Bilan de ce début de saison en NHL : les flops

par 7 minutes de lecture
Huberdeau NHL
par 7 minutes de lecture
Enlever la pub

Après une quinzaine de matchs joués en NHL, il est temps de dresser un premier bilan. Dans un article précédant, nous vous avons détaillé les « Tops » de ce début de campagne.

Voici donc le temps d’aborder les « Flops » de la NHL, ces équipes qui ne réussissent pas à remplir les attentes placées en elle par des recrutements ambitieux ou bien celles qui ne confirment pas la bonne saison passée, telles que les Blue Jackets de colombus, les Caps de Washington, les Preds de Nashville, les Pingouins de Pittsburg, les Flames de Calgary ou encore le Blues de St Louis.

NHL

Les Blue Jackets de Colombus (4-9-1)

C’est un peu l’énigme de ce début de saison NHL. Fort d’un recrutement assez impressionnant en s’attachant les services de Jonhny Gaudreau tout droit arrivé de Calgary, les hommes de Brad Larsen n’y arrivent pas.

Pourtant sur le papier, le roster semblait alléchant : Pat’ Laine, Jakub Voracek, ZachWerenski, Boone Jenner…..et donc Jonhny Gaudreau…. Seul Gaudreau passe la barre des 10 points en 14 rencontres. Certes Patrick Laine n’a disputé que 8 rencontres en raison d’une blessure mais ceci n’explique pas tout.

Les gardiens ne sont pas mieux lotis. Aucun ne semble vraiment avoir la confiance du coach qui en a utilisé 3 en un mois seulement. Et ni Danill Tarasov (1 victoire pour 5 matchs à 89,30% d’arrêts) pas plus que Joonas Korpisalo (1 victoire en 3 matchs à 91,20% d’arrêtes) et encore moins Elvis Merzlikins (2 victoires sur 8 matchs et 86,30% d’arrêts) ne semblent pouvoir apporter de solution de ce coté de la glace.

Avec  67 buts encaissés, les Blue Jackets sont parmi les pires équipe de la ligue, d’autant qu’ils viennent de perdre pour le restant de la saison leur défenseur Zack Werenski.

L’attaque n’est pas en reste de médiocrité puisque qu’avec seulement 2,71 buts marqués par match, elle occupe le 28ème rang de la NHL.

Columbus Blue Jackets

Les Penguins de Pittsburgh (6-6-3)

Voici une équipe qui a du mal à confirmer les bons résultats de la saison passée. Arrivés au 1er tour des playoffs et éliminée par la solide équipe des Rangers de New York, les hommes de Michael Sullivan sont dans le dur en ce début de saison. 6 victoires pour 9 défaites dont 3 en prolongation ne peuvent satisfaire Sydney Crosby et ses partenaires.

La défense donne beaucoup de buts : 3,47 par match. Tristan Jarry, c’est 3,56 buts encaissés avec tout de même 90% d’arrêts, mais insuffisant à ce niveau. 52 buts en 15 rencontres c’est bien trop pour espérer figurer parmi les meilleures. Sans stigmatiser les anciens puisque l’expérience demeure un facteur crucial dans la ligue, on notera que pas moins de 4 défenseurs dépassent les 30 ans.

D’autant que l’attaque reste performante : avec 54 buts marqués, les Pengouins sont la 4ème meilleure escouade offensive à l’Est. Sydney Crosby (16 points), Evgeni Malkin (16 points), Jake Guentzel (13 points) et Jason Zucker (13 points) répondent plus que jamais présents et permettent à cette équipe un peu vieillissante tout de même de ne pas s’écrouler.

Sidney Crosby

Les Capitals de Washington (7-7-2)

Autre déception de ce début de saison, les Caps ont toutes les difficultés à maintenir un niveau qui leurs permettrait de rejoindre les playoffs NHL comme l’an passé.

La dernière coupe Stanley NHL remportée par cette équipe remonte à 2017. Cela parait une éternité, tant les hommes de Peter Laviolette font pâle figure en ce moment. Incapable de régularité , ils alternent victoires et défaites  avec une constance déconcertante. Jamais plus de 2 victoires d’affilé. Ils sont actuellement à la 4èmes place de la division métropolitaine.

Une défense moyenne avec 2,88 buts concédés par match (17e de la NHL). Un Darcy Kuemper assez performant toutefois avec 352 arrêts pour 28 buts encaissés à 92% d’efficacité mais 5 victoires sur 12 rencontres seulement. Et beaucoup trop de tirs permis par la défense. Une défense qui aligne beaucoup de joueur à plus de 30 ans.

En attaque, ce n’est guère plus réjouissant : 2,88 buts c’est un goût de trop peu. Il semble que les absences de Tom Wilson qui vient d’effectuer sa meilleure saison en carrière avec 52 points et TJ Oshie pèsent sur l’offensive des Caps. Les cadres comme Alex Ovechkin (14 points) et Evgeny Kuznetsov (12 points) font le boulot aidés par l’arrivée en provenance Chicago de Dylan Strome (12 points).

Mais il faudra sans doute trouver autre chose à Peter Laviolette pour pouvoir se maintenir à un rang respectable au sein de la NHL.

Les Blues de St Louis ( 5-8-0)

Mais qu’arrive-t-il aux hommes de Craig Berube ? Perdus à la trentième place de la ligue, cette équipe, qui était encore au 2ème tour des playoffs la saison dernière, encaisse 3,69 buts par match pour seulement 2,38 buts marqués. C’est l’attaque la plus faible de la NHL.

Avec un Jordan Binnington (5 victoires en 10 rencontres et 89,5% d’arrêts) qui n’arrive pas à confirmer les espoirs placés en lui et un Thomas Greiss au même niveau que son acolyte (0 victoires en 4 rencontres et 89,9% d’arrêts) la confiance n’est pas au rendez-vous.

Seuls trois joueurs ont plus de 10 points, Brayden Schenn (12), Justin Faulk (11) et Vladimir Tarasenko (10). Jordan Kyrou (5 points) ne semble parti sur les mêmes performance que la saison dernière où il avait cumulé 75 points, la meilleure saison de sa jeune carrière.

De même, Pavel Buchnevich auteur de 76 points la saison dernière est à la traîne avec 4 points seulement en 13 rencontres. Ryan O’Reilly (4 points) semble également être aux abonnés absents, lui qui était habitué à des saisons à plus de 50 points depuis son arrivée dans cette équipe en NHL depuis 2018.

Les Predators de Nashville (6-8-1)

Les Preds avaient rejoint les playoffs NHL la saison dernière. S’ils veulent réitérer cette performance, il leur faudra changer la tendance de ce début de campagne. Avec 2,6 buts marqués et 3,33 buts encaissés, les hommes de John Hynes sont actuellement 26ème de la ligue nartionale.

Ils donnent beaucoup trop de tirs et, même si Juuse Saros (4 victoires pour 11 matchs à 90,10% d’arrêts) et Kevin Lankinen (2 victoires pour 5 matchs et 92,10% d’arrêts) ont des statistiques plus qu’honorables, il va falloir que la défense les aide. Mais avec 3 joueurs à plus de 30 ans, on retrouve les mêmes arguments que les équipes NHL précédentes.

De même en attaque, les cadres sont trop esseulés : Filip Forsberg (15 points),  Mickael Granlung (12 points) et Matt Duchene (11 points) attendent plus de joueurs comme Tanner Jeannot (4 points) ou encore Nino Niederreiter (8 points ) fraîchement arrivé de la Caroline.

Les Flames de Calgary (6-6-2)

Encore une équipe présente lors des playoffs de la saison dernière un peu poussive en ce début de campagne NHL.

Pourtant, la venue à grand renfort de communication du tout récent champion Nazem Kadri , ainsi que le transfert phare de l’un des meilleurs marquers de l’exercice précédent Jonathan Hubereau laissaient présager les meilleures augures. La sauce ne semble pas encore prendre pour les hommes de Darryl Sutter, actuels 5èmes de la division pacifique, avec 2,93 buts marqués pour 3,21 buts encaissés.

Tous les secteurs du jeu des Flames semblent ternes. Les deux gardiens Markstrom et Vladar sont plus que moyens. Avec respectivement 89,5% et 88, 1% d’arrêts, ils sont loin des meilleurs à ce poste.

On notera que le meilleur en point actuellement est un défenseur : Rasmus Anderson avec 12 points. Derrière, ils ne sont que trois à 10 points et plus : Nazem Kadri (12 points), Elias Lindholm ( 10 points ) et Tyler Toffoli (10 points). Andrew Mangiapane semble quant à lui marqué le pas : 5 points seulement pour celui qui s’était révélé la saison dernière avec 55 points.

Et que dire de Jonathan Huberdeau, blessé depuis le 7 novembre, qui semble mettre du temps à s’adapter au jeu des Flames. L’attaquant au 115 points la saison dernière, n’en est qu’à 6 petits points cette année NHL.

 

Commentaires

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires