Preview : Les États-Unis à la Copa America

par 7 minutes de lecture
USA Copa America
par 7 minutes de lecture
Enlever la pub

La Copa America est lancée, la 48e édition de cette compétition centenaire se déroule aux États-Unis, comme une répétition générale avant la Coupe du Monde 2026 qui se déroulera au pays du soccer.

Ça y est, la compétition a officiellement débuté, si c’est le chanteur colombien Feid qui a enflammé la cérémonie d’ouverture au Mercedes-Benz Stadium d’Atlanta, c’est ensuite l’équipe de Lionel Messi et ses coéquipiers qui ont marqué cette ouverture de la Copa America.

Avec deux passes décisives le natif de Rosario a permis à son Argentine, championne du monde et de la Copa America en titre de parfaitement débuter contre le Canada (2-0). On aura pu voir de nombreux joueurs de MLS en action comme Messi, Bombito ou encore Shaffelburg s’illustrer.

Ce qu’il faut savoir sur les États-Unis avant cette Copa America

Pour ce qui concerne notre équipe des États-Unis, elle va débuter sa compétition dans la nuit du dimanche 23 juin à lundi 24 juin, contre la Bolivie à partir de 00h. Son deuxième match se déroulera lui aussi à minuit dans la nuit du jeudi 27 au 28 juin, il sera face au Panama.

Tandis qu’en clôture de cette phase de poule de la Copa America 2024, c’est pour le choc de ce groupe que les américains disputeront sûrement la première place face à l’Uruguay de Marcelo Bielsa, à partir de 3h mardi matin.

Dans cette compétition où les dix pays d’Amérique du Sud sont qualifiés, six autres pays de la Concacaf, ont été intégrés comme le Canada, le Costa Rica, le Mexique, la Jamaïque et le Panama. Réparties désormais dans quatre poules de quatre équipes, seules les deux meilleures équipes sont qualifiées en quart de finale, puis ils font face à une phase à élimination directe classique.

Les États-Unis participeront pour la quatrième fois à la Copa America, eux qui ont déjà obtenu la quatrième place en 1995 et 2016.

Quelle équipe face à la Bolivie ?

En match de préparation contre la Colombie et le Brésil, l’équipe américaine a eu des déboires différents. Face à la Colombie elle s’est lourdement inclinée 5-1, tandis que contre le Brésil elle a prouvé qu’elle pouvait accrocher les meilleures nations mondiales en concédant le nul (1-1).

Si les USA sortent de leur poule ça sera sûrement l’une de ces deux équipes qu’ils rencontreront en quart de finale, de quoi se préparer avant la vraie confrontation. Lors de ces deux matchs, Gregg Berhalter le coach américain avait aligné ce qui semble être la défense de la compétition.

Matt Turner sera le gardien titulaire, sans surprise, à droite, en l’absence de Sergino Dest forfait à cause d’une rupture des ligaments croisés en mai, c’est Joe Scally qui sera titulaire. Dans l’axe, un mixte d’expérience et de jeunesse sera aligné, une charnière 100% Premier League, entre Tim Ream le défenseur de 36 ans de Fulham, et Chris Richards, le jeune prodige de Crystal Palace dont l’on a parlé dans un podcast récemment avec l’expertise de son ancien coach adjoint, Said Aigoun.

Enfin, sur le côté gauche c’est bien un autre de Fulham, Antonee Robinson qui sera le titulaire indiscutable et pourra apporter sa vitesse et ses qualités défensives ainsi que son expérience des plus grands ailiers de PL. En 2022 lors de la Coupe du monde au Qatar, Berhalter avait aligné sur tous les matchs un milieu à trois composés de Weston McKennie, Yunus Musah et Tyler Adams. Sauf que depuis, Tyler Adams joue très peu en club, et il part comme remplaçant sur cette compétition.

Seul McKennie sera titulaire indiscutable, tandis que l’autre titulaire devrait être Giovanni Reyna, lui qui était boycotté par le coach après des histoires familiales entre le coach et le père de Reyna. Désormais les affaires réglées, le jeune talent prêté à Nottingham Forest, sera le titulaire côté gauche ou droit du milieu. Quant à Yunus Musah, il est désormais en concurrence avec Johnny Cardoso titulaire face à la Colombie, le milieu du Betis pourrait avoir sa carte à jouer.

Qui sera le buteur de cette équipe ?

Sur les côtés aucune discussion possible sur les titularisations de Christian Pulisic, le capitaine côté gauche et Thimothy Weah à droite. Mais la question que tout le monde se pose est, qui sera l’attaquant principal de cette équipe.

Trois joueurs vont se disputer la place, Ricardo Pepi du PSV, Haji Wright qui évolue à Coventry, puis Folarin Balogun que l’on connait bien en Ligue 1 du côté de Reims puis désormais Monaco. Face à la Colombie, Balogun était titulaire, mais il a été décevant. L’attaquant monégasque fut titulaire lors des finales des Nations League en 2023, puis de la demi-finale en 2024, mais fut remplaçant en finale contre le Mexique.

Au total, depuis son arrivé en sélection américaine en juin 2023, l’ancien Gunners fut titulaire 10 fois sur 12 matchs, et a inscrit 3 buts. Pour Pepi c’est différent, puisqu’il est en sélection depuis 2021 et a plus eu un rôle de remplaçant que de titulaire. Si ce dernier était lui en pointe face au Brésil, il n’a été aligné d’entrée que treize fois sur ses 31 convocations. Enfin, Haji Wright le globe-trotter, est le dernier attaquant de la liste.

Lui qui aura disputé chaque match de la dernière Coupe du monde dont une titularisation n’avait plus été appelé jusqu’en mars 2024. Sur les quatre derniers matchs, il fut une seule fois titulaire, pour deux entrées en jeu, dont une face à la Jamaïque ou il inscrira un doublé, et une mise sur le banc contre le Brésil.

Selon nous, un turnover sera imposé, si Balogun devrait débuter, Wright et Pepi devraient avoir du temps de jeu et rentrer régulièrement en tant que super-sub, et il ne serait pas surprenant que chacun joue un match titulaire lors de cette Copa.

La Bolivie ça donne quoi ?

Dans l’historique de leur confrontation, la Bolivie et les États-Unis se sont affrontés trois fois.

Une victoire pour les boliviens en 1995, mais depuis les américains ont martyrisé l’équipe sud-américaine avec une victoire 4-0 en 2016, puis un succès 3-0 en 2018. Récemment c’est très compliqué pour la Bolivie, avec seulement deux victoires sur les onze derniers matchs, c’est l’une des pires équipes de la zone Am-sud. L’équipe s’est elle aussi incliné lourdement 3-0 contre la Colombie en préparation, mais aussi 3-1 face à l’Équateur et 1-0 contre le Mexique.

Avec une équipe composée à 85% exclusivement de joueurs évoluant dans le championnat bolivien, où seulement 4 joueurs évoluent en dehors du pays, la confrontation sur le papier parait bien déséquilibrée. Lors de la dernière Copa America, les boliviens s’étaient inclinés à chaque rencontre, leur dernière victoire dans la compétition date de 2015 face à l’Équateur.

 

Rendez-vous dimanche soir à partir de minuit pour le début de la compétition côté américain.

 

Credit Photo : Nathan Ray Seebeck-USA TODAY Sports

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires