Bruce Bochy : Entretien avec une légende

par 8 minutes de lecture
Bruce Bochy
par 8 minutes de lecture
Enlever la pub

Dans un emploi du temps plus que chargé Bruce Bochy, le manager de l’équipe de France, et ancienne gloire des Giants de San Francisco, nous accordé un entretien. L’occasion de revenir sur sa carrière en tant que manager en MLB et bien entendu sur les prochaines échéances de l’équipe de France .

Première rencontre avec Bruce Bochy

Nous sommes le 31 août et nous apprenons avec enthousiasme la venue en France d’une légende de la MLB, que l’on ne présente plus à savoir Bruce Bochy.

Sans plus attendre, nous tentons d’obtenir un entretien avec Bruce Bochy, l’homme au trois bagues de champions et nouveau manager de l’équipe de France de baseball. La réponse ne se fait pas attendre, et la date du 12 septembre est donc fixé.

L’attente prend donc fin en cette fin de matinée du 12 septembre, et après un périple de 2h45 en voiture. Nous arrivons dans les bureaux de l’équipe de France de baseball au CREPS de Toulouse.

Boris Rothermundt, le directeur de la performance, nous guide alors vers les installations afin de rejoindre Bruce Bochy alors en pleine interview pour un reportage.

Nous nous approchons d’un hangar où se situe les « batting cage » (cage de frappe). Bruce Bochy est alors en pleine interview avec une équipe de tournage pour un documentaire sur l’équipe de France.

Au milieu de la pénombre, une lumière est braquée sur une immense silhouette qui se lève et du haut de ses 1m90 vient nous rejoindre pour rejoindre de nouveau les locaux afin de réaliser l’interview qui va suivre.

Bruce Brochy et la France : Retour aux sources

Bruce Bochy

Natif de Bussac-Fôret, en Charente-Maritime, Bruce Bochy est revenu sur ses liens avec la France et son choix de s’engager en tant que manager de l’équipe de France.

The Free Agent : Vous êtes né en France et vous êtes le manager de l’équipe nationale de baseball. Quels sont les liens que vous aviez avec la France avant d’occuper ce nouveau poste ?

Bruce Bochy : « En fait, c’est ma seule connexion avec la France (être le manager de l’équipe de France). Je suis né en France et mon père faisait partie de l’armée américaine. Nous sommes retournés aux États-Unis lorsque j’avais un peu plus d’un an. Ce que je me souviens, c’est que lorsque j’étais à l’école, mes camarades trouvés cool que je sois né en France. Je suivais les équipes de France durant les compétitions olympiques. C’est la seule connexion que j’ai eu avec la France jusque-là. »

The Free Agent : Depuis votre arrivée, avez-vous eu le temps de profiter de la France un peu ?

Bruce Bochy : « J’adore la France, le pays est magnifique, les gens sont vraiment adorables, et vous avez du très bon vin (rire). J’ai pu rencontrer des gens qui aiment le baseball. J’ai vu mon premier match de rugby, hier. J’ai donné le coup d’envoi, et dès qu’ils ont vu mon coup de pied ils ont voulu me faire signer (rire).

The Free Agent : Qu’est ce qui vous a convaincu de devenir le manager de l’équipe de France ?

Bruce Bochy : « Didier (Seminet ancien président de la fédération française) m’a convaincu. Je venais d’annoncer ma retraite en tant que manager des Giants. Il m’a parlé de la possibilité de devenir le manager de l’équipe de France. J’était à la retraite donc disponible pour le poste (rire). J’ai senti en lui une véritable passion pour le baseball. Je lui ai alors dit que je devais y réfléchir et en parler à ma femme car je venais à peine d’être à la retraite. Elle savait que ça ne me prendrait pas tout mon temps, que je ne partirais que environ deux à trois semaines à chaque fois. Elle savait que j’étais capable de continuer à faire ce que j’aime faire mais pas pendant 7 à 8 mois. C’est comme ça que ça s’est passé. »

The Free Agent : Revenons à l’équipe de France. Vous allez jouer votre premier match vendredi (contre la Grande-Bretagne à suivre chez nos confrères de Bein Sport à 19h). Vous avez pu observer les joueurs que vouas aller diriger. Sont-ils prêt ? Et quelles sont les chances de l’équipe de France de se qualifier pour les World Baseball Classic ?

Bruce Bochy : « C’est une question compliqué, pour être honnête. En effet je ne connais pas le niveau des autres équipes. Il y a encore pleins de facteurs inconnus, mais ce n’est pas un problème.

Nous devons être prêt et être la meilleure équipe possible. Chaque jour nous nous entrainons mieux ensemble et nous essayons de bien connaître chaque joueur.

En 2020 nous étions prêts, lorsque le tournoi de qualification fût annulé en raison du covid, cette équipe était prête à joueur. Nous avions pu nous préparer un peu plus et nous avions battu une équipe de ligue mineure des Giants de San Francisco pour le premier match.

Nous montions en puissance, c’était excitant, nous avions une bonne alchimie.

Cette année c’est plus difficile car nous avons beaucoup moins de temps pour nous préparer, c’est frustrant car nous avons quelques joueurs absents. Mais ce ne sont pas des excuses, nous devons tous être prêt, moi-même, mon staff. »

The Free Agent : Pete Alonso, Nolan Arenado, Paul Goldschmidt, Mookie Betts, Mike Trout, pour ne citer qu’eux, représenteront les États-Unis pour les World Baseball Classics de 2023. Que pensez-vous de cette équipe, qui sera favorite pour le titre finale ?

Bruce Bochy : « C’est une équipe incroyable. Ca va être facile comme job de manager cette équipe (rire). Vous avez juste à leur donner une batte et de leur dire « allez les gars faites ce que vous savez faire ». Il y a tellement de talent.

Retour sur la carrière de Bruce Bochy en MLB

Il était inconcevable pour nous de ne pas mentionner l’immense carrière de Bruce Bochy sur les bancs de la MLB.

C’est dans une ambiance on ne peut plus décontracté (il s’est confortablement installé dans sa chaise les pieds sur son bureau), que Bruce Bochy est revenu sur ses 23 années de carrière dans les dugout des Padres et des Giants.

The Free Agent : 23 saisons et trois titres après, quel serait votre meilleure souvenir, s’il ne fallait en retenir qu’un seul ?

Bruce Bochy : « J’ai eu la chance d’entrainer dans deux des plus belles villes des États-Unis, j’ai pu manager d’excellents joueurs que ce soit chez les Padres ou chez les Giants.

La seule véritable différence c’est ce que nous avons accomplis en « Post-season », avec San Francisco nous avons remporté trois titres et aucun avec les Padres.

Mon meilleure souvenir ? Je ne peux pas dire les victoires en World Series car les trois sont au même niveau et c’était incroyable.

Je dirais que mon meilleure souvenir c’est lorsque mon fils (Brett Bochy drafté par les Giants en 2010 et qui a débuté en MLB le 2 septembre 2014) a lancé pour moi en ligue majeure. Je suis devenu le premier entraineur de l’histoire à donner la balle à son fils à la sortie du bullpen.

C’était comme gagné les World Series pour moi. »

The Free Agent : Vous avez terminé votre carrière avec 2003 victoires. Si vous aviez fait une ou deux saisons de plus, vous auriez pu intégrer le top 10 des entraineurs avec le plus de victoire en carrière. Avez-vous pensez à cela ? Seriez vous prêt à retourner sur les bancs de la MLB pour accomplir cet exploit ?

Bruce Bochy : « J’y ai pensé, oui. On ne sait jamais, on verra. Pour le moment je suis heureux de m’occuper de l’équipe de France. Si je devais revenir en MLB ça ne serait pas forcément pour le nombre de victoires, je n’en ai pas besoin. Ce serait plutôt pour remporter une nouvelle bague. J’ai cinq doigts, dix même (rire).

The Free Agent : Pour terminer, on aimerait avoir votre avis : Quelle équipe remportera les World Series cette saison ? Quel est votre favoris ?

Bruce Bochy : « Oh mec ! C’est une excellente question. Vous savez en playoffs, on ne peut jamais savoir ce qui va se passer.

Je dirais, si je me fie aux résultats et à la constance des équipes, les Dodgers. Si ils gagnent ce ne sera pas une surprise. Après tout le monde peut gagner, les Braves, les Mets. Les Astros font une belle saison, les Yankees peuvent aussi. Mais si je regarde sur toute la saison, les Dodgers ont été l’équipe la plus constante. »

 

 

Voilà, notre entretien avec la légende, touche à sa fin. Il est temps pour nous de remercier Bruce Bochy de nous avoir accordé un moment dans son emploi du temps chargé, ainsi que Boris Rothermundt pour nous avoir organiser cette rencontre.

Nous glissons nos encouragements pour ce tournoi de qualification qui sera à suivre sur BeIn Sports. Le temps qui s’était alors suspendu, nous rappelle qu’il faut repartir pour un long périple

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires