San Diego Padres : profond changement en vue ?

par 3 minutes de lecture
San Diego padres
par 3 minutes de lecture
Enlever la pub

Finaliste de la National League l’an dernier, les Padres n’ont pas connu la même fortune cette saison.

Bien que pas encore mathématiquement éliminés de la course aux playoffs, les Padres possèdent 5 matchs 1/2 de retard sur les Cubs pour la troisième place en Wild Card. La masse salariale imposante de la franchise amène incontestablement à s’interroger sur la suite à donner.

De nombreux joueurs sont en fin de contrat et la version 2024 des Padres pourrait être bien différentes de la version 2023.

La position précaire de Preller :

La stabilité du poste d’A.J. Preller en tant que directeur général des Padres de San Diego tient à un fil fragile.

Kevin Acee, du San Diego Union-Tribune, a élucidé l’avenir incertain de Preller, en soulignant le recalibrage financier potentiel que l’équipe pourrait subir, avec une contraction anticipée de la masse salariale à environ 200 millions de dollars. Cependant, les conjectures vont bon train et il est difficile de savoir quels contrats de joueurs pourraient faire l’objet d’une négociation ou d’un échange.

Une dichotomie profonde aurait fait surface au sein de l’organisation, illustrant un schisme entre Preller et le noyau d’entraîneurs, notamment avec le manager Bob Melvin. Ces fissures organisationnelles font naître un sentiment de méfiance chez les joueurs, ce qui amène à s’interroger sur la cohésion et la confiance inhérente à l’organisation.

Dynamique organisationnelle et réévaluation financière :

Les subtilités des relations internes au sein des Padres ont atteint un point critique, marqué par un manque perceptible de cohésion et de direction. Les affirmations, reprises par plusieurs sources internes, décrivent un scénario dans lequel l’ambiance de l’équipe est dictée et façonnée par l’influent Manny Machado, ce qui conduit à des conceptions d’un vide de leadership et d’une absence collective d’objectifs partagés et d’harmonie comme l’a rapporté Ken Rosenthal.

Malgré la tempête de spéculations et de dynamiques internes, des joueurs de premier plan comme Machado, Fernando Tatis Jr. et Joe Musgrove réfutent catégoriquement les affirmations décrivant une organisation fracturée.

Les Padres, avec une masse salariale importante de 253,3 millions de dollars, troisième derrière les mastodontes financiers que sont les New York Mets et les New York Yankees, sont confrontés à la perspective difficile d’aligner leurs investissements substantiels sur des résultats tangibles sur le terrain. Leurs dépenses très médiatisées, bien qu’elles fassent l’objet d’une couverture médiatique importante, ne se sont pas traduites par un modèle de réussite cohérent, ce qui les laisse aux prises avec le paradoxe de la dichotomie entre la richesse et la victoire.

La réévaluation financière imminente devrait se manifester par des compromis stratégiques et des réévaluations potentielles de contrats, avec des joueurs de grande valeur comme Juan Soto devenant des perspectives attrayantes dans l’arène des négociations.

D’autres joueurs importants comme Blake Snell et Josh Hader sont sur le point d’entrer en free agency, ce qui allonge la liste des décisions imminentes pour l’organisation.

 

Credit: Sergio Estrada-USA TODAY Sports

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires