Mousquetaires de Paris – Preview week 3 : Il n’y a plus une galaxie d’écart

par 6 minutes de lecture
elf paris mousquetaires
par 6 minutes de lecture
Enlever la pub

Après une éclatante victoire face aux Sea Devils en ouverture de saison, les Mousquetaires de Paris jouent leur premier match à domicile ce dimanche face au Frankfurt Galaxy.

Si la toute première confrontation avait vu les allemands dominer sans discussion (30-13), la revanche avait été bien plus serrée (23-21). Après la première joute pour chacune des franchises, qu’en est-il ?

Les Mousquetaires de Paris dans leur lignée de la fin de saison 2023

Après un début de campagne compliqué, les progrès avaient été nettement ressentis durant le mois d’août. Même si les victoires n’étaient qu’une confirmation de la phase aller, les défaites avaient été moins nettes avec notamment le 23-21 face à nos adversaires de cette semaine.

Le match face aux Sea Devils nous a conforté dans l’idée que non seulement les Mousquetaires ont jouent mieux ensemble, mais qu’ils se sont aussi renforcés durant l’intersaison. La connexion Edwards – Mitchell a été chirurgicale au point que nous avions presque oublié que les rangs parisiens comptaient un double champion ELF en la personne d’Anthony Mahoungou.

Ce dernier a parfaitement été muselé par la défense adverse, visiblement consciente du danger qu’il représente.

Cependant les 269 yards enregistrés à la passe ne transcrivent pas la domination de la franchise française. La faute à l’escouade de course qui a étrillé le premier rideau adverse avec pas moins de 206 yards à la course. La défense a elle aussi été colossale, ne laissant que des miettes au Sea Devils avec un total de 213 yards autorisés.

En d’autre termes, à part un léger relâchement en fin de première mi-temps, les Mousquetaires ont envoyé à message à la ligue. Il ne reste qu’à savoir si cette performance est le fruit d’une vraie percée ou la résultante d’une faible équipe de Hambourg (soit ma conclusion de l’analyse du Sea Devils – Lions la semaine dernière).

Un Galaxy qui semble prenable

De son côté, le champion de la première édition rencontrait le champion en titre. Alors qu’à la rédaction on estimait que Francfort s’était renforcé tandis que le Rhein Fire avait perdu des éléments clés, c’était l’occasion d’avoir une revue des forces en présence.

La ligne défensive du Galaxy s’est nettement faite dominé par la ligne offensive du Fire, permettant au running-back Glen Toonga de planter 141 yards pour 2 touchdowns. Comment ne pas faire le parallèle avec la paire Aguemon – Heath avec 104 yards à eux deux en plus des 67 yards du Lamar Jackson du Minnesota. Clairement une des clés de ce match.

A la passe, Jadrian Clark a souvent trouvé des partenaires esseulés, dont un dans la end-zone. Francfort va devoir serrer les rangs sous peine de se voir punir par la connexion Edwards – Mitchell. Celui qui a marché sur la GFL l’année dernière sera certainement surveillé comme le lait sur le feu. Dans ce cas Edwards devra prouver qu’il peut distribuer à d’autres.

En effet, derrière les 9 réceptions, 152 yards et 4 TD de Mitchell, le second, Florian Larose, n’a pas été trop arrosé avec 2 réceptions pour 36 yards. Cette répartition inégale est cependant la résultante d’un Mahoungou cadenassé et de l’impossibilité des Sea Devils à trouver une solution à Mitchell. Tant que ça gagne, on joue.

Le receveur des Mousquetaires de Paris célèbre son 4ème touchdown

Mitchell célèbre son 4ème TD du match

De l’autre côté de la balle, on notera la précision de Luke Zahradka dès que sa poche lui donnait quelques secondes supplémentaires. C’est à ce niveau que Paris devra faire des efforts étant donné qu’elle n’a forcé qu’un seul sack de toute la partie. On notera également les nombreux trick plays proposés par le Galaxy, qui ont souvent fait mouche face au Fire. Une technique qui a aussi été tentée par les Sea Devils. Mais les Mousquetaires ont su être vigilants, enregistrant même parfois de très beaux placage pour perte.

Le kicker, un facteur X ?

En juillet dernier Paris s’incline de deux points. Même si ce jour là le botteur, Benjamin Bono, fait le travail, son début de saison mitigé a une influence dans le jeu des Mousquetaires : ils tentent plus souvent les conversions à deux points et les quatrièmes tentatives qu’ils ne devraient.

Si le premier point ne se reflète pas au tableau d’affichage (une conversion à deux point ratée, compensée par une réussie en plus de celle au pied de Bono), Paris à l’occasion de recoller au score dans le second quart temps. Sur les 21 yards adverses, les Mousquetaires ne jouent pas le field goal. Une occasion gâchée qui sera mise en miroir en toute fin de match par celui du Galaxy, sur les 33 yards parisiens, avec 4 secondes au chronomètre. Menés au score, Francfort scellera sa victoire sur ce coup de pied.

Cette année, Benjamin Bono a été remplacé par Mathys Dupont suite à une journée de détection à l’intersaison. Dupont n’a eu que des conversions à taper mais son 5 sur 6 (même 6 sur 7 si on compte celui qui a du être retapé) rentre plus dans les standards attendu à ce niveau. Paris devrait alors avoir une stratégie plus conventionnelle sur les moments chauds et s’évitera ainsi de devoir jouer à la loterie dans les instants qui comptent le plus. A lui seul, ce secteur de jeu pourrait gommer la distance qui sépare les deux franchises.

Indubitablement, Paris n’est plus la toute jeune franchise d’il y a un an. En progression à tous les niveaux, les Mousquetaires ont les armes offensives pour faire face au Galaxy, s’il évitent le trou noir. La défense devra cependant montrer qu’elle possède les capacités de faire face à un prétendant au titre. Ces éléments plus la sérénité qui semble être retrouvée au pied, devrait réduire le rapport de force. S’il ne s’est pas déjà inversé.

Enlever la pub

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires