Preview NBA 21-22 New-York Knicks: Peuvent-ils s’installer durablement en tête de la conférence Est ?

PAR Charles Taudin 22 SEPTEMBRE 2021 Commenter

Pour patienter jusqu’à la reprise de la saison NBA le 19 octobre, « The Free Agent » vous propose chaque jour d’analyser la saison dernière, les changements, le cinq majeur et d’effectuer une prédiction pour la saison prochaine de chaque équipe. Aujourd’hui, les Knicks de New-York.

Bilan de la saison (41V – 31 D) : De retour en playoffs

Les Knicks version Tom Thibodeau ont étonné tout le monde l’an passé. La quatrième place obtenue a dépassé toutes les attentes et les Knicks ont retrouvé les playoffs pour la première fois depuis 2013. Agressif en défense et porté par un Julius Randle (21.4 pts de moyenne, 10.2 rebonds et 6 passes) qui a décroché sa première sélection au All-Star Game. RJ Barrett a élevé son niveau de jeu et les recrues ont été d’un précieux soutien comme l’ont montré Obi Toppin et Immanuel Quickley et son teardrop devenu sa marque de fabrique.

Les anciens ont aussi joué leur rôle, à commencer par Derrick Rose, retrouvant une seconde jeunesse en sortie de banc. Mais la méthode Thibodeau a montré ses limites. Connu pour joueur durement et sans trop de load management, voire pas du tout, les Knicks sont arrivé en playoffs épuisés. Face à la fouge de Tare Young, l’aventure a tourné court. Mais l’important est ailleurs. Les Knicks sont revenus en playoffs et compte s’installer durablement dans les 6 premiers de la conférence Est. Leur free agency témoigne de cette ambition de construire sur le long terme, sans sacrifier l’avenir.

Un recrutement intelligent et pas clinquant

À la différence des voisins de Chicago et Miami, la free agency des Knicks a été intelligente et tournée vers l’avenir. Les arrivées de Kemba Walker et d’Evan Fournier. Kemba Walker  est une bonne addition s’il reste en forme au poste de meneur de jeu pour soulager à la fois Immanuel Quickley et Derrick Rose. Il faut également garder en tête que par le passé les Knicks ont toujours été parmi les noms cités pour faire venir les « gros poissons » et à chaque fois sans succès.

Cette année, pas vraiment de gros poissons comme l’an dernier et c’est dans ces conditions que l’on juge de la qualité d’un front office à la fois dans les arrivées et celles qui n’ont pas été faite. Car comme précisé plus haut, les Knicks n’ont pas hypothéqué leur future pour faire venir des stars avec des contrats qui ne vieilliront assez mal. Les Knicks ont ajouté des options pour la franchises dans les contrats signés. Ce faisant, les joueurs deviennent automatiquement beaucoup plus facile à échanger dans le cas où tout ne se passe pas correctement.

Les Knicks sont entrés dans la draft avec 4 choix; 19e, 21e, 32e et 58e. La probabilité qu’ils trouvent un joueur d’impact à ces niveaux-là était minime. Étant donné que l’échange n’était pas une option viable, ils ont fait la meilleure en échangeant pour plus de choix tout en acquérant des joueurs qu’ils aimaient. Ils ont terminé la soirée en sélectionnant 4 joueurs et un futur choix de 1er et 2e tour. Ils ont ajouté 2 jeunes joueurs qui peuvent jouer tout de suite et un 3e joueur avec une visée sur le futur. Avec Rokas Jokubaitis , les Knicks ont misé sur l’avenir avec un joueur qui jouera pour l’une des meilleures équipes d’Europe, Barcelone. Si un deux leur 3 choix s’avèrent être payant, alors les Knicks auront réussi leur draft.

Se baser sur le succès de 2021

C’est la philosophie du front office des Knicks : construire à partir du succès de la saison précédente. La plupart de l’effectif de l’an dernier sera présent avec les arrivée importante d’Evan Fournier et de Kemba Walker.

Evan s’est établit comme l’un des tous meilleurs au périmètre de la ligue. Avant tout, Fournier est un excellent créateur de shoots. Il a tiré 41,7% à 3 points sur des catch-and-shoot, il sera donc une option à privilégier pour les doubles pressions sur Julius Randle. Car c’est sur cette création de shoot que les hawks ont trouvés la faille durant le premier tour des playoffs. En verrouillant Julius Randle, ils privaient les Knicks de leur meilleure option de shoot. Seul Derrick Rose a su répondre. La plus grande différence est son pull-up shoot (tir en sortant du dribble) où Fournier est une amélioration majeure par rapport à Reggie Bullock.

En tant que scoreur qui s’est toujours classé dans les centiles supérieurs des scoreurs à mi-distance pour son poste, Evan Fournier devrait être un bon ajustement dans l’attaque plus lente des NY Knicks sur demi-terrain. Mais il apportera aussi sa science dans la création du jeu offrant une autre possibilité aux Knicks après Rose et Walker.

Les Knicks retrouveront Mitchell Robinson dans la raquette après une saison 2020-21 avec seulement 31 matchs joués. Il aura son importance dans la raquette des Knicks en tant que force de dissuasion. Les Knicks auront besoin de tous leur joueurs pour revenir dans les sommets d’une conférence Est qui sera encore plus compétitive cette année a priori.

Une place en play-in à minima

Les années numéro 2 des équipes sous Tom Thibodeau ont rarement été bonnes. L’exigence de sa méthode d’un point de vue physique a montré ses limites l’an dernier une fois arrivé en playoffs, et ce, dans une saison raccourcie à 72 matchs. Cette année, on revient à un calendrier normal avec 82 matchs. Compte tenu de divers facteurs dont le renforcement d’équipe qui n’étaient pas dans la discussion pour les playoffs l’an dernier, il devient difficile d’imaginer les Knicks accrocher à nouveau une quatrième place.

Les hautes sphères de la conférence Est seront accessible dans un futur plus ou moins proche pour cette équipe des Knicks. Une chose est sûre : ils sont redevenus attractifs vis à vis des « gros poissons ». Bien sur les Knicks seront agréables à voir jouer à nouveau avec leur renforts estivaux, mais le Top 6 semble un peu prématuré pour cette jeune équipe. Le play-in est l’option la plus probable compte tenu du contexte de cette conférence Est. Une huitième place ne paraît pas insensée.

AUTEUR : Charles Taudin

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DÉCOUVRIR LES ARTICLES SELON LES SPORTS

MLB

Major League Baseball

NBA

National Basketball Association

NCAA

National Collegiate Athletic Association

NFL

National Football League

NHL

National Hockey League

WNBA

Women's National Basketball Association

%d blogueurs aiment cette page :