Qu’est-ce que la manipulation du Service Time en MLB ?

PAR Charles Taudin 16 DéCEMBRE 2021 Commenter

Au coeur des négociations de la prochaine convention collective, le service time est une composante assez unique dans les sports US et propre à la MLB. 

Qu’est-ce que le Service Time ?

En MLB, le « service time » est le terme qui désigne le temps qu’un joueur a passé dans la ligue majeure, soit en tant que membre de l’effectif, soit sur la liste des blessés et se mesure en jours. Une saison “normale” de MLB comprend 162 matchs et 186 jours qui comprennent aussi les jours de repos durant la saison régulière. Pour qu’un joueur se voit comptabiliser une année complète de Service Time, il doit faire partie de l’effectif sur au moins 172 jours.

Autrement dit, un joueur peut être en dehors de l’effectif ou de la liste des blessés pendant 14 jours par an et obtenir tout de même son année de service complète. Dès qu’il est envoyé en ligue mineure, les jours que le joueur passe dans ces niveaux ne comptent pas pour le service time.

Ce Service Time est une donnée très importante pour les joueurs puisqu’elle va conditionner le moment où ils seront éligibles à l’arbitrage et la free agency. Ces deux moments doivent leur permettre de faire un bon significatif en termes de salaire.

Pour toute année avec moins de 172 jours de service, l’éligibilité à l’arbitrage et à la free agency est reculée d’autant. Ce faisant, les franchise gardent leurs joueurs plus longtemps en leur sein.

Qu’est-ce que la manipulation du Service Time ?

Qu’elle soit intentionnelle ou non, la manipulation du service time existe en MLB. Il n’est pas rare de voir des franchise assigné un jeune joueur, même prometteur aux ligues mineures pour les deux premières semaines de la saison avant de le faire revenir dans l’effectif de la ligue majeure et ainsi gagner une année de droit sur lui. Il n’est pas non plus impossible de voir des franchises faire cela durant les deux premières années de contrat du joueur pour éviter qu’il puisse prétendre à l’arbitrage à l’issue des “Super-twos”. Certains joueurs sont en effet éligibles à l’arbitrage dès la fin de leur deuxième année complète de service. Ils peuvent donc passer à l’arbitrage quatre fois au lieu de trois.

Lorsqu’un joueur est drafté, il peut accéder à la free agency après 6 années de service complet. Comme nous vous l’avons dit plus haut, toute année incomplète repousse d’autant le moment où le joueur est éligible à la free agency et donc possiblement à un bond de géant niveau salarial.

Pourquoi les franchises agissent-elles de la sorte ? 

Économiquement, c’est une aubaine pour les franchises de garder un joueur à un salaire bas durant plus de temps. Elles gagnent aussi une année de plus de contrôle sur leurs jeunes joueurs qu’il soient élites ou non. Si on se place du côté des propriétaire, il ne faut pas réfléchir trop longtemps pour se dire que se priver d’un joueur durant 15 jours vaut le coup si on gagne une année de plus avec ce joueur dans l’effectif.

Étant donné que les jeunes joueurs, grâce en partie aux progrès de la formation et au développement des compétences tout au long de l’année chez les joueurs de baseball sérieux, arrivent souvent dans la MLB prêts à réaliser leur plein potentiel très rapidement.

Pourquoi cette pratique doit cesser ?

Tout d’abord, cette pratique n’est pas éthique. Les propriétaires optimisent leurs finances grâce à ce principe et sur le dos des joueurs les moins bien payés. En effet, avant le premier arbitrage, les franchise ne sont pas tenues de payer plus que le salaire minimum leurs joueurs.

Deuxièmement, il y a un souci d’équité dans le sports qui est celui de faire jouer le meilleur.  Enfin, en reculant l’âge d’éligibilité à l’arbitrage et la free agency, les joueurs peuvent avoir dépasser leurs meilleures années et ne plus forcément intéresser les franchises.

Mais tout ceci est très difficile de prouver la manipulation du service time. Kris Bryant en sait quelque chose.

Les exemples Kris Bryant et George Springer

Dans l’histoire récentes, deux joueurs illustrent parfaitement cette manipulation. Le premier c’est Kris Bryant.

Véritable crack dans les ligues mineures et au College, Kris Bryant n’a fait ses débuts qu’en 2015 en MLB malgré ses qualités hors normes qu’il avait montré par le passé. Drafté en deuxième position au général par les Cubs en 2013, Bryant restera dans les ligues mineures pendant deux ans avant soudainement d’apparaître dans l’effectif deux semaines après le début de la saison 2015. Ce faisant, son éligibilité à la free agency ne se fera qu’en 2022 au lieu de l’an passé.

Bien sûr, si un joueur n’est pas à la hauteur, il est du devoir de la franchise de ne pas l’aligner dans l’effectif de l’équipe majeure. Mais dans le cas de Bryant, il s’agit clairement de manipulation car lors de la saison 2015, il reporte le trophée de rookie de l’année et sera MVP l’année suivante et acteur majeur du titre des Cubs. Mais Bryant n’a pas obtenu gain de cause dans sa demande de reconnaissance de manipulation de service time, montrant le caractère quasi impossible de le prouver.

Pour George Springer, lui aussi acteur majeur du titre des Astros, a vu son service time manipulé après qu’il ait refusé une offre de contrat de 7 ans et 23 millions de dollars. Il a passé quelque temps en ligue mineure comme un signe de représailles d’une franchise qui venait de perdre plus de 111 matchs la saison précédentes et plus de 90 en 2014.

Enfin, l’an dernier les Mariners ont clairement avoué manipuler le service time notamment celui de leur top prospect, Jared Kelenic :

“Si notre équipe de ligue majeure avait une épidémie de COVID ou des blessures et que nous devions appeler des gens de l’équipe de réserve, nous manquions un peu de joueurs, car il n’y avait aucune chance que vous alliez voir ces jeunes joueurs à T-Mobile Park”, a déclaré Mather. “Nous n’allions pas les mettre sur la liste des 40, nous n’allions pas démarrer le temps de service. Il y avait toutes sortes de raisons. Si nous avions eu un problème de blessure ou une épidémie de COVID, vous auriez peut-être vu mon gros ventre là-bas dans le champ gauche. Vous n’auriez pas vu nos jeunes joueurs, nos espoirs, jouer au T-Mobile Park. “

Un enjeu des négociations en cours

La MLBPA s’est fait un point d’honneur à supprimer et rendre illégal cette pratique car injuste pour les joueurs. Le problème est que tant que la MLB base son système sur des jours, il y aura toujours ce problème.

Les deux parties ont déjà proposé des solutions comme baser le système sur l’âge du joueurs avec de nombreuses condition et la MLBPA propose sensiblement la même chose en conditionnant cela à l’âge du joueurs surtout s’il est avancé.

Ce sera nul doute un point de crispation avec la hausse du salaire minimum. Il est difficile de croire que les propriétaires acceptent de rehausser le salaire minimum sans garder cet atout dans leur manche de pouvoir jouer avec le temps de service de leur pépite.

Le mois de janvier risque d’être mouvementé.

AUTEUR : Charles Taudin

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DÉCOUVRIR LES ARTICLES SELON LES SPORTS

MLB

Major League Baseball

NBA

National Basketball Association

NCAA

National Collegiate Athletic Association

NFL

National Football League

NHL

National Hockey League

WNBA

Women's National Basketball Association