Preview NBA 21-22 : Les Detroit Pistons, la jeunesse aux commandes

PAR Maxime Le Gorjus 23 SEPTEMBRE 2021 Commenter

Pour patienter jusqu’à la reprise de la saison NBA le 19 octobre, « The Free Agent » vous propose chaque jour d’analyser la saison dernière, les changements, le cinq majeur et d’effectuer une prédiction pour la saison prochaine de chaque équipe. Aujourd’hui, les Detroit Piston.

Le Bilan de la saison dernière : la restructuration et du tanking. 

Le bilan est 20 victoires pour 52 défaites et une dernière place de la conférence Est et une avant-dernière de la ligue. Avec un nombre de matchs supérieur à la saison précédente, ils ont enregistré autant de victoires. Alors que la saison s’annonçait prometteuse, la déception a été à la hauteur des attentes placées en eux. L’équipe n’a jamais semblé en mesure de faire quoi que ce soit en atteste le début catastrophique avec trois victoires sur les seize premiers matchs. 

Au point de vue statistique, l’équipe est autour de la 25ème place en attaque. Avec 106,6 points inscrits en moyenne, il est difficile d’envisager quoi que ce soit pour la saison. La seule éclaircie vient de la défense classée 10ème avec 111,1 points encaissés, elle est aidée par 5,2 contres de moyenne.  Du côté des satisfactions individuelles, il est à noter la bonne saison de la star de l’équipe, franchise playerJerami Grant avec 22,3 points, 4,6 rebonds et 2,8 passes. 

Du côté des Français, ils étaient deux dans l’équipe à savoir le rookie Killian Hayes et en deuxième année Sekou Doumbouya, l’année est contrastée. Alors que Hayesdrafté en septième position, est promis à être titulaire, il se blesse. Il ne dispute que 26 des 70 matchs possibles. Pour autant, ses apparitions sont remarquées. Doumbouya, pour sa part, est dans la rotation de l’équipe. Il joue surtout en sortie de banc. Il participe à 56 matchs dont 11 comme titulaire. Joueur de devoir et surtout excellent défenseur, il manque d’adresse et il n’est pas assez décisif en attaque.

Au vu de la saison, une nouvelle fois galère de l’équipe, la direction procède à des changements en cours de saison afin de préparer l’avenir, encore une année de plus. L’équipe manque les plays-off pour la deuxième année consécutive. 

Enfin, et bien que cela soit interdit par la ligue, on pense que l’équipe à fait du tanking. Cela consiste à perdre volontairement des matchs en fin de saison afin d’avoir le plus de chances au tirage au sort du repêchage, la draft, d’obtenir le premier choix. Alors que la probabilité d’obtenir est de 14%, comme pour les Houston Rockets et Les Orlando Magic, Detroit obtient le premier choix. 

 

Une intersaison tournée vers la jeunesse

Avec le premier choix au repêchage, la draft, les Detroit Piston choisissent Cade Cunningham d’Oklahoma State.

NBA Draft : Cade Cunningham, l’extraterrestre

Avec pas moins de quatre choix de draft, dont le premier, Detroit tourne son avenir dans la jeunesse. Après Cade Cunningham, ils sélectionnent successivement Luke GarzaIsaih Livers et J.T Thor qui est pour sa part envoyé à Charlotte. 

De plus, l’équipe est composée de quatre joueurs de deuxième année dont notre Français Kilian Hayes. En plus des contrats pour évoluer en NBA et en ligue mineure, les Motor City Cruise, sont signés pour Luke Garza et Chris Smith. Ce type de contrat s’appelle des contrats two-way.

Par contre, Kelly Olynyk , le vétéran de 30 ans, signe pour renforcer le secteur intérieur.

Enfin, le français Sekou Doumbouya et le pivot Jahil Okafor sont envoyés à Brooklyn, chez les Nets contre DeAndre Jordan. Ce dernier voit son contrat rompu. Il signe dans la foulée aux Los Angeles Lakers.

En conclusion, les Pistons cherchent à construire sur la durée. 

Un cinq majeur inexpérimenté

Au poste de meneur, le retour de blessure de notre Français Killian Hayes devrait lui assurer une place de titulaire. En effet, il réalise une excellente ligue d’été, summer league crée pour les jeunes joueurs repêchés ou avec peu d’expérience. Il sera secondé par l’expérimenté Cory Joseph. Le joueur sera à l’affût d’une éventuelle défaillance ou d’un manque de régularité du français.

Cade Cunningham, le numéro un de la draft, est opérationnel. Au vu de son profil plus shooter que Hayes, il sera aligné au poste d’arrière, deuxième meneur. Hamidou Diallo sera un parfait joueur de complément. Il sera en mesure de remplacer le rookie, joueur de première année. 

Au poste d’ailier, on retrouve la star de l’équipe Jerami Grant. Le joueur réalise la saison passée la meilleure de sa carrière. Il inscrit en moyenne 22,3 points, il prend 4,6 rebonds, il donne 2,3 passes et il inflige un contre. Il réalise son record de points en carrière contre Chicago avec 43 points inscrits. Enfin pour récompenser sa saison, il est dans les trois finalistes au titre de joueur qui a le plus progressé, Most Improved Player.  

Au poste d’ailier fort, qui peut aussi évoluer comme pivot, on trouve Kelly Olyniyk. Le joueur sort d’une saison marquée par son transfert du Heat de Miami aux Houston Rockets. Il améliore ses statistiques. En moyenne, il marque 15 points, il prend sept rebonds et donne trois passes. C’est le joueur de référence du secteur intérieur. Avec le départ de Sékou Doumbouya son remplaçant sera Trey Lyles 

Enfin au poste de pivot, le titulaire sera le jeune Isaiah Stewart. Le joueur de seconde année doit passer un cap. Durant sa première année, en remplaçant de Jahlil Okafor, il marque huit points, il prend sept rebonds de moyenne, il donne une passe et il inflige un contre. L’équipe ne lui a pas encore trouvé de remplaçant. Il est envisageable de penser que Olynyk soit déplacé au poste de pivot et Trey Lyles sera titulaire en ailier fort en cas de contre-performances de Stewart. 

Une saison pour apprendre encore

Cette année, il ne faut pas se faire d’illusions, l’équipe ne semble pas en mesure de jouer les premiers rôles. Le mieux à espérer en cas de bon de saison est une place de dixième pour un hypothétique play-in. Il est vrai que l’équipe à un potentiel indéniable pour les saisons futures, mais semble juste pour cette année. La complémentarité entre Hayes, Cunningham, Grant et Olynyk sera la clef de la saison. Il est vrai que l’alchimie et la répartition des rôles au sain de l’équipe est fondamentale.

En cas de début de saison à l’image de la dernière, ce qui n’est pas à exclure, l’équipe pourrait faire comme cette année, du tanking, perdre le plus de matchs possibles afin d’avoir à nouveau un bon choix au repêchage, la draft de la saison prochaine.

Le retour au glorieux passé de cette franchise historique ne semble pas pour cette année encore. Le coach Dwane Casey est sur un siège éjectable. Un mauvais début de saison et un manque de performance de Cunningham sera la source de son éventuel départ.

En conclusion, il ne faut pas s’attendre à des miracles. Nous pensons que l’équipe peut au mieux accrocher une place de dixième. Dans ce cas de figure, la participation au play-in sera encourageante pour la dynamique future de l’équipe dans les années à venir.

AUTEUR : Maxime Le Gorjus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DÉCOUVRIR LES ARTICLES SELON LES SPORTS

MLB

Major League Baseball

NBA

National Basketball Association

NCAA

National Collegiate Athletic Association

NFL

National Football League

NHL

National Hockey League

WNBA

Women's National Basketball Association

%d blogueurs aiment cette page :