NFL Divisional Round : Duel au sommet entre Josh Allen et Lamar Jackson

par 10 minutes de lecture
par 10 minutes de lecture
Enlever la pub
Après s’être extirpés du piège des Wild Cards la semaine dernière, les Buffalo Bills et les Baltimore Ravens vont s’affronter pour la première fois cette saison dans la nuit de dimanche à lundi (2h15 heure française) au Bills Stadium pour un duel qui s’annonce électrique. En effet, les deux franchises sont actuellement toutes les deux sur des dynamiques impressionnantes.

C’est un énorme choc qui s’annonce d’ores et déjà ce dimanche puisque les Bills de Buffalo ont remportés leur sept derniers matchs et sortent d’une saison pleine et séduisante sur l’ensemble de la saison régulière (14-3). En face, les Ravens de Baltimore n’ont pas à rougir car, après un début de saison plus compliqué où l’équipe a mis plus de temps que son futur adversaire à trouver un véritable équilibre, les joueurs de John Harbaugh ont depuis repris les choses en main et restent sur six victoires consécutives. Autre match dans le match, les quarterbacks stars Josh Allen et Lamar Jackson vont s’affronter au meilleur des moments puisque les deux hommes endossent pleinement leur rôle de leader et mènent actuellement leurs équipes respectives d’une main de fer, aussi bien grâce à leurs qualités athlétiques que charismatiques.

Baltimore Ravens

La force du jeu la course

S’il y a une chose que les Ravens de Baltimore savent faire avec brio, c’est d’être efficace sur le jeu au sol. La franchise du Maryland a terminé l’année 2020 avec la meilleure attaque de la ligue grâce à une moyenne de 191,9 yards gagnés à la course par match, dont 1000 yards juste pour le dernier MVP de la ligue, le quarterback Lamar Jackson. Devenant ainsi au passage le premier quarterback de la NFL à parcourir plus de 1000 yards à la course sur plusieurs années consécutives. A ses côtés, le running back rookie J.K. Dobyns s’affirme dès sa première année comme une pièce essentielle de cette attaque des Ravens. Bénéficiant de la pleine confiance de son coach John Harbaugh, le jeune running back a fini la saison régulière avec 805 yards au compteur.

Autre symbole de ce jeu au sol si performant, l’autre composant de ce monstre à deux têtes, le running back de 25 ans Gus Edwards continue de s’affirmer comme une valeur sûre de la ligue et sort d’une troisième saison consécutive à 700 yards. Dans ces matchs de playoffs où chaque ballon, chaque possession revêt une importance cruciale, autant dire que Baltimore doit continuer à s’appuyer sur son jeu de course. Comme ils l’ont fait au tour précédent face aux Tennessee Titans (20-13), les Ravens vont absolument devoir s’appuyer sur cela s’ils veulent performer dimanche soir.

Faire confiance à Lamar Jackson

Son énorme performance lors de la victoire des siens en Wild Card contre les Titans à prouver que le quarterback peut assumer son rôle en playoffs. Pour sa première victoire en série éliminatoire, Lamar Jackson a répondu présent et ses statistiques (17 sur 24 à la passe, 136 yards au sol, 179 dans les airs, 0 interception et 1 touchdown) poussent clairement à l’optimisme si l’on se réfère à celles de ses précédentes participations. Tout n’est évidemment pas encore parfait, le quarterback rencontre toujours des difficultés avec son bras pour trouver ses receveurs sur le jeu long mais Lamar Jackson gagne en confiance.

La sienne mais aussi celle de son équipe, ce qui devrait grandement l’aider maintenant qu’il a enfin dépassé ce premier stade si symbolique de la première victoire en Playoffs. En attendant, grâce à un physique hyper athlétique et des jambes explosives, Lamar Jackson va inexorablement continuer à produire des jeux. Il fait partie d’une élite de quarterbacks à en être capable. Une victoire des Ravens ce dimanche passera par une grande prestation de son quarterback de 24 ans.

Une défense impénétrable face aux Titans

Outre les qualités intrinsèques des joueurs de Baltimore, le victoire contre les Titans à mis en avant le travail incroyable réalisé par le coordonnateur défensif Wink Martindale. Un modèle de préparation et d’anticipation. Les Ravens ont réussis à contenir durant tout le match une équipe des Titans qui a finalement terminé le match à  209 yards et seulement 13 points. En comparaison avec les 396 yards et 30,7 points obtenus en moyenne par Tennesse lors de la saison régulière, on se rend compte à quel point Wink Martindale a maitrisé son sujet.

Autre symbole de cette force défensive, le running back mastodonte Derrick Henry, si fort toute l’année, a été limité à 18 portées pour  40 yards, soit une moyenne de 2,2 yards par courses. Enfin, la variété des choix défensifs appelés sur la couverture a eu pour effet de réduire considérablement la performance du quarterback adverse Ryan Tanehill. Une prestation défensive masterclass à reconduire donc pour les Ravens et leur coordinateur défensif Wink Martindale.

Buffalo Bills

Une attaque en feu

Au moment d’affronter une défense de Baltimore qui a permis 329,8 yards sur l’ensemble de la saison régulière, se classant ainsi septième meilleure défense de la ligue, les Buffalo Bills peuvent s’appuyer sur une force offensive incroyable. A commencer bien évidemment par le quarterback de 24 ans Josh Allen qui a rayonné toute l’année. Comme son homologue Lamar Jackson, Josh Allen est un quarterback mobile doté de qualités physiques impressionnantes qui lui ont permis de s’imposer comme une référence à son poste. Ce dernier a d’ailleurs établi, dès sa troisième saison en NFL, un record de franchise avec 4544 yards obtenus à la passe cette saison.

Le produit du Wyoming a mené Buffalo à la quatrième attaque de passes la plus efficace et au taux de réussite le plus élevé avec 57 % de toute la ligue. Autre fait symbolisant la progression du quarterback, Josh Allen est passé du dernier rang en pourcentage de passes incomplètes lancées au-delà de la ligne de scrimmage en 2018 et 2019 au troisième rang cette saison.

Pour l’épauler, les Bills possèdent de nombreuses armes offensives. On citera forcément ses deux receveurs éloignés, très complémentaires, que sont Stefon Diggs et Cole Beasley. Le receveur de 27 ans Stefon Diggs a été l’un des meilleurs de la ligue à son poste cette saison, et à l’image du match de Wild Card gagné contre les Colts, sa connexion avec Josh Allen fonctionne à merveille. Quant à Cole Beasley, menace permanente tout au long de la saison,  l a exploité le moindre espace laissé par l’adversaire, faisant de lui le receveur a attrapé le plus de ballons en créant de la séparation, 35 au total. Josh Allen a réussi plus de 70% de ses passes contre le top 10 des défenses de la ligue, de bonne augure donc avant d’affronter celle des Ravens qui montent en puissance. En plus de Stefon Diggs et de Cole Beasley, l’ apport des receveurs John Brown et Gabriel Davis aura aussi une grande importance dans ce match de Divisional Round.

Mieux défendre face à la course

Un début de saison difficile durant lequel la défense de Buffalo a mis du temps à trouver des automatismes défensifs. Collectivement, durant les sept premiers matchs, les Bills ont eu beaucoup de mal contre le jeu à la course, ce qui explique en partie pourquoi l’équipe se classe 25ème dans les points encaissés au sol cette saison et à la 28ème place au classement des points permis par course. Face à des Ravens particulièrement performant dans le domaine, les Bills vont devoir répondre présent. En particulier le defensive tackle de 23 ans Edward Oliver et le linebacker A.J. Klein qui n’ont pas beaucoup aidé l’équipe dans ce domaine cette saison puisqu’ ils se classent respectivement avant-dernier et dernier de la ligue à leurs positions sur la défense de course.

La défense de Buffalo a connu plusieurs matchs compliqués contre la course sur l’ensemble de la saison 2020, et ils ont encaissés 163 yards contre les Indianapolis Colts la semaine dernière. Ce match n’a donc pas enlevé tous les doutes concernant cette défense contre la course, puisque le running back d’Indianapolis Jonathan Taylor a bien failli jouer un très mauvais tour aux hommes de John Harbaugh. Et même si cela n’est pas totalement rédhibitoire dans la course au titre, il semble important que la défense des Bills reste concentrée sur ce domaine pour ne pas trop pénaliser l’équipe.

Les éléments déterminants

On l’ bien compris, les clés de ce match vont être à la fois la faculté des défenses à perturber les plans des deux quarterbacks en les sortant, entre autre, de leur zone de confort, mais aussi la capacité de la défense des Bills à stopper le jeu à la course si performant des Ravens. On comprend maintenant un peu mieux pourquoi les fans des Buffalo Bills auraient préféré voir les Pittsburgh Steelers de Ben Roethlisberger sur leur chemin plutôt que les Ravens. Car ce n’est un secret pour personne, la formule pour limiter l’impact de Lamar Jackson dans cette rencontre va être, pour la défense des Bills, de le garder un maximum dans sa poche, là ou le quarterback est le moins à l’aise. Si les Buffalo Bills y arrivent et maintiennent le même niveau d’efficacité affiché tout au long de la saison sur les phases offensives, alors ils auront de bonnes chances de franchir l’obstacle Baltimore.

A l’inverse, pour les Ravens la principale clé de la réussite réside dans leur capacité à mettre la pression sur le quarterback adverse. Ils vont devoir couper les connexions entre Josh Allen et la multitude de receveurs talentueux mis à sa disposition. Et si dans le même temps ils parviennent en attaque à raccourcir le jeu et à épuiser la défense des Bills avec le jeu de course, alors plus de pression sera mise ensuite sur chaque ballon lancé par Josh Allen. Et quand on sait que  face à lui se présentent entre autre un Marlon Humphrey et un Marcus Peters qui rôdent à l’affut de la moindre erreur, cela pourrait grandement compliquer le travail du quarterback. En attaque, Baltimore va devoir offrir du temps à Lamar Jackson afin qu’il trouve des espaces, et dans ce cas là,il deviendra alors automatiquement un danger de tous les instants.

Enfin, à noter qu’il y a un risque d’averses de neige le jour du match, et que les températures oscilleront juste au-dessus du point de congélation, ce pourrait s’avérer plus gênant pour le style de jeu de Lamar Jackson.

 

 

Enlever la pub

Commentaires

guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires