoire des Golden State Warriors malgré un Stephen Curry aux abonnés absents

Cette nuit, tous les regards étaient braqués sur un seul homme, Stephen Curry. L’ancien meneur de Davidson, en quête de son premier trophée de MVP des Finals, a signé, lors du Game 4, certainement le plus gros match de sa carrière en Finales NBA, et pourtant Dieu sait qu’il en a disputé dans sa carrière : 43 points accompagnés de 10 rebonds, à 14/26 au tirs et 7/14 longue distances pour ramener les siens à égalité, 2-2 dans la série.

Nous le savons, le Game 5 (après 2-2 sur les 4 premiers matchs), est plus que capital et permet à l’équipe qui l’emporte de prendre une réelle option sur le titre. La stat est folle : 76% des équipes ayant remporté le Game 5 après un score de 2-2 ont finit championnes. Stephen Curry était donc (encore une fois) attendu au tournant.

Contre toute attente, le meneur MVP n’aura jamais réussi à trouver son rythme pendant ce match. La faute certainement à l’exécution d’un schéma défensif étouffant concocté par Ime Udoka mais dont Stephen Curry est pourtant capable de se débarrasser.

Curry a eu du mal à trouver ses positions de tir et signe une feuille de stats à seulement 16 points à 7/22 au tirs et un historique 0/9 à 3 points. Avec cette prestation, Curry met fin à une série de 132 matchs de Playoffs consécutifs avec au moins 1 panier à 3 points inscrit.

Une première pour sa carrière en Playoffs.

Stephen Curry a donc enchaîné le meilleur match de sa carrière en Finales avec un des pires.

Mais là où les grands leaders se distinguent, c’est qu’ils ne nuisent pas à leurs équipes malgré leurs méformes. Jayson Tatum a su aligner 13 passes décisives (son record en carrière) lors de la victoire dans le match 1 de ces mêmes Finales alors que celui-ci ne shootait qu’à 17,6%. Cette nuit, Curry aura distillé 8 passes décisives et le jeu offensif des Warriors a continué de tourner, un jeu très axé sur une multiplication de passes, d’écrans non-porteurs pour chercher des tirs ouverts avec un minimum de dribbles. Un jeu qui, couplé à une mentalité de début de match remarquable et une intensité défensive à la hauteur, aura eu raison des Celtics sur cette première mi-temps.

51 à 39 pour les Dubs à la pause. Les Warriors repartent aux vestiaires avec le sourire, mais ce sourire sera de courte durée.

2 – Enfin un 3ème quart temps pour les Celtics

Nous le savons, depuis le début de leur dynastie et encore plus dans ces Finales, les Warriors aiment mettre la main sur le 3ème quart temps des matchs pour pouvoir le plier en moins de 36 minutes.

38 à 24 dans le Game 1 – 35 à 14 dans le Game 2 – 33 à 25 dans le Game 3 – 30 à 24 dans le Game 4

Il fallait stopper l’hémorragie pour les hommes en verts et c’est ce qu’ils ont fait. L’intensité défensive proposée sur Stephen Curry a été globalisée sur tous les Warriors et un certain Jayson Tatum se permet d’arroser longue distance. Il finira à 27 points à 10/20 aux tirs et 5/9 à 3 points dont 3 de suite en ouverture de quart temps.

Draymond Green voit sa passe se faire intercepter, Jaylen Brown va chercher le coup de sifflet contre Klay Thompson qui sera handicapé sur le reste du match par des problèmes de faute et les Warriors ne semblent plus y être, à la maison, dans leur quart temps. Stephen Curry y va également de sa faute en sortie de temps mort. Otto Porter Jr en prend une aussi tandis que les C’s continuent de scorer longue distance si bien que Marcus Smart ramène les siens à égalité à 6:50 de la fin du 3ème quart avant qu’Al Horford ne donne 3 points d’avance aux Celtics 30 secondes plus tard.

Au final, ce sont bien les Boston Celtics qui remportent, pour la première fois de ces Finales, le 3ème quart temps sur le score de 35 à 24. Il aura fallu une autre bombe de Jordan Poole à très longue distance avec quasiment rien sur le chrono pour que les Warriors gardent un avantage très léger : 75 à 74 avant le 4ème quart.

3 – Draymond Green est redevenu Draymond Green

S’il y a bien un cadre de son équipe dans ces Finales qui n’était pas au rendez-vous depuis le début de la série, c’est bien Draymond Green. Le bulldog des Warriors s’est un peu trop éparpiller sur ces 4 premiers matchs, inscrivant plus de fautes que de points. L’ailier-fort de la baie a trop nuit à son équipe en s’adonnant encore et toujours à du trash-talking toujours mal senti.

L’institution des Golden State Warriors a su réagir et remettre son numéro 23 sur de bons rails. Très impliqué dès le début du match, Green lâche une passe décisive pour Otto Porter Jr qui inscrira le premier panier de la rencontre, action suivante : seul à 3 points dans le corner, Green tente sa chance, sans succès et de l’autre côté, la défense sur Jayson Tatum est bonne et forcera Ime Udoka a reposé sa star plutôt que prévu. Tatum démarrera son gros match un peu plus tard.

Dans le reste du 1er quart temps, Draymond Green n’hésite pas à se jeter sur un ballon pour tenter l’interception et sur une feinte de main à main pour Klay Thompson, Green fonce au panier pour finir la main dans le cercle. En une moitié de quart temps, le soldat des Warriors revit et apporte clairement dans le jeu des Warriors. Pas mal benché sur le 3ème quart, Draymond finira ce Game 5 à 8 points, 8 rebonds et 6 passes avec un + 11 d’évaluation et un 50% au tir.

Draymond Green est redevenu Draymond Green, au meilleur moment pour ces Warriors.

4 – Les apports du banc : Le jour et la nuit entre Dubs et C’s

Dans ce Game 5, les Golden State Warriors nous ont montré pourquoi ils sont si « ‘Strenght in Numbers ». 2 hommes à citer : Jordan Poole et Gary Payton II.

Le fils de, considéré comme un Draymond Green plus petit, n’a pas eu froid aux yeux quand il s’agissait d’inscrire des paniers. La défense collante sur Curry a forcément créé des espaces qu’il a su exploiter en positions de tir au point de finir la rencontre à 6/8 au shoot avec un panier ouvert à longue distance sur 3 tentatives. Sous les yeux de son père, le jeune Gary a su se libérer du marquage resserré, de Marcus Smart notamment, pour finir aisément au panier à plusieurs reprises.

Au total, 15 points pour lui, le jeune Payton aura éclaboussé ce match de son sang-froid. Le tout en étant également très vaillant de l’autre coté du terrain.

Jordan Poole n’est pas à plaindre non plus. Le candidat au MIP cette année pour les Golden State Warriors se discipline également de plus en plus au fil que la série se poursuit. Utilisé majoritairement en relais de Klay Thompson, le jeune Poole ne s’est pas parodié et a basé son jeu sur une donnée simple : L’adresse. L’arrière a shooté quasi-uniquement extérieur et a inscrit 4 paniers sur 8 tentatives, dont 3 à longues distances, en moins de 15 minutes de temps de jeu.

Il émerveillera le Chase Center sur un tir à 3 points à 0,01 seconde restante dans le 3ème quart.

 

Au final, le banc des Golden State Warriors aura apporté 31 points sur les 104 au total dont 29 du duo Poole-Payton.

Coté Boston, personne n’aura répondu à l’appel. Seulement 10 points du banc dont 6 dans le Garbage Time. Payton Pritchard a manqué des tirs à lui qui font généralement du bien aux Bostoniens dans le cours d’un match (0/3 à 3 points). Derrick White a eu un impact 0, lui qui signe une campagne de Playoffs plus que surprenante, il en aura fait son pire match sur ce Game 5 (seulement 1 point). Grant Williams, un joli and-one et puis s’en va. Les Boston Celtics ont réellement joué à 5 ce soir-là.

5 – L’homme du match se nomme Andrew Wiggins

Stephen Curry aux abonnés absents, Klay Thompson qui se cherche encore et Draymond Green qui vient de revenir à la vie, tout était indiqué pour qu’Andrew Wiggins signe un gros match. Le 1er choix de la Draft NBA 2014 a répondu présent au défi qui lui était proposé. Il est de loin le joueur des Warriors le plus utilisé par Steve Kerr pour son coté Two-Way (38,4 minutes de moyenne sur ces Finales) et encore ce soir avec ses 42 minutes, Wiggins finira meilleur scoreur du match avec ses 26 unités.

Offensivement, Wiggins a eu le feu vert pour shooter à volonté et à dominer le jeu à mi-distance avec 12 paniers inscrits sur 17 tentatives dans l’arc. L’ancien des Wolves n’a pas eu peur d’aller provoquer et d’être agressif face aux stars adverses et a porté sur son dos toute l’attaque des Dubs. Même si les tirs à 3 points font un peu tâche (0/6), la ligne de stats reste tout de même remarquable : 26 points avec 13 rebonds à 52% au tir.

Défensivement, Andrew n’est pas en reste. Assigné en 1er soldat face aux Jay Brothers, l’ailier a mis le couvercle sur le match et a généreusement privé les siens d’un money-time. Même si Jayson Tatum était dans un excellent soir d’adresse, l’ailier canadien est en grande partie responsable de la mauvaise prestation de Jaylen Brown et du reste du supporting cast des Celtics.

Rappelons qu’il s’agit seulement de la 2ème campagne de Playoffs pour Andrew Wiggins. Avec un peu de recul, il paraît maintenant évident que ce joueur ne symbolise pas un numéro 1 de draft générationnel autour duquel on construit une franchise pour aller au loin mais le Rookie de l’année 2015 a finalement trouvé sa place en NBA après des débuts poussifs et sujets a beaucoup critiques.

Maintenant installé dans la rotation d’une des meilleures équipes de la ligue, il en est désormais un atout majeur. Le néo All-Star l’a prouvé aujourd’hui.

Cet Andrew Wiggins taille patron combiné à un Draymond Green retrouvé ont fait que les Warriors ont remporté la match-up défensive de la rencontre, pour la première fois, face à la meilleure défense de ces Playoffs.

Les Golden State Warriors mènent désormais 3-2 et auront la possibilité d’asseoir un peu plus leur dynastie avec un nouveau titre de champion ce jeudi. Les Celtics, quant à eux, tenteront d’arracher un Game 7 à San Francisco après cette première double débâcle dans ces Playoffs.

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires