Que peuvent attendre les Mets de Kodai Senga ?

par 3 minutes de lecture
Kodai Senga
par 3 minutes de lecture
Enlever la pub

Les Mets ont encore frappé fort avec la signature du lanceur japonais Kodai Senga pour 5 ans et 75 millions de dollars.

Déjà très bien pourvu dans leur rotation des lanceurs partant, les Mets acquièrent un nouveau lanceur qui pourrait intégrer cette rotation déjà incroyable avec Justin Verlander et Max Scherzer. En NPB, la Nippon Professionnal Baseball, il est considéré comme l’un des tous meilleurs lanceurs de la décennie. En 11 saisons, il compile une ERA de 2.42 et 10 retraits au bâton par neuf manche.

L’an dernier, il a compilé une ERA de 1.96 avec 159 retraits au bâton en 148 manches lancées.

Que peuvent attendre les Mets de Kodai Senga ? 

Les rapports de recrutement sont mitigés le concernant.

Doté d’une balle rapide proche des 100 mph, Kodai Senga possède 4 lancers différents avec une slider et une curveball qui agrémente un très bon arsenal. Il concède plus de buts sur balle que la moyenne de la ligue pour tous les lanceurs, à 8,6%, faisant douter les recruteurs sur le contrôle de ses lancers et sa capacité à être un lanceur partant au sein de la MLB.

Avec sa balle rapide, beaucoup pensent qu’il serait meilleur en tant que releveur pour une ou deux manches.

Pourtant compte tenu du prix payé par les Mets, ils sont certains de le voir devenir un lanceur partant solide au sein de la MLB. De plus, le directeur général de la franchise, Billy Eppler, a une certaine expérience dans le recrutement et l’observation de lanceur japonais avec Shohei Ohtani et Mashiro Tanaka entre autre.

Pour les Mets, quoi qu’il arrive le pari pourrait être gagnant : si Kodai Senga confirme son potentiel, il intègrera la rotation des lanceurs partant et dans le plus mauvais des scenarii, il sera un releveur d’exception dans un bullpen qui constitue sans doute le seul point faible de cette équipe.

Carlos Carrasco est agent libre en 2023 et les Mets pourraient alors l’échanger s’ils sont convaincu du potentiel de Kodai Senga.

Et pour la taxe de luxe ? 

On le sait l’argent ne semble pas être un problème pour Steve Cohen et les Mets. Avec 340 millions de dollars de masse salariale projetée, les Mets encourent une pénalité de 90% pour le dépassement du plafond le plus élevé fixé à 290 millions de dollars.

Au total, les Mets auraient donc un total de 420 millions de dollars de masse salariale à payer. Le montant de la taxe sera supérieur au budget d’une dizaine de franchise.

L’année prochaine, les Mets seront les grandissimes favoris et l’équipe la plus chère de la MLB.

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires