Les temps sont durs pour les rookies

par 3 minutes de lecture
Julio Rodriguez
par 3 minutes de lecture
Enlever la pub

L’arrivée dans la grande ligue peut être difficile parfois y compris pour les top prospects MLB. Communément, on appelle cela le rookie wall, ce moment où les tous nouveaux joueurs se confrontent à la réalité de la ligue majeure.

Mais cette saison, en MLB, ce rookie wall est arrivé très (sans doute trop) vite. Parmi top prospects qui ont fait leur débuts et qui sont apparus suffisamment de fois au marbre, on se rend compte que le gap entre les ligues mineures et la ligue majeure est colossal.

Voici quelques exemples :

• Bobby Witt Jr. — Moyenne au bâton : 22.3%, 5 HR
• Spencer Torkelson  — Moyenne au bâton : 17.9%, 41 K, 22 coups sûrs
• CJ Abrams — Moyenne au bâton : 18.2%
• Julio Rodríguez — Moyenne au bâton : 26.7%, mais 55 K, 12 BB, 5 HR
• Josh Lowe — Moyenne au bâton : 18.8%, 27 K, 12 coups sûrs
• Joey Bart — Moyenne au bâton : 16.5%, 43 K, 13 coups sûrs
• Bryson Stott — Moyenne au bâton : 11.9%, 23 K, 8 coups sûrs

Et ce n’est pas mieux pour les lanceurs :

• Hunter Greene — 2-6, 5.89 ERA
• Reid Detmers — 1-2, 5.97 ERA (hors no-hitter)

Nous avions tenté d’apporter un élément de réponse dans notre émission First Pitch il y a quelques semaine de cela et cette explication a été confirmée par un cadre au sein de la MLB :

« La couche de séparation entre les grandes ligues et la Triple A est tout simplement énorme en ce moment »

Avant qu’un autre n’ajoute :

« Le lancer dans les ligues majeures est tellement meilleur », a déclaré un autre dirigeant. « La défense est tellement meilleure. Et les équipes d’information l’utilisent pour l’écraser. Je vais vous donner un exemple. Supposons que Bobby Witt Jr. arrive à Kansas City et que les Royals arrivent à Chicago. Il n’a jamais eu affaire avec les quatre personnes qui ont passé des heures et des heures à décomposer chacun de ses batteurs, et à voir tout ce à quoi il est sensible, et ont passé des heures sur un plan de match juste pour faire sortir Bobby Witt. Aucun de ces gamins n’a jamais rien vu de tel à Omaha. Je vais vous le dire. »

La seule question pour les franchises est la suivante : « Combien de temps cela va-t-il durer ? » Toutes les franchises espèrent bien sûr que cela ne s’éternise pas trop.

Et les chiffres de ces dernières semaines prouvent que tout ceci est temporaire pour ces talents. Prenons l’exemple du joueur de Seattle, Julio Rodriguez. Ce mois ci, il affiche des statistiques plutôt bonnes : .315/.351/.522. Bobby Whitt Jr affiche un OPS de .956. et Hunter Greene a amené un no-hitter jusqu’en huitième manche.

Mais dans la masse de jeune prospect, nous n’avons parlé ici que de la crème de la crème. Ils ne sont que des exceptions parmi tant qui n’auront peut-être jamais l’occasion de gouter à la MLB. Et rares sont ceux qui performe exceptionnellement dès leur première année !

 

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires